Aller au contenu principal

Soudan : Les militaires réclament des élections anticipées

Par Arnaud Blasquez, Publié le 04/06/2019 à 13:38, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les dirigeants militaires soudanais déclarent qu'ils sont en train de rompre tous les accords existants avec la principale coalition de l'opposition et qu'ils tiendront des élections dans les neuf mois à venir.

 

L'annonce a été faite alors que les militaires faisaient face à une condamnation internationale croissante pour leurs violentes attaques contre des manifestants dans la capitale, Khartoum, qui auraient fait au moins 30 morts.

 

Les États-Unis ont qualifié cette attaque de "brutale".

 

La répression est intervenue après que les militaires et les manifestants ont convenu d'une période de transition de trois ans vers un régime civil.

 

Les militants soutiennent que l'ancien régime du président Omar Al-Bashir, qui a été renversé par les militaires en avril dernier après des mois de manifestations, est si bien ancré que la transition doit durer au moins trois ans pour démanteler son réseau politique et assurer des élections régulières.

 

Le Conseil militaire de transition (TMC), qui gouverne depuis le coup d'État, et les négociateurs du mouvement pro-démocratique s'étaient également mis d'accord sur la structure d'une nouvelle administration.

 

Mais le chef de la TMC, le général Abdel Fattah Al-Burhan, a indiqué dans une déclaration diffusée à la télévision publique qu'ils avaient décidé de "cesser de négocier avec l'Alliance pour la liberté et le changement et d'annuler ce qui avait été convenu".

 

Une élection dans neuf mois aura lieu sous "supervision régionale et internationale", a-t-il ajouté.

 

S'exprimant à l'émission Newsday de la BBC, Rosalind Marsden, analyste et ancienne ambassadrice britannique au Soudan, a estimé que cette élection surprise "ne ferait que frayer la voie pour le retour en force de la plupart des partisans de l'ancien régime".

 

"Il y a un risque réel que la violence persiste", a-t-elle conclu.

 

À la suite des assassinats, les dirigeants du mouvement pro-démocratique ont déclaré qu'ils coupaient tout contact avec la TMC et ont réclamé une "désobéissance civile totale" et une grève générale.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...