Aller au contenu principal

Prolongation des restrictions : douche froide pour plusieurs métiers

La prolongation des restrictions visant à contenir la propagation de la Covid-19 au Maroc tue à petit feu les métiers de bouche, les salles de sports et fitness ainsi que les activités des hammams et douches du pays. Plusieurs opérateurs de ces secteurs, qui accusent déjà d’importantes baisses de chiffres d’affaires en 2020 en raison de la pandémie, risquent de faire faillite alors qu’ils n’ont aucune visibilité sur l’avenir de leur business. Entre couvre-feu, fermeture complète ou partielle ou encore réduction de leur capacité d’accueil, ces professionnels peinent à joindre les deux bouts, à payer leurs dettes et à honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs employés.

Par Nora Jaafar, Publié le 14/01/2021 à 15:14, mis à jour le 14/01/2021 à 16:21
         Temps de lecture 5 min.
Teaser Media
Prolongation des restrictions : douche froide pour plusieurs métiers

La pandémie de la Covid-19 a affecté tous les secteurs économiques. Cependant, tandis que certains ont bénéficié d’important soutien de la part de l’État, notamment le tourisme, d’autres peinent encore à joindre les deux bouts. Pire encore, en raison de la prolongation des restrictions drastiques en vigueur, plusieurs opérateurs envisagent d’ores et déjà de déposer leur bilan. Parmi ces secteurs au bord du gouffre, on retrouve les métiers de bouche, les salles de sports et de fitness ainsi que les hammams traditionnels et les douches.

 

Le cri de détresse des professionnels de la restauration

Dans la soirée du mardi 12 janvier, le gouvernement a annoncé la prorogation de mesures restrictives pour une semaine, notamment un couvre-feu sur tout le territoire national de 21h à 6h et la fermeture des commerces, petits et grands, des cafés et des restaurants à 20h. Une décision qui vient faire saigner davantage les métiers de la bouche, dont le chiffre d’affaires (CA) a été divisé par deux, voire par trois lors de cette pandémie. Un repli estimé entre 35% à 95% du CA des opérateurs du secteur, et qui s’ajoute à une augmentation à plus de 50% de leur déficit, déplore la Confédération marocaine des métiers de bouche (CMMB) dans un communiqué de presse. Certains patrons, «affligés par les contraintes conséquentes, se sont retrouvés dans l’obligation de fermer boutique».

Selon Hamza Aboulfeth, fondateur de la franchise marocaine de restaurants présente à Casablanca et Marrakech FOD Maroc, les horaires imposés aux restaurants et aux cafés ne prennent pas en compte la nature de leurs activités. Il explique au journal L’Opinion qu’«en temps normal, les restaurateurs font leurs profits en majorité après 20h». Mais, en raison des restrictions en vigueur, «on fait 80% du peu du chiffre d’affaires qu’on enregistre entre 19h à 19h30». Et «au vu de cette affluence remarquable en un temps restreint de 30 minutes, nous ne pouvons même pas réduire l’équipe pour baisser les charges». La même source avance que cette situation ne risque pas de s’améliorer, surtout que, selon certaines rumeurs, il est prévu que les mesures actuelles resteraient «en vigueur tant que la campagne de vaccination ne serait pas lancée».

 

Les salles de sport dans le rouge

Autre segment très impacté par la pandémie de la Covid-19 et ses répercussions, celui des salles de sports et de fitness. La rédaction de Lebrief.ma a contacté Driss Chraibi, président délégué de l’Association marocaine des professionnels de l’industrie du fitness et de la remise en forme (AMPIF), pour avoir une idée sur l’ampleur de l’impact de cette crise sur le secteur. Ce dernier a expliqué : «Notre secteur vit, depuis le début de la pandémie, une situation qui est exceptionnelle dans la mesure où nous sommes le seul secteur qui a été fermé à 100% à partir du 15 mars. Certaines parties du Royaume ont rouvert leurs salles fin juin, mais malheureusement fin aout elles ont dû refermer de nouveau leurs portes». D’après Chraibi, l’arrêt du secteur est non seulement dû aux exigences des autorités sanitaires, mais il a également été causé par sa qualification de «secteur à risque», ravivant ainsi la peur des adhérents et les éloignant des salles de sports. Une qualification qui, selon notre interlocuteur, n’est pas fondée, vu «qu’il n’y a aucun précédent de foyer de contamination dans une salle de sport, que ce soit au Maroc ou à l’étranger».

Par ailleurs, le président délégué de l’AMPIF estime que plusieurs salles ne rouvriront pas leurs portes après l’épisode Covid-19, et que beaucoup de personnes vont également perdre leur emploi. L’indemnité de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) a certes soutenu les salariés de ce secteur. La CNSS va continuer à leur verser 2000 dirhams d’indemnités par mois jusqu’à fin mars, mais après cette échéance ils n’auront probablement plus de source de revenus. Pourquoi ? Parce qu’en raison de la fermeture prolongée des salles de sports, les finances de ces dernières sont dans le rouge, déplore Driiss Chraibi. Et d’ajouter : «Nous avons demandé au Parlement et aux ministères concernés des avantages fiscaux, une réduction de la TVA, une assistance et un accompagnement financiers, mais malheureusement nous n’avons eu aucun retour ni aucune aide ou subvention». S’agissant des produits "Oxygène" et "Relance, Chraibi avance que ces solutions «ne font qu’alourdir les dettes des sociétés du secteur, alors que ces dernières ont plus besoin dans le contexte actuel d’une aide substantielle de l’État».

 

Même son de cloche chez les propriétaires de hammams traditionnels et de douches

Comme les salles de sports, les hammams traditionnels, les douches et les SPA ont également été condamnés à fermer leurs portes dans plusieurs villes du Royaume, dont Casablanca, afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus. Rabii Ouachi, Président de la Fédération nationale des associations des propriétaires et gérants des hammams traditionnels et douches au Maroc, nous a confié que les propriétaires de ces établissements ont adressé le 13 janvier 2021 une lettre au Wali de la région Casablanca-Settat, afin de souligner leur détresse ainsi que celle de leurs employés. Dans cette correspondance, la Fédération appelle les autorités compétentes à accepter leur demande d’ouverture d’un dialogue afin d’échanger sur les éventuelles solutions à adopter pour sauver les opérateurs de ce business de la ruine. Elle exige aussi la réouverture immédiate des hammams et des douches, afin que leurs propriétaires puissent s’acquitter de leurs dettes, créances et engagements (salaires, loyers, crédits, travaux...). D’après la lettre ci-après, lesdits propriétaires s’engagent à appliquer et à suivre à la lettre les protocoles de désinfection et de distanciation sociale, pourvu qu’ils puissent reprendre leurs activités dans les meilleurs délais.

 

lettre

 

Covid-19 : nouveau rapport du CNP sur la situation de la presse

Le Conseil national de la presse (CNP) a rendu public son deuxième rapport sur "la presse marocaine...

Échanges extérieurs : des chiffres rassurants

L’Office des changes (OC) a publié cette semaine les indicateurs mensuels des échanges extérieurs à...

La décarbonation de l’industrie marocaine, une opportunité pour les acteurs économiques

Ce mercredi à Rabat, Hicham Guedira, directeur des infrastructures au ministère de l’Industrie et du Commerce, a affirmé que les acteurs économiques devraient bénéficier de la décarbonation de l’indus...

Marché de l’automobile : les ventes en hausse de 8,97% à fin novembre 2021

L’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM) vient de publier ces statistiques mensuelles concernant le secteur. Selon ces chiffres, les ventes de voitures neuves au Maroc ...

Tourisme : la destination Maroc n’inspire plus confiance

Deux compagnies aériennes low-cost (Easyjet et Ryanair) ont décidé de suspendre leurs vols à destin...

La fiscalité peut-elle être efficace ?

Un impôt, d’accord, mais encore faut-il que ces bienfaits soient supérieurs à ses méfaits potentiels. Cependant, comment peut-on instaurer un système dans le cadre duquel les investissements publics d...