Aller au contenu principal

Dakhla, futur hub de croissance pour les entreprises étrangères

L’ouverture d’un Consulat des États-Unis d’Amérique à Dakhla ouvre la voie à d’importantes opportunités pour les provinces du Sud. Cette démarche transformera cette région en un pôle de croissance qui attirera davantage les entreprises américaines désireuses d’investir dans divers domaines, notamment les énergies renouvelables, la pêche, le tourisme, l’industrie minière et chimique ainsi que l’agriculture. De plus, au premier semestre 2020, l’État a mobilisé plusieurs milliers d’hectares de son domaine privé dans la région de Dakhla-Oued Eddahab pour la réalisation de près de 60 projets.

Par H.L.B, Publié le 21/12/2020, mis à jour le 21/12/2020
Teaser Media
Dakhla, futur hub de croissance pour les entreprises étrangères

L’ouverture d’un Consulat des États-Unis d’Amérique à Dakhla, un tournant majeur pour le développement économique de la région. Cette représentation diplomatique «confortera indubitablement la vocation du Maroc comme hub économique et relais de croissance vers l’Afrique subsaharienne», a déclaré André Gakwaya, chercheur spécialisé de l’Afrique et directeur général de l’Agence d’information du Rwanda (ARI) à la MAP. Selon ce dernier, «cette décision pragmatique ouvrira la voie à une ouverture inédite sur l’Afrique subsaharienne et fera ainsi de cette ville un hub de croissance pour les entreprises américaines qui souhaitent se développer vers la profondeur africaine du Maroc». La croissance économique soutenue des provinces du Sud, leur mains-d’œuvre qualifiée, leurs infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires ultramodernes et leur façade atlantique sont tous des facteurs d’attractivité pour les investissements directs étrangers (IDE) américains. André Gakwaya estime que les investisseurs américains sont matures et conscients des énormes potentialités qu’offre le Sahara marocain dans de nombreux secteurs clés, notamment les énergies renouvelables, la pêche maritime, le tourisme, l’industrie minière et chimique ainsi que l’agriculture.

 

Lire aussi : Les USA reconnaissent la souveraineté du Maroc sur le Sahara et décident d'ouvrir un consulat à Dakhla

 

De son côté, l’ambassadeur américain au Maroc, David Fischer, a assuré que «l’ouverture par les États-Unis d’un consulat dans la ville de Dakhla permettra de soutenir et d’encourager les projets d’investissement et de développement dans la région». De plus, le diplomate a ajouté que l’ouverture de cette représentation va permettre aux États-Unis de profiter davantage de la position stratégique du Maroc en tant que hub pour le commerce en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient. En évoquant également l’ouverture par plusieurs pays arabes et africains de consulats généraux dans le Sud du Royaume, l’économiste Omar Kettani, professeur d’économie à l’Université Mohammed V de Rabat, a pour sa part souligné que cette région est désormais «considérée comme étant sécurisée», encourageant ainsi les investisseurs étrangers à y placer leurs capitaux. L’économiste a confié à Hesspress Fr qu’«il  y aura des perspectives d’investissement sur le plan énergétique», tout en notant que «les provinces du Sud sont très riches en poissons» et que la route qui les traverse «peut être qualifiée de route de l’or marin».

 

Lire aussi : La diplomatie ouvre de nouvelles perspectives économiques pour le Maroc

 

Par ailleurs, depuis plusieurs années, Dakhla vit au rythme d’une dynamique de développement sans précédent. Rien qu’au premier semestre 2020, l’État a mobilisé 4.064 hectares de son domaine privé pour la réalisation de 120 projets, pour un investissement global de 5,93 milliards de dirhams, et dont la moitié est concentrée dans ladite ville. Concernant la structure globale des investissements approuvés, «Dakhla-Oued Eddahab est en tête avec un taux de 38,8%, suivi par Casablanca-Settat avec un taux de 31,6% et de Guelmim-Oued Noun avec un taux de 16,6%», fait savoir Aujourd’hui le Maroc dans son édition du jour. En outre sur les 6.237 emplois qu’envisage de créer cette mobilisation étatique, 31,47% des postes sont prévus pour ladite région. 

Enfin, une chose est sûre, on en est qu’au début du développement économique et de la capitalisation des potentiels des provinces du Sud, et l’ouverture de plusieurs représentations diplomatiques dans la région, notamment celle des USA, ne fait qu’assoir la stabilité et la sécurité géopolitique du pays. Un positionnement qui augure une évolution économique à suivre et à entretenir.

Covid-19 : quel impact sur l’activité des entreprises ?

La dernière note du Haut-Commissariat au Plan (HCP), analysant l’impact de la crise sanitaire sur l...

Hausse des exportations des fruits et légumes

L'actuelle saison agricole se présente dans des conditions plus que favorables. En témoigne les exportations de fruits et légumes, qui ont totalisé 474.900 tonnes jusqu'en janvier 2021. Le ministre...

Maroc : déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020

Dans sa dernière Situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée dimanche 24 janvier, le ministère des Finances a révélé que l’exécution de la Loi de finances rectificative (LFR) fait re...

Activité portuaire : Tanger Med maintient le cap

L'ensemble des activités portuaires de Tanger Med ont affiché une croissance soutenue durant l'année 2020, permettant ainsi au complexe portuaire de consacrer sa position en tant que premier port...

Compensation : la réforme inachevée

Au mois d’avril dernier, en pleine période de confinement, le gouvernement a imposé le port du masq...

IPC : hausse de 0,7% en 2020

En décembre 2020, l’Indice des prix de la consommation (IPC) a diminué de 0,5% par rapport au mois de novembre, a fait savoir le Haut-Commissariat au plan (HCP) dans un communiqué. Cette baisse est du...