Aller au contenu principal

Maroc-Israël : ce que l’on sait sur le rétablissement des relations

Le Maroc a décidé de rétablir «ses relations diplomatiques» avec Israël. Le roi Mohammed VI, qui a échangé à ce sujet avec le président américain Donald Trump le jeudi 10 décembre a également discuté le même jour avec le président de la Palestine Mahmoud Abbas. Il a affirmé à ce dernier que la position du Maroc vis-à-vis de la question palestinienne demeure la même et que le pays place toujours ce dossier au même rang que celui de la question du Sahara marocain. De son côté, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a fortement réfuté que «la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara se soit faite en échange du rétablissement des relations avec Israël».

Par Nora Jaafar, Publié le 11/12/2020 à 17:40, mis à jour le 11/12/2020 à 18:14
Teaser Media
Rétablissement des liens maroco-israélien : ce que l’on sait

Le Maroc va reprendre «certaines relations diplomatiques» avec Israël, et ce dans le cadre du plan de paix au Moyen-Orient élaboré par l’administration Trump. C’est en tout ce qu’a souligné le Cabinet royal le jeudi 10 décembre, suite à l’annonce inédite de la reconnaissance des États-Unis de la marocanité du Sahara. En effet, ce point a été soulevé lors de l’échange téléphonique du roi Mohammed VI avec le président américain Donald Trump. C’est ainsi que le Souverain a informé le locataire de la Maison-Blanche, qu’en raison de l’importante communauté juive maroco-israélienne (environ 700.000 personnes), et qu’afin de continuer à promouvoir la paix et de la stabilité au Moyen-Orient, le Royaume a décidé : «d’accorder des autorisations de vols directs pour le transport des membres de la communauté juive marocaine et des touristes israéliens en provenance et à destination du Maroc ; de reprendre les contacts officiels avec les vis-à-vis et les relations diplomatiques dans les meilleurs délais ; de promouvoir des relations innovantes dans les domaines économique et technologique, dont, à cet effet, œuvrer à la réouverture des bureaux de liaison dans les deux pays comme cela fut le cas antérieurement et pendant plusieurs années jusqu’en 2002».

 

Lire aussi : Aérien : un vol quotidien Tel-Aviv-Casablanca (déjà) en préparation

 

La position du Maroc vis-à-vis de la question palestinienne reste inchangée

Le Roi a toutefois souligné au président américain que l’adoption de ces mesures n’impactera aucunement la position permanente et soutenue du Maroc en faveur de la question palestinienne ni sa détermination à continuer à œuvrer efficacement et de manière constructive pour une paix juste et durable au Moyen-Orient. Une affirmation que le Souverain a d’ailleurs réitérée au président palestinien Mahmoud Abbas dans un échange téléphonique, après celui avec Trump. Il a ainsi assuré que «le Maroc place la question palestinienne au même rang que la question du Sahara marocain, et que le travail du Royaume pour consolider sa marocanité ne se fera jamais, ni aujourd’hui ni à l’avenir, au détriment de la lutte du peuple palestinien pour ses droits légitimes». Le Roi a précisé aussi à Mahmoud Abbas que le Maroc soutient une solution basée sur deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, notant que les négociations entre les parties palestiniennes et israéliennes restent le seul moyen de parvenir à un règlement définitif, durable et global de ce conflit. Et au Roi d’insister également sur la nécessité de préserver le statut spécial d'Al-Qods et le caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa.

 

Lire aussi : Sahara : les jeux sont faits ?

 

De son côté, le Chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita a fortement réfuté que «la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara soit faite en échange du rétablissement des relations avec Israël». Selon lui, «certaines décisions qui nécessitaient le rétablissement du contact avec Israël ne peuvent être considérées comme une normalisation, d’autant plus que les relations existent entre les deux parties depuis de nombreuses années». Le ministre a d’ailleurs expliqué hier soir en direct sur la chaîne Al Arabiya, que le Royaume ne signera aucun nouvel accord avec Israël, à l’instar de la ratification de l’accord Abraham par d’autres pays arabes (Émirats et Bahreïn). Il a dans ce sens avancé que les relations entre le Maroc et Israël datent des années 1990, en rappelant que le «Maroc a reconnu Israël en 1994, et qu’il y a eu une présence diplomatique pendant huit ans à Rabat et Tel-Aviv», jusqu’à leur fermeture au début des années 2000.

 

Lire aussi : Souveraineté du Maroc sur le Sahara : l’intervention de Bourita sur Al-Arabiya

 

Points de vue sur ce rétablissement

Pour l’analyste politique Driss Aissaoui, «les Marocains n’ont jamais été des ennemis d’Israël. Depuis le règne de feu Hassan II, le Royaume a toujours soutenu la solution d’un État palestinien au côté d’un État israélien. Aujourd’hui, ce qui était auparavant une reconnaissance implicite est devenu une reconnaissance officielle, mais qui reconnait aussi le droit du peuple palestinien à un État indépendant». Pour sa part, Abdelhamid Benkhattab, Président de l’Association marocaine des sciences politiques, nous confie que «c’est une question épineuse, puisque la position du Maroc vis-à-vis de la question palestinienne est très équilibrée et prudente, car le Royaume n’est pas une partie prenante dans ce conflit. Et en plus, il y a une communauté marocaine importante en Israël». Selon lui, «le Maroc a choisi de rétablir ses relations avec Israël, tout en assurant que sa position reste inchangée en ce qui concerne la légitimité historique et les droits du peuple palestinien à avoir un État propre à lui».

Incursion de l'armée algérienne dans la localité marocaine de Oued-Zelmou

Ce jeudi 23 septembre, l'armée algérienne a pénétré le territoire marocain dans la localité de Oued-Zelmou à Bouarfa. Comme pour les terres d'El Arja à Figuig, l’Algérie, qui revendique ce territoire,...

Coalition gouvernementale : place à la négociation des portefeuilles ministériels

Après l’étape de la formation de la majorité gouvernementale, les tractations concernant l’attribut...

Dialogue Maroc-USA sur les droits de l'Homme : Washington soutient l'agenda de réformes du Roi

Dans le cadre du «dialogue permanent et de longue date» entre les États-Unis et le Maroc sur de nombreuses questions, notamment celle des droits de l’Homme, le département d’État américain a accueilli...

Fermeture de l'espace aérien algérien aux avions marocains : quelles implications ?

Ce mercredi, l’Algérie a décidé de fermer son espace aérien à tous les avions civils et militaires ...

Élections 2021 : les résultats des élections préfectorales et provinciales dévoilés

Plus de 30.000 élus communaux ont élu ce mardi 21 septembre les membres des conseils des provinces ...

Élections des conseillers : dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre

Le dépôt des candidatures pour l’élection des membres de la Chambre des conseilleurs sera ouvert du 24 au 27 septembre 2021. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Intérieur ce mardi, tout en rappela...