Aller au contenu principal

Des peines pénitentiaires pour les perturbateurs d'examens académiques

Par H.L.B, Publié le 30/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L'article 2-307 de la nouvelle loi proposée au Parlement cette semaine imposerait une peine de prison de 1 à 3 mois et des amendes de 2 000 à 5 000 dirhams à toute personne qui tenterait, d'entraver un examen universitaire, rapporte le journal arabophone "Al Massae".

 

La proposition a reçu de vives réactions de la part du Parlement, en particulier de la députée du Parti pour la Justice et le Développement, Amina Maelainine. Elle a exprimé ses préoccupations au sujet de cette mesure "répressive", appelant à l'annulation des peines de réclusion générale.

 

"Notre suggestion est de renoncer à cette restriction et d'opter plutôt pour des procédures disciplinaires en dehors du Code pénal", déclare Maelainine.

 

Selon elle, rapporte Al Massae, les peines de prison ne seraient appropriées que pour ceux qui perturbent un examen académique en utilisant la violence, en particulier les armes à feu, qui constitue déjà un crime passible de prison. 

 

Le Maroc apprécie l'intégrité de son système éducatif et dispose de lois strictes contre la fraude aux examens d'entrée à l'école secondaire.

 

En septembre 2016, le gouvernement a adopté une loi imposant des sanctions disciplinaires aux étudiants pris en flagrant délit de tricherie lors des examens ou pour falsification ou usurpation d'identité pour passer une épreuve. Il consiste notamment à l'échec immédiat du candidat et à l'empêcher de repasser l'examen pendant une période pouvant aller jusqu'à deux ans.

 

Cette loi prévoit également des sanctions pénales. L'usurpation d'identité lors d'un examen et la fuite des copies d'examen sont passibles de peines d'emprisonnement de 6 mois à 5 ans et d'amendes de 5 000 à 100 000 dirhams.

 

La proposition du législateur cette semaine de criminaliser la perturbation des examens ne fait que réaffirmer son inquiétude quant au mauvais déroulement de ces derniers.


  • Partagez

Le Maroc co-organise un événement sur le rôle de la jeunesse dans l’action climat

Ce mardi 29 septembre, à la veille du premier Sommet des Nations-Unies sur la biodiversité, prévu mercredi à New York, la mission permanente du Maroc auprès des Nations Unies (ONU) à New York a co-org...

Nouvelle condamnation à la peine de mort

Alors que les derniers actes criminels perpétrés contre des mineurs ont relancé le débat sur la pei...

Entrée en vigueur de la loi sur le droit d’accès à l’information

Ce lundi 28 septembre, alors que le monde célébrait la Journée internationale de l’accès universel à l’information, le Maroc a commémoré cette occasion avec l’entrée en vigueur de la loi n° 13.31 rela...

Coronavirus : la situation reste sous contrôle

Dans son bilan bimensuel relatif à la situation épidémiologique au Maroc, le ministère de la Santé ...

Décès de Chama Zaz : les condoléances du roi Mohammed VI

Ce lundi 28 septembre, Chama El Hammoumi, diva de la "Aita Jablia" connue sous le nom de Chama Zaz, est décédé à l’âge de 70 ans. L’icône de la taktouka s’est éteinte à Taounate des suites d’une longu...

Tourisme : assouplissement des mesures aux frontières

C'est une information qui devrait satisfaire les opérateurs touristiques. Selon deux sources professionnelles sûres qui se sont confiées à Médias24, «la décision de supprimer l'obligation de présenter...