Aller au contenu principal

Article IV du FMI : des consultations et des recommandations

Comme chaque année, les services du Fonds monétaire international (FMI) ont mené les entretiens relatifs aux consultations au titre de l’article IV des statuts du fonds. À cause de la pandémie du nouveau coronavirus, une équipe dirigée par Roberto Cardarelli a mené une mission à distance du 19 octobre au 2 novembre 2020 dans le cadre des consultations de 2020 avec le Maroc. Plusieurs conclusions ont été tirées par les responsables du Fonds monétaire international (FMI) et des recommandations ont été émises ce lundi 2 novembre.

Par Hafid El Jaï, Publié le 03/11/2020 à 17:10, mis à jour le 03/11/2020 à 18:47
Teaser Media
article 4 FMI

Le FMI effectue tous les ans des consultations avec le Maroc tel que le prévoit l’article IV de ses statuts. En pratique, ces consultations se font sous forme d’échanges de vues entre les membres de la mission de l’institution et des acteurs-clés des secteurs public et privé marocains. La situation économique et budgétaire, les réformes structurelles et la situation du secteur financier sont les trois volets qui intéressent la mission. Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration est chargé de la préparation de cette mission à la fin de laquelle les conclusions préliminaires sont publiées.

 

Les bons points du Maroc

Plusieurs conclusions sont satisfaisantes pour le gouvernement. Tout d’abord, sur le volet du budget, le FMI estime que la politique budgétaire a été assouplie de manière appropriée en 2020. À l’heure de la crise liée à la pandémie de Covid-19, les recettes fiscales ont nettement diminué et les autorités ont accru les dépenses publiques et révisé leur composition pour réduire au minimum les répercussions économiques et sociales de la crise. Les services du FMI saluent aussi l’intention des autorités de soutenir la reprise en 2021 tout en les félicitant pour les efforts qu’elles ont engagés pour développer l’assistance sociale avec la perspective de l’élargissement de l’assurance médicale à tous les Marocains.

Au chapitre monétaire, la mission du FMI n’a pas manqué d'applaudir le travail accompli par Bank Al-Maghrib (BAM). «Les services du FMI notent avec satisfaction que BAM a décidé de demander aux banques d’accroître leurs provisions et de suspendre la distribution de dividendes cette année afin de se prémunir contre une détérioration éventuelle du portefeuille des crédits bancaires dans un avenir proche», souligne EcoActu. Dans leurs conclusions, les experts du FMI relèvent que les banques marocaines ont été relativement résilientes face à la pandémie, notamment grâce à leurs niveaux initiaux relativement élevés de fonds propres et de liquidité ainsi qu'à la riposte vigoureuse de BAM. 

 

Peut mieux faire…

Si les experts du FMI ont exprimé leur satisfecit par rapport à la politique budgétaire menée par le gouvernement, il n’en demeure pas moins qu’ils trouvent que le processus de rééquilibrage budgétaire doit être progressif et ne devrait être entrepris que lorsque la reprise économique sera solide. Autre préoccupation, celle liée à la dette. «Tout en reconnaissant l’incertitude exceptionnelle qui entoure le calendrier et le rythme de la reprise, les services du FMI recommandent dans leurs projections de référence de commencer à réduire le ratio dette publique par rapport au PIB à compter de 2022», précise Le360.

Le scénario d’une plus grande flexibilité du régime de change est également évoqué par les experts du FMI. À leurs yeux, une telle démarche ne peut que profiter à l’économie marocaine en préservant les réserves et la compétitivité et en renforçant sa capacité d’absorption des chocs externes. Sur ce sujet, «les autorités sont en train d’assurer un suivi étroit des conditions de déroulement de la transition et d’approfondir les études sur tous les volets pour juger du moment opportun pour entamer une nouvelle phase», a fait savoir le chef de la mission du Fonds chargé du Maroc, Roberto Cardarelli.

Et pour finir, la mission du FMI considère qu’il est essentiel de faire avancer le programme de réformes structurelles pour in fine améliorer le niveau de vie de l’ensemble des Marocains. Tout est dit.

 

Les prévisions du FMI
Pour l’exercice 2020, il va sans dire que la sécheresse et la pandémie de Covid-19 ont plombé la croissance. Selon le FMI, le PIB devrait se contracter dans une fourchette de 6 à 7% en 2020. Aussi, les déficits budgétaire et extérieur devraient se creuser, du fait de la baisse des recettes fiscales et le recul des recettes en devises tirées du tourisme. Le salut vient de la résilience des transferts des Marocains résidant à l’étranger et la baisse des importations. Ces deux facteurs ont permis de limiter les besoins de financement extérieur du Maroc. Autre élément salvateur : les réserves internationales qui restent largement supérieures à leur niveau de l’an dernier notamment grâce au tirage des 3 milliards de dollars de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) en avril dernier et aux sorties à l’international. Enfin, selon les projections de l’institution de Bretton Woods, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait rebondir à 4,5% en 2021, à condition que les effets de la sécheresse et de la pandémie s’estompent.

Tasbiq Tasdir : le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc

Le nouveau produit de Crédit Agricole du Maroc (CAM), "Tasbiq Tasdir", est un crédit de trésorerie qui permet de préfinancer la campagne d’exportation en dirhams ou en devises et couvre toutes les opé...

Maroc/Royaume-Uni : le plus long câble électrique sous-marin du monde reliera bientôt les deux pays

La société britannique Xlinks, spécialisée dans les solutions d’énergie renouvelable, a révélé qu’elle prévoit de construire entre le Maroc et le Royaume-Uni le plus long câble électrique sous-marin d...

Rand Merchant Bank : l’Égypte et le Maroc sont les pays les plus attractifs pour l’investissement en Afrique

L’Égypte est la destination la plus attrayante pour les investisseurs en Afrique, suivie du Maroc et de l’Afrique du Sud, selon un récent rapport de la Rand Merchant Bank (RMB). L’étude "Où investir e...

Secteur privé marocain, un véritable outil de sortie de crise

Un rapport portant sur le développement du secteur privé au Maroc vient d'être présenter. Il s'agit...

Opportunité méditerranéenne : l’UE et le Maroc appelés à resserrer leurs liens

Business Europe, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et EuroCham Maroc ont adopté un «Pacte de modernisation du commerce et de l’investissement entre l’Union européenne (UE) et l...

Le Maroc élu à la présidence du comité de surveillance du Centre pour l’intégration en Méditerranée

Dans un communiqué conjoint, la Banque mondiale (BM) et le ministère de l’Économie et des Finances ont annoncé que le Maroc a été élu président du comité de surveillance du Centre pour l’intégration e...