Aller au contenu principal

Les axes et le programme de la généralisation de la couverture sociale

Dans le cadre du Projet de loi de finances (PLF) de 2021, il est prévu de donner le coup d’envoi de la généralisation progressive de la couverture sociale. Cet important chantier se décline en quatre axes majeurs, notamment l’extension d’ici la fin 2022 de l’assurance maladie obligatoire (AMO), la généralisation des allocations familiales, l’élargissement de la base d’adhérents au système de retraite et la généralisation de l’accès à l’indemnité pour perte d’emploi. Ce programme nécessite une enveloppe globale d’environ 14 milliards de dirhams (MMDH), dont 9 MMDH doivent être débloqués par le budget général de l’État.

Par Nora Jaafar, Publié le 21/10/2020 à 12:12, mis à jour le 21/10/2020 à 13:15
Teaser Media
Le plan de généralisation de la couverture sociale

Le projet de généralisation de la couverture sociale se précise. En effet, selon la note de présentation du projet de loi de Finances (PLF) 2021, l’année prochaine sera marquée par le lancement de cet important chantier. Dans son édition de ce mercredi 21 octobre, Les Inspirations Éco indique qu’il «sera procédé à une refonte du cadre législatif et réglementaire régissant la protection sociale ainsi que la mise à niveau des structures hospitalières et l’organisation de la filière des soins».

 

Les principaux axes de ce chantier

Portant sur quatre volets majeurs, la généralisation de la couverture sociale concernera en premier lieu l’extension de l’assurance maladie obligatoire (AMO) d’ici la fin 2022, afin de permettre à 22 millions de bénéficiaires supplémentaires d’y accéder. Elle intégrera ainsi «les bénéficiaires du Ramed [Régime d’assistance médicale, ndlr], les catégories des professionnels, les travailleurs indépendants et les personnes non salariées qui exercent une activité libérale», souligne la note. Pour ce faire, la loi 65-00 portant le code de la couverture médicale de base et de la loi 98-15 relative à l’AMO seront révisées, de sorte à accélérer l’adoption de ce projet par «la fixation des revenus forfaitaires pour les cotisations et à instaurer une assurance maladie obligatoire au profit des populations démunies bénéficiant actuellement du Ramed», explique Infomédiaire. De plus, une réforme profonde du système de santé s’impose afin d’améliorer l’offre de soins, de mettre en place une politique innovante et incitative en matière de ressources humaines et d’introduire un système d’information intégré qui permettrait un suivi précis de chaque patient.

Par ailleurs, le deuxième volet de ce projet concerne la généralisation des allocations familiales. Ces dernières profiteront à quelque trois millions de ménages marocains, et à près de sept millions d’enfants en âge de scolarité. Le troisième axe porte quant à lui sur «l’élargissement de la base d’adhérents au système de retraite en y incorporant près de cinq millions de Marocains parmi la population active non titulaire d’un droit à une pension», rapporte ce mercredi Aujourd’hui Le Maroc (ALM). Le journal explique que la mise en place de ce système de retraite obligatoire se fera sur la base d’un régime contributif et «sera accompagnée d’un allègement des conditions d’éligibilité pour améliorer son taux de bénéfice». S’agissant du dernier volet de la généralisation de la couverture sociale, il concerne la généralisation de l’accès à l’indemnité pour perte d’emploi (IPE), qui bénéficiera aux citoyens ayant un emploi régulier.

 

Le programme de la généralisation de la couverture sociale

Selon Les Inspirations Éco, le PLF 2021 prévoit d’entamer le chantier de généralisation de la couverture sociale à partir du 1er janvier. Ce dernier nécessitera un financement global de près de 14 milliards de dirhams (MMDH) sur deux ans, dont 9 MMDH devraient être débloqués par le budget général de l’État. Cependant, pour le moment, le projet de loi de Finances envisage de consacrer 4,2 MMDH à ce projet. ALM ajoute que «le déploiement de cette réforme se fera de manière progressive, sur une période de 5 ans en deux phases». La première, concernant la généralisation de l’AMO et des allocations familiales, députera en 2021 et prendra fin en 2023. Quant à la deuxième, portant sur la généralisation de la retraite et de l’IPE, elle prendra effet de 2023 à 2025.

CESE : les lacunes de la stratégie de mobilité durable du Maroc

Dans une note publiée le 21 septembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a abordé les différents problèmes que connait le Maroc en termes de mobilité durable. En raison d’un manq...

Covid-19 : le Maroc s'approche de son objectif d’immunité collective

Autorisée au début de ce mois par le Comité scientifique et technique de vaccination, l’administrat...

La méritocratie scolaire existe-t-elle dans la société moderne ?

La méritocratie renvoie au principe qu’une société juste est une société qui octroie à chacun la place qu’il mérite. Cette place est octroyée en fonction des efforts et des talents, plutôt qu’une plac...

Affaire Khadija : le verdict est tombé

Plus de trois ans après les faits, la chambre criminelle près la Cour d’appel de Béni Mellal a rendu son verdict contre les accusés dans "l’affaire Khadija". La sentence prononcée mardi 21 septembr...

Mort de Abdelouahab Belfqih : une enquête a été ouverte par le tribunal de Guelmim

Le procureur du Roi près la Cour d’appel de Guelmim a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort d’Abdelouahab Belfqih, ex-membre du Parti authenticité et modernité (PAM). L’homme politique a été r...

Cellule terroriste à Errachidia : quatre nouvelles arrestations

En coordination étroite avec les éléments de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveil...