Aller au contenu principal

Le HCP célèbre la journée mondiale de la statistique

Ce 20 octobre 2020, le monde fête la journée mondiale de la statistique. Une célébration qui intervient tous les 5 ans depuis l’année 2010. À cette occasion, Ahmed Alami Lahlimi, patron du Haut-commissariat au plan (HCP) a présenté les récents progrès de son institution dans ce domaine avant d’étaler les défis et les perspectives d’évolution à l’avenir.

Par Mohamed Laabi, Publié le 20/10/2020 à 17:44, mis à jour le 20/10/2020 à 18:10
Teaser Media
Lahlimi

La journée mondiale de la statistique a été décrétée le 3 juin 2010 lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle est célébrée chaque 5 ans, le 20 octobre.

«Connecter le monde avec des données dans lesquelles nous pouvons avoir confiance» est le thème retenu au titre de la troisième édition de la journée mondiale de la statistique. Une édition qui intervient dans un contexte très particulier dans lequel l’information statistique prouve toute son importance, rapporte le journal francophone l’Opinion.

À cet égard, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a organisé, ce 20 octobre 2020, un webinaire sous le thème «Rôle de la statistique dans le contexte de la pandémie Covid-19». Ce webinaire a pour objectif de rendre compte des enjeux de la statistique officielle dans une situation de crise à l’image de celle que vit le monde d’aujourd’hui suite à la pandémie du Covid-19.

 

La vision de Lahlimi

Interrogé par la MAP, Ahmed Alami Lahlimi, Haut-Commissaire au Plan a déclaré qu’«il ne faudrait pas, pour des raisons politiques, mettre en doute à chaque instant les statistiques». Lahlimi indique qu’ «Il faut faire confiance à la statistique. C'est un élément important pour que tous les pouvoirs constitutionnels puissent jouer leur rôle», souligne-t-il.

Répondant à une question sur les défis que le Maroc doit relever dans les années à venir, Ahmed Alami Lahlimi a déclaré qu’il faut mettre en place le plus rapidement possible un «édifice législatif et organisationnel pour donner la consistance nécessaire à un véritable système national de l'Information statistique où l'ensemble des sources de l’information, quelles que soient leurs sources, gouvernementales, semi-publiques ou privées, sont traitées conformément aux mêmes normes scientifiques».

Lahlimi a également mentionné qu’une «bonne statistique coûte cher, qu’elle suppose des enquêtes permanentes et périodiques, mais toujours régulières, réalisées par des statisticiens en formation permanente pour affiner les concepts, enrichir les méthodologies et actualiser les technologies».

Enfin, Lahlimi souligne que ce métier de statisticien présente des risques et qu’il faut faire attention au traitement des données. Lahlimi a constaté que «le marché de l’information est souvent inondé d’indicateurs statistiques dont on ne connaît ni les métadonnées ni les méthodes de leur exploitation pour juger du niveau de leur rigueur scientifique et de la réalité de leur finalité».

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...