meh

Temps de lecture : 6 minutes


Moulay El Hassan : sa vie d’étudiant

Temps de lecture : 6 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 6 minutes

Le prince héritier entame une étape importante de son apprentissage. Moulay El Hassan suivra des études supérieures en sciences humaines et sociales. Un cursus universitaire en adéquation avec les exigences de sa formation de futur roi.

Temps de lecture : 6 minutes

À l’instar de tous les nouveaux bacheliers marocains, après avoir décroché son Baccalauréat option internationale filière “Sciences économiques et sociales” avec une mention très bien, le prince héritier Moulay El Hassan s’est inscrit pour suivre ses études post-bac. Le choix s’est porté sur la Faculté de gouvernance, sciences économiques et sociales (FGSES) relevant de l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P). Ce campus qui est en cours d’aménagement à Rabat, n’a pas encore ouvert ses portes même si les étudiants de la première promotion de cette faculté ont démarré leur cursus l’année dernière. Moulay El Hassan fera donc partie des étudiants de la seconde promotion de la FGSES. La pré-rentrée a eu lieu le 12 octobre dernier et c’est à distance que les étudiants suivent leur cours pour ce 1er semestre et peut-être pour toute cette année universitaire.



 



Des étudiants triés sur le volet



Moulay El Hassan suivra ses études aux côtés d’une centaine d’étudiants répartis en groupes. La sélection des candidats s’est faite sur dossier au mois de juillet dernier. Relevant d’une université à but non lucratif, la FGSES veille à assurer un accès équitable à la 1re année de Licence. Contacté par LeBrief, un responsable de l’UM6P nous a précisé que «la faculté compte beaucoup de bacheliers scientifiques et sciences mathématiques, c’est dire que ce parcours n’est pas l’apanage des bacheliers littéraires». Aussi, pour l’année en cours, seuls les titulaires d’un Baccalauréat avec une mention “Bien” ou “Très bien” ont été retenus. Il faut dire que ce sont les meilleurs dossiers qui ont été retenus «non pas au regard des notes obtenues seulement, mais par rapport aux profils, aux capacités communicationnelles, aux soft skills et aux compétences analytiques», ajoute notre source au sein de l’UM6P. La mixité sociale est également assurée. Si les frais de scolarité atteignent 100.000 dirhams par an, 60% des étudiants de l’UM6P sont boursiers à travers un partenariat avec la Fondation OCP (Office chérifien des phosphates). 



 



La vie d’étudiant de Moulay El Hassan



La vie étudiante du prince héritier ne sera pas de tout repos. Le parcours pédagogique est très chargé pour les trois années de formation avec 1950 heures étalées sur les 6 semestres. Aux côtés de ses camarades, Moulay El Hassan devra suivre 38 modules d’enseignement de sciences humaines et sociales et de langues. Le programme mis en place suit une logique qui vise à concilier la maîtrise des fondamentaux de chaque discipline et la polyvalence interdisciplinaire. La 1re année est une intéressante entrée en la matière avec beaucoup de conférences et d’ateliers sur la science politique, le droit, l’économie et la comptabilité nationale au 1er semestre. L’introduction aux relations internationales, l’analyse des sociétés contemporaines, le droit constitutionnel et les institutions politiques sont au programme du deuxième semestre. À ces modules obligatoires s’ajoutent d’autres optionnels, que l’étudiant choisit dans une liste comprenant l’histoire politique du Maroc, la veille et l’intelligence stratégique ou encore la psychologie, entre autres. En deuxième année, les étudiants s’orientent vers l’une des quatre licences délivrées par la faculté : Licence en sciences comportementales pour les politiques publiques, Licence en science politique, Licence en relations internationales ou Licence en économie appliquée. Le corps professoral compte des enseignants de renom, dont Abdellah Saaf pour les cours de science politique et Abdelhak Bassou pour les études et stratégies de sécurité et la défense.



 



Je ne veux pas qu’il soit forgé à mon image, mais qu’il forge sa propre personnalité



Le roi Mohammed VI dans une interview accordée à Paris Match en 2004



 



Le prince héritier Moulay El Hassan s’engage donc dans des études de haut niveau dans son pays et dans un environnement connecté à la réalité marocaine. Lors d’une interview accordée à Paris Match en 2004, le roi Mohammed VI déclarait en parlant de son fils : «Je ne veux pas qu’il soit forgé à mon image, mais qu’il forge sa propre personnalité». Il va sans dire, que pendant son 1er cycle universitaire, Moulay El Hassan vivra une expérience humaine unique avec aussi beaucoup d’activités associatives, surtout que l’UM6P se veut une plateforme d’expérimentation que les étudiants se plaisent à appeler très justement “L’école de la vie”.

 




Dans les pas de son père ?

C’est en 1981 que le prince héritier Sidi Mohammed obtient son Baccalauréat. La même année, il rejoint les bancs de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat. 4 ans plus tard, il décroche sa Licence en droit. Le sujet de son mémoire portait sur « L’Union arabo-africaine et la stratégie du Royaume du Maroc en matière de relations internationales ».

En 1987, il obtient le premier Certificat d’études supérieures (CES) en Sciences politiques avec mention. En juillet 1988, Sidi Mohammed réussit, avec mention, ses derniers examens pour l’obtention du deuxième CES en droit public. Le parcours du futur roi Mohammed VI sera couronné par l’obtention, le 29 octobre 1993 à l’Univernisté Nice-Sophia Antipolis, du titre de Docteur en droit avec la mention “très honorable”. Sa thèse était intitulée “La coopération entre la Communauté économique européenne et l’Union du Maghreb arabe”.




 



Recommandé pour vous

Éducation nationale : le grand pas de la tutelle

Temps de lecture : 5 minutes

Il avait promis, au mois de février, que la revendication majeure des enseignants cadres des A…

Journée mondiale de l’enseignant : quid des défis et des besoins de ce métier

Temps de lecture : 5 minutes

Nul ne peut nier le rôle fondamental des enseignants dans le développement des pays et la form…

Tramway/Busway/pont Mohammed VI : où en sont les travaux ?

Temps de lecture : 5 minutes

Les embouteillages sont maintenant le quotidien des automobilistes casablancais. En effet, la …

Sepsis : une maladie mortelle, mais peu connue !

Temps de lecture : 4 minutes

Le sepsis est une maladie mortelle. Considérée comme une menace sanitaire à l’échelle internat…

Cancer du sein : une étude prouve un risque lié à certains polluants de l’air

Temps de lecture : 5 minutes

Le cancer du sein est une des pathologies qui affaiblit non seulement la santé des personnes q…

Qualité de vie numérique : le Maroc classé 71e au monde et 3e en Afrique

Temps de lecture : 3 minutes

La quatrième édition annuelle de l’indice de qualité numérique « Digital Quality of Life Index…

L’Boulevard : des festivités qui tournent au drame

Temps de lecture : 4 minutes

Après deux années d’absence, la première soirée de la 2ᵉ partie du festival L’Boulevard a viré…

CESE : présentation d’un avis sur l’aménagement durable du littoral

Temps de lecture : 4 minutes

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a organisé, jeudi 29 septembre à Tange…

Stress hydrique : une problématique qui guette toujours le Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc a connu cette année l’une des pires sécheresses de ces trois dernières décennies. Le …

La santé mentale au travail : un sujet oublié !

Temps de lecture : 4 minutes

Nul ne peut nier que la santé mentale au travail n’est pas sérieusement prise en considération…

Quelle gestion pour les chiens errants au Maroc ?

Temps de lecture : 4 minutes

La situation est alarmante. La rage tue environ 60.000 personnes chaque année, selon les derni…

Covid-19 au Maroc : le calme avant la tempête ?

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis son apparition en 2019, le coronavirus s’est propagé à une vitesse vertigineuse dans le…