Aller au contenu principal

Emprunt à l'International : Benchaâboun défend le timing choisi

Le Maroc réussit une belle transaction sur le marché financier international. Le ministère des Finances a levé le montant d’un milliard d’euros avec des conditions de financement intéressantes. Une somme levée en 2 tranches de 500 millions d’euros chacune avec des coupons respectifs de 1,375 et de 2%, soit un taux moyen de 1,66%. Une performance jugée «excellente» par l’Exécutif, mais qui intervient légèrement en retard d’après quelques économistes. Les détails.

Par Mohamed L., Publié le 28/09/2020, mis à jour le 28/09/2020
Teaser Media
Benchaaboun

Les investisseurs internationaux continuent de faire confiance au Maroc. Il faut dire que la stabilité politique dont jouit le royaume et les réformes structurelles entreprises par le pays durant cette dernière décennie jouent en sa faveur, d’autant plus que ces dernières sont arrivées dans un contexte très mouvementé dans la région MENA.


Ainsi, le pays a emprunté jeudi dernier la somme d’un milliard d’euros sur le marché financier international. Une somme accordée en deux tranches de 500 millions d’euros. La première tranche d’une maturité de 5 ans et demi est assortie d’un prix de 99,374 % et d’un taux de rendement de 1,495 %, soit un coupon de 1,375 %, alors que la seconde tranche, d’une maturité de 10 ans, est assortie d’un prix de 98,434 % et d’un taux de rendement de 2,176 %, soit un coupon de 2 %.


Réjoui de cette démarche, le gouvernement qualifie les conditions de financement octroyées d’«excellentes». Dans une interview parue ce lundi 28 septembre dans les colonnes du quotidien L’Économiste, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration Mohamed Benchaâboun précise que ces conditions de financement permettront au Maroc de faire une économie de 300 millions de dirhams par an au niveau de la charge des intérêts. Benchaâboun précise néanmoins que ce sera le dernier recours au marché financier international cette année. «Le marché domestique demeurera la principale source de financement pour le trésor», souligne-t-il.


 

Un timing inadéquat ?


Juste après l’annonce officielle de cet emprunt, quelques voix se sont élevées du côté des économistes istiqlaliens pour dénoncer le timing un peu tardif de ces transactions. «Au moment même où le FMI appelle à intensifier le soutien à la relance et propose de nouvelles lignes de financement et des échéances de remboursement soutenables, le gouvernement s’en tient à une logique qui ne permet ni de dépasser la crise, ni de préserver les équilibres des comptes publics», souligne l’Alliance des économistes istiqlaliens (AEI).


Une position qui ne fait pas l’unanimité, notamment du côté de Mostapha El Jai, docteur en finance. Pour ce dernier, «Cela n’est pas évident dans un contexte comme celui que nous vivions». L’économiste estime dans une déclaration au quotidien les Inspirations éco ce lundi 28 septembre 2020 que «le niveau d’endettement actuel du Maroc exige beaucoup de précautions et de prudence».


Même son de cloche du côté de l'argentier du royaume qui précise que le timing de cette sortie est calculé. «Si nous étions sortis au mois de mai dernier, nous aurions payé un coupon de 3,1% pour une maturité de 10 ans contre un coupon de 2% pour l’actuelle émission, soit une économie de plus de 100 points de base», souligne le ministre qui rajoute que l’un des avantages de ce timing est qu’il permettra au pays de «remplacer une ancienne dette, d’un même montant, qui était assortie d’un taux d’intérêt de 4,5% par une nouvelle dette assortie d’un taux d’intérêt moyen de près de 1,7%».


Rappelons que le Maroc n’en est pas à sa première sollicitation étrangère de l’année. En avril 2020, le royaume avait tiré un montant de 3 milliards de dollars sur la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) mise à sa disposition par le Fonds Monétaire international (FMI). Une somme que le pays devra rembourser dans un délai qui ne dépasse pas cinq ans.


  • Partagez

Covid-19 : les organisateurs d’événements et les traiteurs broient du noir

Les professionnels de l’événementiel et les traiteurs ont été fortement impactés par la pandémie et...

Ligue des Champions CAF : le Wydad a une revanche à prendre

Après s’être incliné 2-0 le week-end dernier à Casablanca face au club égyptien d’Al Ahly, le Wydad...

OCP Africa poursuit son développement

Après le partenariat conclu fin septembre avec la Société financière internationale (SFI/IFC) pour ...

L'AMMC présente son bilan

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a dévoilé cette semaine son bilan au titre de l’...

Les tarifs bancaires se stabilisent mais restent encore flous

En 2019, les frais bancaires ont baissé de 0,9%, l’indice des prix des services bancaires (IPSB) s’...

Stratégie des énergies renouvelables : des retards épinglés par le Roi

Le roi Mohammed VI a présidé ce jeudi au palais royal de Rabat, une séance de travail dédiée à la s...