Aller au contenu principal

Le nationalisme hindou remporte une victoire écrasante en Inde

Par H.L.B, Publié le 24/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Narendra Modi a remporté les élections générales en Inde, avec son parti nationaliste hindou, le BJP, sur la voie d'une victoire écrasante.

 

Le Parti Bharatiya Janata (BJP) est sur la bonne voie pour dépasser la majorité qu'il a remportée en 2014, après avoir compté la quasi-totalité des voix. À l'époque, la victoire de 2014 a marqué une première depuis 30 ans, lorsque l'élection générale de l'Inde - le plus grand exercice démocratique au monde - a vu un parti obtenir une large majorité.

 

"Vous n'avez pas choisi entre les partis aujourd'hui, vous avez choisi pour l'Inde", a déclaré Modi aux partisans de New Delhi.

 

Modi a été félicité pour sa réélection par les dirigeants du monde, notamment le président russe Vladimir Poutine, le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

 

Alors que les résultats des sondages publiés cette semaine prédisaient une victoire considérable pour le BJP, beaucoup pensaient que Modi et son parti devraient rendre compte des échecs des cinq dernières années - sous le BJP, le chômage, les incidents de violence interethnique, les lynchages ont atteint un niveau trop élevé. La décision dévastatrice de Modi de retirer de la circulation certains billets de banque de petite valeur a entraîné des perturbations économiques massives, causant ainsi la perte de plusieurs entreprises et la mort de plusieurs personnes.

 

Mais la désignation par le BJP d'un candidat accusé d'implication terroriste - Pragya Singh Thakur - a exposé sa stratégie pour consolider les électeurs en se basant sur le nationalisme hindou de droite. Ce jeudi, Modi et Thakur (un candidat à l'image de Modi) ont gagné par des marges écrasantes en plaidant pour une "guerre religieuse" entre nationalistes hindous et leurs ennemis : terroristes, anti-nationaux, libéraux anglophones, Pakistanais et musulmans.

 

Même avant sa première élection au poste de Premier ministre en 2014, alors qu'il n'était pas encore la figure dominante du paysage médiatique indien, Modi était un expert dans la création de campagnes politiques émotives et passionnantes. Cette soi-disant tendance Modi a été observée lorsqu'il était ministre en chef du Gujarat, un État de l'Inde occidentale, où il a basé sa campagne sur la création de "Gujarati asmita", ou fierté d'État. En 2014, quand il s'est présenté comme candidat aux élections nationales, il proposait un développement pour chaque Indien, une promesse d'emploi et de richesse, s'en prenant aux riches et à leurs réserves d'argent malsain. Cette année, Modi et son parti ont une fois de plus écrit l'histoire en s'en tenant à un récit sur la revendication de la fierté hindoue.

 

Le principal rival politique du BJP, le Congrès national indien, qui est le principal parti gouvernemental de l'Inde depuis l'indépendance, n'a remporté que 94 sièges dans tout le pays.

 

Modi s'est adressé à la nation pendant 45 minutes depuis le siège du BJP à New Delhi, où il a été accueilli par une pluie de pétales de roses et des chants répétés louant "Modi !". Il a admis qu'il n'avait pas eu le temps de passer en revue tout ce qui s'était passé le jour du décompte, mais il était clair que "le peuple avait gagné".

 

"C'est la preuve que les analystes des sondages indiens sont coincés à une époque différente", a déclaré M. Modi, bien que la plupart des politiciens aient prévu la victoire du BJP. " Nous sommes au 21e siècle, c'est une nouvelle Inde, c'est une victoire pour les jeunes Indiens, pour la pauvre mère qui souffre en cherchant des toilettes propres, pour les agriculteurs qui restent affamés pour subvenir à leurs besoins et pouvoir nourrir la nation".

 

La dernière victoire du BJP a été vantée par les partisans du parti comme la fin des divisions politiques - Modi l'a réitéré dans son discours en affirmant que "seules deux castes existent actuellement en Inde, les pauvres et ceux qui travaillent pour les pauvres". Il a ajouté que le "masque de la laïcité" n'avait pas réussi à séduire les électeurs indiens, qui avaient choisi un "fakir", ou ascète religieux.


  • Partagez

Haut-Karabakh : les combats se poursuivent malgré les appels internationaux

Ce jeudi 1er octobre, le président russe Vladimir Poutine, son homologue français Emmanuel Macron ainsi que le locataire de la Maison-Blanche Donald Trump ont appelé à un cessez-le-feu immédiat dans l...

Santé de l'enfant : appel au retour à l’enseignement présentiel

Ce mercredi 30 septembre, plusieurs associations nationales et régionales de la santé de l’enfant ont adressé une lettre à Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale. Dans cette correspondance, el...

Présidentielle américaine : premier débat entre Donald Trump et Joe Biden

Ce mardi 29 septembre, à cinq semaines de la présidentielle américaine du 3 novembre, Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés pour la première fois dans le cadre de la course à la Maison-Blanche. ...

L’émir du Koweït est mort à l’âge de 91 ans

Ce mardi 29 septembre, l’émir du Koweït Sabah al-Ahmed al-Jabir est décédé à l’âge de 91 ans. Cette annonce a été faite par Cheikh Ali Jarrah al-Sabah, ministre chargé des Affaires royales dans un enr...

Liban : Moustapha Adib jette l’éponge

Samedi 26 septembre, vingt-cinq jours seulement après sa nomination, Moustapha Adib, Premier ministre libanais, a jeté l’éponge. L’ancien ambassadeur de Beyrouth en Allemagne a annoncé qu’il renonçait...

Paris : une attaque à l’arme blanche potentiellement liée à celle de Charlie Hebdo

Ce vendredi 25 septembre, une attaque à l’arme blanche a eu lieu dans le 11e arrondissement à Paris. Selon la police, un individu armé d’une machette a attaqué plusieurs personnes, blessant au moins q...