Aller au contenu principal

Système de santé : des réformes urgentes s’imposent

La pandémie du coronavirus a mis à nu les défaillances du système de santé du Maroc. Manque de collaboration entre les opérateurs privés et publics de ce secteur, nécessité de l’élargissement de la couverture maladie, déficits structurels du système de santé, lacunes des mesures mises en place par le gouvernement pour faire face à la Covid-19... tels sont, entre autres, les carences dont souffre la Santé du Royaume. La crise sanitaire actuelle a également affirmé l’importance d’une réforme urgente de la législation du système de santé.

Par H.L.B, Publié le 21/09/2020, mis à jour le 21/09/2020
Teaser Media
Système de santé : des reformes urgentes s’imposent

Le Maroc a atteint ce dimanche 101743 contaminations au nouveau coronavirus, dont près de 10000 ont été enregistrés la semaine dernière. Une recrudescence qui menace le système de santé du pays, qui était défaillant bien avant la pandémie de la Covid-19. Lors d’un Webinar organisé par la Chambre de commerce britannique au Maroc sous le thème : "Impact du Covid-19 sur le système de santé marocain", plusieurs experts sont intervenus pour souligner les lacunes de ce secteur et les changements qu’il faut lui apporter. Aujourd’hui Le Maroc rapporte que Meryam Bigdeli, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Maroc, a soulevé que «les déficits structurels du système de santé marocain ont été accentués davantage par la crise de la Covid-19», notamment «la pénurie des ressources humaines, le sous-financement des systèmes de santé, le problème de la gestion des stocks des médicaments, des chaînes d’approvisionnement des médicaments…».


De son côté, Jaafar Heikel, médecin épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses, a souligné que le gouvernement n’a établi aucune stratégie efficace pour le déconfinement de la population. Il a expliqué que «le confinement n’est pas une mesure pour arrêter définitivement un virus, mais un moyen transitoire de freiner son évolution en attendant de trouver des solutions durables». Selon lui, il faut encourager le partenariat entre le public et le privé pour améliorer le système de santé national et élargir la couverture maladie afin de pallier les inégalités d’accès aux services sanitaires. Il propose aussi la création d’une "Agence nationale de la santé". Cet organisme indépendant aura pour principale mission l’accompagnement du ministère de la Santé dans ses décisions.


 

Réforme urgente de la législation du système de santé


En prenant en compte les carences du secteur de la santé soulevées par les experts lors dudit Webinar, il est clair qu’une réforme urgente s’impose. D’ailleurs, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, «a mis en place un groupe de travail thématique, chargé de la réforme de la législation du système de santé», rapporte L’Économiste. Lors de la première réunion de ce groupe, qui s’est tenue début septembre, l’ordre du jour était «la définition des missions et de la méthodologie de travail pour conduire ce grand chantier», qui doit être finalisé avant la fin de décembre prochain. Le chantier en question porte sur la révision des lois-cadres sur «l’accès aux soins, la couverture médicale, les ressources humaines, la carte sanitaire avec des disparités géographiques et sociales», indique le journal.


L’autre défi majeur du Maroc est le financement de la santé, indique L'Économiste. Bien que le ministère de la Santé ait entamé une réflexion générale à ce sujet en 2019, un récent rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) déplore que le budget alloué à ce secteur reste très faible. En effet, souligne l’OCDE, seuls 5,6% du budget général de l’État est consacré à la santé, alors que la norme établie par l’OMS est de 12%.


Enfin, notons que parmi les grands chantiers annoncés par le roi Mohammed VI lors de son dernier discours du trône, il y a celui de la généralisation de la couverture sociale dans un horizon de 5 ans, y compris l’assurance maladie obligatoire (AMO), les allocations familiales, la retraite et l’indemnité perte d’emploi.


  • Partagez

Covid-19 : La France initie la deuxième vague de reconfinement

Avec un bilan épidémiologique quotidien dépassant les 33.000 contaminations et les 300 morts, la Fr...

Covid-19 : un bilan épidémiologique bimensuel préoccupant

Selon Abdelkrim Meziane Belfkih, chef de la division des maladies ambulatoires au ministère de la S...

Laftit : le Maroc jouit d’un climat de sécurité grâce à la vigilance des services compétents

Ce mardi 27 octobre, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a dressé le bilan des interpellations des individus i...

Une ONG musulmane dissoute en France

Ce mercredi 28 octobre en France, l’ONG humanitaire musulmane BarakaCity a été dissoute en Conseil des ministres. Selon Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, cette association «incitait à...

Coronavirus : Tanger renforce ses restrictions

Face à l’augmentation du nombre de ses contaminations au nouveau coronavirus, la ville de Tanger sera soumise à de nouvelles mesures de restrictions, à l’instar des villes de Tétouan et de Casablanca....

Prison locale de Tiflet 2 : un gardien tué par un présumé terroriste

Ce mardi 27 octobre, un employé de la prison locale de Tiflet 2 a été tué par un détenu. Selon un communiqué du Procureur du Roi près la Cour d’appel de Rabat, le Parquet général a ordonné l’ouverture...