Aller au contenu principal

Asphyxiées par le coronavirus, les crèches privées appellent à l’aide

L’Association marocaine des crèches privées (AMPC) tire la sonnette d’alarme et demande une aide urgente de l’État avant qu’il ne soit trop tard. Dans une correspondance envoyée au ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, l’AMPC souligne que les pertes financières des crèches sont estimées à plus de 70% du chiffre d’affaires. De plus, elle demande au ministère de reconnaître officiellement les crèches privées comme étant impactées par la pandémie de la Covid-19.

Par Mohamed L., Publié le 16/09/2020, mis à jour le 16/09/2020
Teaser Media
Crèche

Quel avenir pour les crèches privées au temps de la Covid-19 ? Nul ne le sait. Une seule certitude, les propriétaires des crèches privées vivent dans le chaos. Dans une correspondance envoyée au ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, l’Association marocaine des crèches privées (AMPC) appelle à l’aide. «Nous vous sollicitons afin de vous faire part de notre désarroi, de notre incompréhension face à la crise que vit le secteur de la petite enfance et du préscolaire au Maroc. La reprise semble très compliquée et nous sommes à bout de souffle», souligne le communiqué de l’AMPC.

L’Association alerte les autorités sur la perte de plusieurs centaines d’emplois, ainsi que sur la fermeture définitive de nombreuses crèches dans le royaume. Selon les Inspirations éco de ce mercredi, l’AMPC accuse des pertes considérables. Ces dernières sont estimées à plus de 70% du chiffre d’affaires. «Aujourd’hui, nous ne pouvons plus payer les salaires sans reprise d’activité. Nous l’avons fait au détriment de notre trésorerie et de nos fonds propres, de mars à août, mais nous sommes à bout de souffle».

 

Enseignement à distance inadapté

Par ailleurs, l’AMPC souligne que l’enseignement à distance n’est pas adapté à leur pédagogie de travail. «Nous avons fait de notre mieux pour nous adapter à cette situation inédite en dispensant un enseignement à distance. Mais contrairement aux enfants plus âgés, l’enseignement à distance n’est pas adapté à la tranche d’âge (3 mois à 4 ans) des enfants que nous accueillons. Par conséquent, plusieurs parents ont préféré arrêter la scolarité de leurs enfants sans s’acquitter des frais de scolarité qui représentent notre seule source de revenus», déplore Asmaa Sefrioui, présidente de l’AMPC.

L’association a également alerté le ministère sur le fait que certains centres de loisirs et salles de sports se transforment pour accueillir des enfants de 1 à 6 ans sans être soumis à aucun contrôle ou à des normes sanitaires officielles, rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son numéro du 16 septembre 2020. Une pratique qui risque de poser plusieurs soucis à l’État qui lutte chaque jour pour la baisse du nombre de contaminations par cette pandémie.


  • Partagez

Le Maroc co-organise un événement sur le rôle de la jeunesse dans l’action climat

Ce mardi 29 septembre, à la veille du premier Sommet des Nations-Unies sur la biodiversité, prévu mercredi à New York, la mission permanente du Maroc auprès des Nations Unies (ONU) à New York a co-org...

Nouvelle condamnation à la peine de mort

Alors que les derniers actes criminels perpétrés contre des mineurs ont relancé le débat sur la pei...

Entrée en vigueur de la loi sur le droit d’accès à l’information

Ce lundi 28 septembre, alors que le monde célébrait la Journée internationale de l’accès universel à l’information, le Maroc a commémoré cette occasion avec l’entrée en vigueur de la loi n° 13.31 rela...

Coronavirus : la situation reste sous contrôle

Dans son bilan bimensuel relatif à la situation épidémiologique au Maroc, le ministère de la Santé ...

Décès de Chama Zaz : les condoléances du roi Mohammed VI

Ce lundi 28 septembre, Chama El Hammoumi, diva de la "Aita Jablia" connue sous le nom de Chama Zaz, est décédé à l’âge de 70 ans. L’icône de la taktouka s’est éteinte à Taounate des suites d’une longu...

Tourisme : assouplissement des mesures aux frontières

C'est une information qui devrait satisfaire les opérateurs touristiques. Selon deux sources professionnelles sûres qui se sont confiées à Médias24, «la décision de supprimer l'obligation de présenter...