Aller au contenu principal

Métaux de terres rares : nouvelle arme de la chine contre les USA

Par H.L.B, Publié le 23/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Il est difficile d'imaginer une symbolique plus puissante : Lors de l'une de ses premières sorties publiques depuis que le président Donald Trump a décidé de mettre Huawei Technologies Co sur la liste noire, le président Xi Jinping a décidé lundi de visiter une usine de terres rares.

 

Les terres rares ont traditionnellement été un outil de guerre politico-économique pour la Chine. Lorsque Pékin s'est disputé avec Tokyo en 2010 au sujet de la propriété de certaines îles à l'est de Taïwan, elle a réduit les quotas d'exportation des minéraux et arrêté complètement les expéditions au Japon.

 

C'était une arme potentiellement puissante. L'industrie technologique japonaise dépend des terres rares, qui sont utiles dans des applications de niche telles que les diodes électroluminescentes et les aimants néodyme à haute résistance, populaires sur les vidéos scientifiques de YouTube. À l'époque, la Chine représentait environ 97% de la production mondiale, laissant Japan Inc. à la merci des douaniers de Pékin - et, plus précisément, de leurs patrons.

 

Cette souplesse n'a pas entièrement joué en sa faveur. La consommation mondiale de terres rares, qui avait augmenté de 27 % au cours des cinq années précédant le différend de 2010, a chuté de 7,2 % au cours des cinq années suivantes, les consommateurs trouvant des moyens de réduire leur dépendance à un fournisseur peu fiable.

 

Sel de la Terre

Lorsque la Chine a restreint ses exportations de terres rares en 2010, d'autres pays ont commencé à travailler plus fort pour accroître leur offre.

 

Pendant ce temps, les producteurs d'autres pays qui avaient passé des années à essayer de lancer des projets ont subi un coup très dur. Même après la reprise des exportations chinoises, qui ont provoqué un effondrement des prix risquant d'entraîner la chute des mineurs en Australie et aux États-Unis, les Chinois sont toujours restés en tête de la course. L'an dernier, la part de marché de la Chine était tombée à 71 %, selon l'U.S. Geological Survey.

 

Néanmoins, l'avantage pour le président Xi est qu'une économie guidée par la politique industrielle plutôt que par le libre marché est en mesure de réaliser des investissements prévoyants pour son avenir. Au moment où les États-Unis et leurs alliés traitent de plus en plus la domination de la Chine sur l'infrastructure des télécommunications comme une menace pour la sécurité nationale, il est frappant de voir combien ils s'intéressent peu à la domination de la Chine en matière d'approvisionnement en matières premières essentielles.

 

C'est encore plus évident dans le domaine émergent des matériaux pour batteries. L'affrontement acharné de Tianqi Lithium Corp. et de Ganfeng Lithium Co. signifie que les sociétés dirigées par des fonctionnaires chinois de bas niveau produisent environ la moitié du lithium dans le monde ou ont leur mot à dire dans la production.

 

Suivez l'argent

La Chine dispose de ressources nationales négligeables en cobalt et en lithium, mais la conclusion d'accords lui confère une part beaucoup plus importante en termes d'enjeux économiques.

 

Grâce à sa propriété de mines en République démocratique du Congo, dans le cadre d'un accord d'achat avec Glencore Plc et de sa maîtrise des capacités de traitement, la Chine produit également environ 80 % du cobalt chimique dans le monde. Un autre ingrédient clé pour les cellules des voitures électriques, le nickel de haute qualité, est sur la même voie. Des projets soutenus par la Chine en Indonésie produiront probablement du nickel et du cobalt de haute qualité, ce qui devrait dominer la hausse de l'offre au cours des prochaines années.

 

En temps normal, on ne devrait pas trop s'inquiéter à ce propos. Comme pour les terres rares (et, dans les années 1970, le pétrole brut), toute tentative de soumettre des produits vitaux à un contrôle politique risque d'entraîner la destruction de la demande et les efforts des consommateurs pour diversifier les sources d'approvisionnement. Mais ce qui se passe avec Huawei devrait être un indice que ce n'est pas une époque normale.

 

Il est peu probable que la Chine puisse utiliser ses nombreuses ressources dans le domaine des matériaux de batteries pour paralyser ses rivaux géopolitiques de façon permanente. Contrairement aux terres rares, sa production minière nationale est négligeable, de sorte qu'en cas de conflit politique, des pressions pourraient être exercées sur les gouvernements de l'Australie, du Chili, du Congo et de l'Indonésie, dont aucun n'est particulièrement favorable à la Chine.

 

Néanmoins, à mesure que les batteries deviennent de plus en plus essentielles aux besoins énergétiques du monde, même les perspectives d'une rupture d'approvisionnement à court terme devraient être préoccupantes. L'embargo pétrolier arabe de 1973 n'a duré que cinq mois, mais ses effets se font toujours sentir.

 

Jusqu'à présent, les gouvernements étrangers à la Chine ont adopté une attitude de laisser-faire à l'égard des terres rares et des matériaux de batteries, alors même que le président Trump considère les BMW importées comme un problème de sécurité nationale. Si la guerre commerciale s'intensifie, ne soyez pas surpris de voir cette attitude changer.

Portugal : le président Marcelo Rebelo de Sousa réélu

Sans surprise, les Portugais ont reconduit dimanche leur président, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa, à l'issue d'un scrutin réalisé en pleine tourmente sanitaire et marqué par une impor...

Israël ouvre une ambassade aux Émirats arabes unis

Ce dimanche 24 janvier, Israël a ouvert une ambassade aux Émirats arabes unis. Selon le ministère émirati des Affaires étrangères, cette inauguration est une démarche historique, qui intervient&n...

Davos : la Chine et la Covid-19 sous le feu des projecteurs

Le Forum économique mondial (WEF) s’ouvre ce lundi 25 janvier. Crise du coronavirus oblige, ce rendez-vous, qui se tient habituellement à Davos, aura cette année un format 100% virtuel. Lors de l’édit...

Le président mexicain positif à la Covid-19

Dans un message publié sur Twitter, dimanche 24 janvier, Andrés Manuel López Obrador (AMLO), président mexicain, a annoncé avoir été testé positif au nouveau coronavirus. Âgé de 67 ans, il a assuré qu...

Inégalités et Covid-19 : les plus riches sortis indemnes, voire renforcés, de la pandémie

Ce lundi 25 janvier, Oxfam, une confédération de 20 organisations caritatives indépendantes à travers le monde, a publié son rapport annuel sur les inégalités, à l'occasion de l’ouverture du Forum éco...

Arrivée de Biden : entre soulagement et scepticisme, le monde retient son souffle

C’est officiel ! Ce mercredi 20 janvier au Capitole, le démocrate Joe Biden a été investi en tant q...