Aller au contenu principal

MBS va exécuter trois éminents érudits modérés après le ramadan

Par H.L.B, Publié le 22/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Trois éminents érudits saoudiens détenus à Riyad pour de multiples accusations de "terrorisme" seront bientôt condamnés à mort, selon les médias locaux.

 

Citant deux sources gouvernementales et un membre de la famille de l'une des victimes, Middle East Eye a rapporté mardi que les trois individus - Cheikh Salman al-Awdah, Awad al-Qarni et Ali al-Omari - seront condamnés et exécutés après la fin du mois de Ramadan.

 

Les autorités saoudiennes n'ont fait aucun commentaire sur cette information.

 

Al-Awdah est un érudit islamique progressiste de renommée internationale décrit par les experts de l'ONU comme un "réformiste", Al-Qarni est un prédicateur, un universitaire et un auteur, et Al-Omari est un influenceur.

 

"Ils n'attendront pas pour exécuter ces hommes une fois que la peine de mort aura été prononcée ", a déclaré une source anonyme à Middle East Eye.

 

Selon une autre source gouvernementale saoudienne, l'exécution, le mois dernier, de 37 ressortissants saoudiens a servi de "test" pour mesurer la force de la condamnation internationale, a rapporté le journal.

 

Ali al-Ahmad, une figure de l'opposition saoudienne de longue date et chef de l'Institute for Gulf Affairs, basé aux États-Unis, a qualifié la décision d'exécuter ces trois hommes de "crime pour terroriser les Saoudiens afin d'assurer leurs soumissions".

 

"Le système judiciaire saoudien est plus ou moins un système judiciaire kangourou ", a déclaré al-Ahmad à Al Jazeera de Washington, DC.

 

Mais Yahya Assiri, fondateur d'ALQST, une organisation saoudienne de défense des droits de l'homme basée à Londres, a dénoncé cette information dans un tweet en arabe.

 

Cependant, il a ajouté : "Rien n'est au-delà des autorités qui sont oppressives, brutales et ignorantes, mais personne n'a été condamné ou exécuté... Cette nouvelle porte préjudice aux victimes, aux droits humains et à notre travail".

 

Condamnation internationale

Selon Middle East Eye, le trio attend actuellement d'être jugé par le tribunal pénal spécial de Riyad, la capitale, après avoir été arrêté en septembre 2017, lorsque les autorités saoudiennes avaient incarcéré des dizaines de personnalités dans une opération anticorruption menée par le prince Mohammed Ben Salman.

 

Leurs détentions ont provoqué la condamnation de l'ONU, ainsi que de plusieurs groupes de défense des droits, dont Human Rights Watch et Amnesty International.

 

Al-Awdah, qui compte plus de 13 millions d'adeptes sur Twitter, a posté un tweet peu avant son arrestation qui contenait une référence apparente aux relations entre l'Arabie saoudite et son voisin du Golfe, le Qatar.

 

Riyad a été le fer de lance d'un blocus aérien, maritime et terrestre imposé au Qatar depuis juin 2017. Trois autres pays arabes ont soutenu cette initiative : les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l'Égypte.

 

"Que Dieu les aide à trouver l'harmonie dans leurs cœurs pour le bien de leurs peuples", avait commenté Al-Awdah dans son tweet.

 

L'Arabie saoudite a souvent fait l'objet de critiques internationales pour des violations présumées des droits de l'homme, dont le recours à la répression pour détenir des ressortissants du pays.

 

Dans un rapport publié en janvier 2018, des experts de l'ONU ont condamné "l'utilisation continue des lois antiterroristes et sécuritaires contre les défenseurs des droits de l'homme" dans le pays.

 

"Bien qu'élue membre du Conseil des droits de l'homme à la fin de 2016, l'Arabie saoudite a continué de réduire au silence, d'arrêter arbitrairement, de détenir et de persécuter les défenseurs des droits de l'homme et leurs détracteurs, avait indiqué le rapport de l'ONU.


  • Partagez

Donald Trump grâcie son ex-conseiller

Ce mercredi 25 novembre, outre la dinde Corn qui a obtenu la traditionnelle grâce présidentielle à l’occasion de la fête de Thanksgiving, le président Donald Trump a également grâcié Michael Flynn, so...

Gaza : le blocus par Israël a coûté presque 17 milliards de dollars

Ce mercredi 25 novembre, l’Organisation des Nations unies (ONU) a publié le rapport de sa Conférence sur le commerce et le développement (Cnuced). Selon ce document, qui porte sur la période 2007-2018...

Prosperity Index 2020 : le Maroc perd deux rangs par rapport à 2019

Le Legatum Institute, un think-tank indépendant basé à Londres, a récemment publié son rapport annuel "Prosperity Index" pour l’année 2020. Ce document juge la prospérité de 167 pays, dont 53 pay...

Sans admettre sa défaite, Donald Trump donne son feu vert au processus de transition

Dans un tweet publié ce lundi 23 novembre, le président américain sortant Donald Trump, a indiqué avoir recommandé l’organisation du passage de témoin entre son administration et celle du président él...

Le sommet G20 aboutit à plusieurs consensus généraux

Dimanche 22 novembre, les dirigeants des nations les plus puissantes du monde ont conclu le sommet du G20, un sommet virtuel de deux jours, pandémie oblige, organisé par l’Arabie saoudite. À...

Ouverture du procès de Nicolas Sarkozy pour corruption

Faux départ ce lundi 23 novembre au procès inédit de Nicolas Sarkozy pour corruption dans l'affaire dite des "écoutes". Le tribunal a suspendu l'audience jusqu'à jeudi, le temps de réaliser une e...