Aller au contenu principal

Entre l'explosion à Beyrouth et le Covid-19, le Liban est dans la tourmente

Arrivé ce jeudi au Liban, Emmanuel Macron, président de la France, a exhorté le monde à venir en aide d'urgence aux Libanais, endeuillés par les répercussions de la double-explosion du mardi 4 août. L’incident dévastateur a ravagé Beyrouth, la capitale du pays, tuant 145 personnes et générant un choc sismique sans précédent. De son côté, le roi Mohammed VI a ordonné au gouvernement marocain d’envoyer une aide médicale et humanitaire au Liban pour soutenir le peuple libanais.

Par H.L.B, Publié le 06/08/2020, mis à jour le 06/08/2020
Teaser Media
Liban entre l'explosion à Beyrouth et le Covid-19

Afin de soutenir le Liban suite à l’explosion massive qui l’a secoué il y a deux jours, Emmanuel Macron, président de la France, est arrivé ce jeudi 6 août à Beyrouth. Selon Asharq Al Awsat, ce dernier s’est adressé à une foule de Libanais en colère dans le centre de la capitale, affirmant que l’aide française n’ira pas aux «mains corrompues» et qu’il chercherait à conclure un nouvel accord avec les autorités politiques du pays. «Je parlerai à toutes les forces politiques pour leur demander un nouvel accord. Je suis ici aujourd’hui pour leur proposer un nouveau pacte politique», a-t-il déclaré, après avoir été salué par des manifestants qui réclament le renversement du régime libanais.

 

Aide marocaine

Outre le président français, le roi Mohammed VI a ordonné au gouvernement marocain d’envoyer huit avions transportant une aide humanitaire et médicale au Liban. Une équipe médicale militaire se rendra également à Beyrouth pour mettre en place un hôpital de campagne afin de traiter les personnes blessées. Le soutien marocain comprend 295 tonnes de denrées alimentaires de base, 10 tonnes de matériel médical et 11 tonnes de matériel spécial anti-coronavirus.

 

Investigation en cours pour déterminer la cause de l’incident

France24 souligne que l’explosion du mardi semble avoir été causée par un incendie accidentel qui a enflammé un stock de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, tuant au moins 145 personnes, blessant plus de 5000 autres et causant d’importants dégâts matériels. Alimentant les spéculations selon lesquelles la négligence serait à l’origine de cet accident meurtrier, une lettre officielle circulant en ligne démontre que le chef du service des douanes avait averti à plusieurs reprises que le stock en question était dangereux, et qu’il avait demandé aux autorités judiciaires de se prononcer sur la manière de s’en débarrasser. Notant que le nitrate d’ammonium est un composant d’engrais qui est potentiellement explosif. La cargaison de 2750 tonnes de cette substance était stockée dans le port depuis qu’elle avait été confisquée en 2013 à un navire étranger.

Par ailleurs, le média français a indiqué que le gouvernement libanais a annoncé ce mercredi que les personnes responsables de la garde et du stockage dans le port de Beyrouth ont été placées en résidence surveillée, et ce jusqu’à la fin de l’enquête portant sur les raisons de cet incident.

 

Une catastrophe au temps du coronavirus

Pour sa part, Al Jazeera déplore que cet incident a également favorisé l’accélération de la progression du coronavirus dans le pays, des milliers de personnes s’étant ruées vers les hôpitaux après l’explosion. Le média ajoute que des centaines de milliers de Libanais ont été contraints d’emménager chez des parents et des amis après la destruction de leurs maisons, augmentant ainsi les risques d’exposition au virus. «Nous avons désespérément besoin d’aide, non seulement nous, mais aussi tous les hôpitaux du Liban», a regretté le Dr Firas Abiad, directeur général de l’hôpital universitaire Rafik Hariri, qui mène la lutte contre les coronavirus. Les autorités avaient largement contenu l’épidémie en imposant un confinement généralisé en mars et avril, mais le nombre de cas a augmenté ces dernières semaines, explique la même source. Et d’ajouter qu’un nouveau confinement devait entrer en vigueur cette semaine, mais a été annulé après l’explosion. Le Liban a signalé plus de 5400 cas de coronavirus et 68 décès depuis février.


  • Partagez

Mali : les militaires désignent l’ancien colonel-major président de transition

Ce lundi 21 septembre, un mois après le coup d’État qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta, les militaires ont désigné un nouveau dirigeant pour le Mali. En effet, un comité mis en place par la junte a...

FinCEN Files : de grandes banques impliquées dans la circulation d’argent sale

Dimanche 20 septembre, le Consortium international des journalistes (ICIJ) a publié les FinCEN Files, une nouvelle enquête internationale menée par 400 journalistes travaillant pour 110 organes de pre...

Covid-19 : nouvelles restrictions pour Mohammedia

Ce lundi 21 septembre, les autorités de la ville de Mohammedia ont annoncé la mise en place de plusieurs mesures sanitaires en raison de l’explosion du nombre de contaminations locales au nouveau coro...

Oxfam : la minorité la plus riche à l’origine de la moitié des émissions de CO2

Ce lundi 21 septembre, la confédération d’organisations caritatives Oxfam a publié un rapport réclamant une «justice sociale et climatique» dans les plans de relance post-Covid. Basé sur une analyse r...

L’ONU tient sa 75e Assemblée générale sous la menace du coronavirus

Ce lundi 21 septembre, l’Organisation des Nations Unies (ONU) célèbre son 75e anniversaire. À cette occasion, les chefs d’État des 193 pays membres de l’organisation se réunissent virtuellement ce lun...

Iran : Washington proclame unilatéralement le retour en vigueur des sanctions de l’ONU

Dans la nuit de samedi à dimanche, les États-Unis ont unilatéralement proclamé que les sanctions de l’Organisation des Nations unies (ONU) contre l’Iran sont à nouveau en vigueur. Selon l’émissaire am...