Aller au contenu principal

La fragilité du gouvernement libyen menacé par les députés de Tobrouk

Par H.L.B, Publié le 21/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Signé sur les corps des dizaines de milliers de Libyens tués au cours des nombreux conflits depuis 2011, l'Accord de Skhirat n'a jamais été qu'un mince pansement couvrant une grande blessure. Cependant, le peu d'ordre que l'accord a permis d'établir est menacé, puisque plusieurs membres du Parlement de Tobrouk réclament que la Libye se retire du traité.

 

Le dimanche 19 mai, 44 membres de la Chambre des représentants de la Libye à Tobrouk ont publié une déclaration rejetant l'Accord de paix de Skhirat signé au Maroc en 2015 sous l'égide des Nations Unies.

 

"Nous demandons à la Chambre des représentants d'annoncer officiellement le retrait de la Libye de l'accord politique de Skhirat", ont déclaré les députés dans un communiqué de presse.

 

En dénonçant l'Accord de Skhirat, la déclaration a également qualifié d'illégitimes toutes les entités politiques créées par l'Accord, notamment l'actuel gouvernement intérimaire dirigé par Fayez el-Sarraj.

 

Cette mesure n'est que l'une des nombreuses tentatives du gouvernement de Tobrouk d'alimenter les hostilités entre la Chambre des représentants et le gouvernement provisoire d'Al-Sarraj.

 

L'initiative des députés libyens révèle une évolution dangereuse et présage l'émergence potentielle de divisions plus importantes entre les gouvernements de Tobrouk et Tripoli.

 

Alors que la deuxième guerre civile libyenne a éclaté en raison de la fragmentation du gouvernement, le conflit entre la Chambre des représentants et le gouvernement de l'Accord national menace de déclencher un conflit encore plus grave entre la Libye et toute la région de l'Afrique du Nord.

 

En avril, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a condamné l'escalade militaire à Tripolie, avertissant que cela pourrait conduire à de sérieux problèmes humanitaires et politiques dans la région.

 

"Le Maroc suit la situation libyenne avec une grande inquiétude, en particulier après l'escalade militaire à l'entrée de Tripoli et des conséquences possibles en termes de pertes humaines et de séquelles sur la stabilité de ce pays du Maghreb (d'Afrique du Nord)", a précisé Bourita.

 

Si la Libye plonge dans un conflit encore plus violent, ce serait catastrophique non seulement pour le peuple libyen, mais aussi pour tous les habitants des pays d'Afrique du Nord. Pendant ce temps, chaque jour qui passe, nous voyons le gouvernement libyen se diviser de plus en plus et le peuple libyen souffrir sans qu'un dénouement ne soit en vue.

Arrivée de Biden : entre soulagement et scepticisme, le monde retient son souffle

C’est officiel ! Ce mercredi 20 janvier au Capitole, le démocrate Joe Biden a été investi en tant q...

États-Unis : Trump quitte, Biden arrive, une page se tourne

Ce mercredi 20 janvier, le président sortant américain a quitté la Maison-Blanche avec son épouse pour se rendre en Floride, quelques heures avant le début de la cérémonie d’investiture du président é...

Vaccin d'AstraZeneca : le Maroc pas prioritaire ?

L'Inde a commencé ce mercredi à exporter les lots du vaccin anti-Covid-19 Covishield, développé par AstraZeneca mais le Maroc ne figure pas dans la liste dévoilée par les autorités. Les premiè...

Joe Biden revient sur plusieurs décisions de Trump

Les conseillers du président américain élu Joe Biden ont affirmé ce mercredi que le nouveau locataire de la Maison-Blanche prendra dès son installation dans le bureau ovale 17 actions présidentielles ...

Covid-19 : 1,6 million de Chinois confinés à Pékin

Un confinement partiel a été imposé à la capitale chinoise ce mercredi 20 janvier, 1,6 million de résidents ayant été interdits de quitter Pékin suite à une recrudescence de la pandémie de la Covid-19...

Course aux vaccins anti Covid-19 dans le monde

Pfizer, Sinopharm, AstraZeneca, Moderna, Spoutnik… la course aux vaccins s’intensifie à travers le ...