Temps de lecture : 3 minutes


Lutte contre la corruption : nouvelles fonctions pour l’INPPLC

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Le projet de loi sur la réforme de l’Instance centrale de prévention contre la corruption (ICPC) a été présenté lundi devant la Commission de la justice et de la législation. Le texte adopté le 11 juin dernier lors du conseil du gouvernement prévoit plusieurs changements dans le fonctionnement et la dénomination de cette institution.

Temps de lecture : 3 minutes

La lutte contre la corruption au Maroc passe un nouveau cap. Ce lundi, le projet de la réforme de l’Instance centrale de prévention contre la corruption a été présenté devant la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants. L’instance changera de dénomination pour devenir l’instance de probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC). Elle sera gérée par un conseil composé de 12 membres, désignés pour un mandat de 5 ans. En plus du président qui sera nommé par Dahir, 4 autres membres seront désignés par le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani et autant de membres seront désignés par les présidents des deux Chambres du parlement, souligne le quotidien l’Économiste dans son édition du mardi 21 juillet 2020.



Ce nouveau projet de loi accorde à cette nouvelle instance le droit de recevoir les plaintes liées aux affaires de corruption. L’instance sera aussi amenée à effectuer des opérations d’investigations pour examiner la véracité des informations reçues. Pour cela, elle s’appuiera sur un observatoire chargé d’examiner les différentes formes de corruption dans les secteurs public et privé et d’évaluer leurs répercussions, rappelle la même source.



 



Des conditions pour la recevabilité des plaintes



Le projet de loi adopté au conseil du gouvernement le 11 juin dernier consacre une partie à la mise en œuvre des nouvelles missions en matière de réception des plaintes et les dénonciations concernant des affaires précises de corruption. L’article 21 de ce projet de loi précise que «toute personne physique ou morale, simple citoyen, directeur d’administration ou fonctionnaire, peut saisir le président de l’Instance de probité et de lutte contre la corruption, concernant des affaires précises».



Cet article met une seule condition à cette demande. Celle de disposer d’informations et de preuves appuyant ces allégations. Le texte précise que la recevabilité d’une plainte doit être déposée par écrit, en précisant toutes les informations du plaignant. Elle doit aussi être accompagnée de tous les documents prouvant la situation de corruption dénoncée.



La dénonciation doit préciser également les personnes ou les entités concernées par l’affaire. Les plaignants devront également présenter une déclaration attestant que le dossier concerné n’a pas été soumis à la justice. Si le président de cette instance juge que les informations reçues imposent une réaction urgente pour statuer sur un dossier, il sera habilité à transférer l’affaire directement au procureur général.


Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…
CMC : comment consolider l’économie nationale ?

CMC : comment consolider l’économie nationale ?

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son Bulletin thématique intitulé "État social et développement humain". Sous le n°55-56, ce dernier rapport annuel du Centr…