Aller au contenu principal

Autriche: le port du voile interdit dans les écoles primaires

Par H.L.B, Publié le 17/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le gouvernement autrichien a approuvé, mercredi 15 mai, une loi contre les organisations sous influence "idéologique et religieuse", proposée par le Parti populaire de droite (OVP) et le Parti de la liberté (FPO) au pouvoir.


 


La loi contre le hijab, un foulard porté par les musulmanes, exclut le parka, un couvre-chef porté par les sikhs, et la kippa, une calotte juive.


 


Si la kippa juive et le parka sikh sont autorisés, c'est parce que les deux symboles religieux ne correspondent pas à la définition énoncée dans le projet de loi, qui fait référence aux "vêtements qui couvrent les cheveux de la tête en entier ou en grande partie".


 


Bien que le projet de loi suggère que l'interdiction du hijab, qui reste valable jusqu'à l'âge de dix ans, favorisera "l'intégration sociale en harmonie avec les coutumes locales autrichiennes, la préservation des valeurs fondamentales de la Constitution, ainsi que l'égalité entre hommes et femmes," on peut supposer que cette décision dissimule d'autres motifs.


 


En réponse aux arguments en faveur de l'adoption de la loi, qui cible le hijab et non les autres symboles religieux, le porte-parole du FPO pour l'éducation, Wendelin Molzer, a précisé que cette loi est vraisemblablement motivée par une volonté de lutter contre l'Islam politique, et a pour objectif de libérer les enfants victimes de "subjugation".


 


En cas de non-respect de l'interdiction, les parents risquent de payer une amende de 440 € (491 $) ou de purger une peine d'emprisonnement de deux semaines, prévoit la loi.


 


La Communauté religieuse islamique d'Autriche condamne ce décret, qui n'a pas encore été adopté par le Conseil fédéral autrichien, comme une " honte " et une " tactique de diversion " visant à porter atteinte à la liberté religieuse des musulmans d'Autriche.


 


Ils ont ajouté en outre dans un communiqué que l'interdiction ne conduira qu'à la ségrégation et à la discrimination contre les filles musulmanes. La communauté a déclaré qu'elle intenterait une action en justice contre cette mesure d'interdiction devant la Cour constitutionnelle.


  • Partagez

Les deux candidats à la présidentielle américaine délivrent un dernier débat moins chaotique

Ce jeudi 22 octobre à Nashville, à moins de deux semaines de la présidentielle américaine du 3 novembre, Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés pour la seconde fois dans le cadre de la course à l...

Saad Hariri de nouveau nommé Premier ministre du Liban

Ce jeudi 22 octobre, le président libanais Michel Aoun a désigné Saad Hariri, l’ancien Premier ministre qui avait été poussé à la démission à l’automne 2019, Premier ministre. Et ce, suite à des «cons...

Coronavirus : l’Espagne devient le premier pays de l’UE à franchir le cap du million de cas

La pandémie du nouveau coronavirus ne cesse de se propager dans le monde. Ce jeudi 22 octobre, le bilan mondial du virus a atteint 41541220 cas d’infection et 1137190 morts. En Espagne, alors que les ...

Un accord d’exemption de visa entre Israël et les Émirats arabes unis

Ce mardi 20 octobre, Israël et les Émirats arabes unis (EAU) ont décidé d’exempter leurs ressortissants de visas. Cette mesure, inédite entre un pays arabe et l’État hébreu, a été annoncée à l’occasio...

Hum to Search : une application de Google pour retrouver une chanson oubliée

Il y a quatre jours, Google a lancé sa nouvelle fonctionnalité Hum to Search. Ainsi, grâce au nouvel algorithme du géant de la tech disposant d’une bibliothèque d’empreintes digitales, il est désormai...

Formalisation de la normalisation des relations entre le Bahreïn et Israël

Ce dimanche 18 octobre, Israël et le Bahreïn ont paraphé un document portant sur la mise en place de relations diplomatiques et pacifiques entre les deux pays. Lors d’une cérémonie à Manama, une ...