Aller au contenu principal

Abderrahmane Youssoufi, modèle d’honnêteté de la classe politique

Abderrahmane Youssoufi, l’ancien Premier ministre marocain, est décédé, ce vendredi 29 mai à l'âge de 96 ans. Politicien emblématique et symbole du socialisme marocain, il avait dirigé le gouvernement de l’alternance au Maroc entre 1998 et 2002, une époque cruciale de l’histoire politique du Maroc moderne. Il avait également apaisé la transition entre deux règnes. Retour sur le parcours de ce Premier ministre, qui fut un modèle d’honnêteté de la classe politique.

Par Khansaa B., Publié le 29/05/2020, mis à jour le 29/05/2020
Teaser Media
Abderrahmane Youssoufi et Hassan II

Ce vendredi 29 mai, Abderrahmane Youssoufi, l’ancien Premier ministre marocain, est décédé à l’hôpital Cheikh Khalifa, à Casablanca, à l’âge de 96 ans. Hospitalisé le dimanche 24 mai, il a succombé suite à une longue maladie. Le politicien de gauche et symbole du socialisme marocain est né à Tanger le 8 mars 1924. Homme politique de haut calibre, il est devenu Premier ministre du Maroc en 1998, et a quitté ses fonctions en 2004. Populaire auprès de la population, il a été le modèle de probité, d’intégrité et d’honnêteté de la classe politique, souligne l’Économiste.

Avant de servir en tant que Premier ministre, Youssoufi était avocat des droits de l’Homme, activiste et défenseur des droits des travailleurs immigrés en France. Sa carrière politique avait commencé en 1959 lorsqu’il a rejoint l’Union nationale des forces populaires (UNFP). Le politicien emblématique avait été arrêté pendant les années de plomb, en 1959 puis en 1963, purgeant une peine de deux ans de prison. Libéré en 1964, Youssoufi avait passé les 15 années suivante de sa vie en exil à Paris.

Une fois retourné au Maroc en 1980 après que le roi Hassan II ait engagé une sorte d’amnistie politique, il avait occupé le poste de secrétaire général de l’UNFP après la mort d'Abderrahim Bouabid en 1992. En 1998, Il avait été appelé par le roi Hassan II à diriger le gouvernement en tant que Premier ministre, pour éviter «la crise cardiaque» au pays. Youssoufi avait accepté de former le gouvernement sans avoir de majorité au Parlement. En effet, le roi lui garantissait la stabilité politique. Il était ainsi de venu le premier et l’unique opposant dans le monde arabe à prendre la tête d’un gouvernement dit d’Alternance, précise H24.

En 2002, il a déposé sa démission du gouvernement puis de son propre parti l'année suivante. Depuis lors, il a quitté définitivement la scène politique et a continué d’observer une neutralité politique. Cependant, il est resté fidèle aux principes socialistes, la défense des libertés et de progrès des couches populaires, écrit l’Économiste.

Souffrant d’une pneumonie, l’ancien Premier ministre a été admis à l’hôpital en 2016, où il a reçu la visite du roi Mohammed VI.

 

Mohammed VI et Abderrahman el Youssoufi

 

Sa dernière apparition publique a eu lieu en janvier 2020 à Fès, où il avait présenté un livre relatif à son expérience politique, écrit par Driss Guerraoui, économiste marocain et résident du Conseil de la concurrence.

 

Abderrahmane Youssoufi raconté par Driss Guerraoui

Dans son livre "Abderrahmane El Youssoufi : Des leçons pour l’Histoire", une biographie autorisée par le taulier socialiste, Driss Guerraoui donne un aperçu d’un pan de l’histoire méconnu du grand public, écrit Telquel. Guerraoui, qui était conseiller du Premier ministre Abderrahmane Youssoufi pendant l’Alternance, revient en détail sur l’expérience politique unique du défunt, la première en son genre de l’Histoire du Maroc. Cette expérience, qui a duré de mars 1998 à octobre 2002, soit cinq ans, a largement contribué à apaiser la transition institutionnelle entre le règne de feu Sa Majesté Hassan II et celui de SM le Roi Mohammed VI.

Selon Guerraoui, Youssoufi a jeté les bases de la réforme des droits et de la condition sociale au royaume, contribuant ainsi à la construction du Maroc d’aujourd’hui. L’auteur cite plusieurs réalisations, notamment la promotion des droits de la Femme, le plaidoyer international pour l’unité territoriale du Maroc, la réforme du Code de la couverture médicale... Rendant hommage à l’homme d’État que fut son mentor, Guerraoui a déclaré que «feu Ssi Abderrahmane Youssoufi fut un homme d’État exceptionnel et qui avait l’intérêt supérieur de son pays chevillé au corps».

 

Héritage

Youssoufi s’est retiré de la politique en 2003, cédant son poste à Driss Jettou, un membre de son propre parti. En août 2019, alors qu’il célébrait le 20e anniversaire de son couronnement, le roi Mohammed VI avait rendu hommage au patriotisme de Youssoufi et a loué leur relation particulière. Le souverain avait baptisé la promotion 2019 de recrues militaires diplômées du nom de Aderrahmane El Youssoufi, rappelle Hesspress.

«J’ai choisi de donner à votre promotion le nom de Maître Aderrahmane Youssoufi, en hommage aux principes immuables de patriotisme, d’attachement aux symboles sacrés de la Nation et à l’intégrité territoriale du Royaume, et de défense de ses intérêts supérieurs que cette personnalité partage avec Notre vénéré Père, Sa Majesté le roi Hassan II, et avec Notre Majesté», avait déclaré le roi.

Trois ans plus tôt, le Roi Mohammed VI avait déjà honoré l’ancien Premier ministre en inaugurant à Tanger l’Avenue Abderrahmane Youssoufi.


  • Partagez

Le Maroc dénonce la position hostile d’Amnesty International à son égard

Le Maroc dénonce les allégations injustes et fausses qu’Amnesty International lui impute. L’Organis...

Entretiens maroco-portugais : coopération bilatérale en matière d’énergie

Ce jeudi 2 juillet, Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, et João Pedro Matos Fernandes, son homologue portugais, se sont entretenus, lors d’une vidéoconférence, en prés...

Soutien à l’intégrité territoriale du Maroc devant le CDH de l’ONU

Ce mardi 30 juin à Genève, un groupe composé de 26 pays a réitéré son soutien à l’intégrité territoriale du Maroc devant le Conseil des Droits de l’Homme (CDH) de l’Organisation des Nations unies (ONU...

Artisanat : adoption d’un projet de loi pour restructurer le secteur

Afin de faire face aux répercussions de la pandémie du coronavirus et de promouvoir l’artisanat mar...

Député américain : Trump devrait soutenir le Maroc au sujet du Sahara

Dimanche 28 juin, Paul Gosar, député républicain à la Chambre américaine des représentants, invité de l’émission de Medi1 TV "Avec le Maroc depuis Washington", a appelé l’administration Trump à «dénon...

Réunion du Comité central de l’Istiqlal : Baraka alerte le gouvernement

Le parti de l’Istiqlal (PI) a tenu samedi dernier une réunion de son Comité central. Le secrétaire ...