Aller au contenu principal

Les "Contractuels" : 2 jours de grève avant les pourparlers du 23 mai

Par H.L.B, Publié le 15/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La Coordination des enseignants forcés de conclure un contrat (CNPCC) a publié une déclaration le dimanche 12 mai, déclarant une grève de deux jours les 13 et 14 mai.

 

Cette déclaration fait suite à la dernière série de pourparlers tenus avec le ministère de l'Éducation, qui a laissé entendre que les négociations avec les autorités n'ont jusqu'ici pas répondu aux attentes des enseignants.

 

Selon le communiqué, l'appel à la grève est alimenté par "l'indifférence, le mépris et la procrastination" du gouvernement. La coordination a expliqué que les autorités ont été sourdes à certaines des principales demandes des enseignants, dont l'abolition des contrats à durée déterminée.

 

La coordination a également appelé les enseignants contractuels à boycotter les examens de qualification professionnelle, en misant sur le prochain cycle de négociations avec le ministère de l'Éducation, prévu le 23 mai.

 

Cependant, les enseignants contractuels se sont montrés réticents face à l'appel de la coordination, rejetant l'initiative en la jugeant inefficace.

 

Un contractuel a fait remarquer que la raison de leur réticence est que les enseignants se méfient de plus en plus des syndicats.

 

"Les syndicats sont vendus parce qu'ils ont trahi les revendications légitimes des enseignants contractuels", a-t-il expliqué.

 

D'autres enseignants se sont moqués de la déclaration de la coordination. Ils ont surtout rejeté son appel "à faire de leur mieux pour rattraper les retards des élèves", le qualifiant de contradictoire, "inutile" et "perte de temps pour les élèves".

 

Les enseignants ont repris les cours le 15 avril pour répondre aux demandes urgentes des associations de parents d'élèves. Toutefois, pour savoir si cela indique une dérive vers des changements plus positifs pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouvent les enseignants et le gouvernement, il faudra attendre le prochain cycle des négociations prévu pour le 23 mai.

Le roi Mohammed VI dissuade El Mostapha Ramid de démissionner

Ce lundi 1er mars, El Mostapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’homme et des relations avec le Parlement, a affirmé qu’il ne quitte plus le gouvernement de Saad Dine El Otmani. C’est...

La Jordanie ouvre son consulat à Laâyoune le 4 mars

Ce jeudi 4 mars, la Jordanie devrait inaugurer son Consulat général à Laâyoune, a indiqué une source diplomatique. Il s’agit du troisième pays du Golfe et du quatrième pays musulman à ouvrir une repré...

Crise au PJD : démissions de deux figures phares du parti

Moins de 24 heures après la démission d'El Mostapha Ramid, ministre d’État en charge des droits de ...

Chambre des représentants : ouverture mardi d’une session extraordinaire

Ce mardi 2 mars, la Chambre des représentants tiendra une séance plénière consacrée à l’ouverture d’une session extraordinaire de cette institution. Dédiée à l’examen de textes de loi à caractère urge...

Gouvernement : le ministre Ramid rend son tablier

Démission surprise du ministre d'État chargé des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, El Mostafa Ramid. Ce dernier a présenté, ce vendredi 26 février, sa démission de son poste. Dans ...

Parlement : session extraordinaire dès mardi

Un Conseil de gouvernement s'est réuni ce vendredi sous la présidence du Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani. Ce conseil était consacré à l'examen d'un projet de décret appelant la Chambr...