Aller au contenu principal

Les "Contractuels" : 2 jours de grève avant les pourparlers du 23 mai

Par H.L.B, Publié le 15/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La Coordination des enseignants forcés de conclure un contrat (CNPCC) a publié une déclaration le dimanche 12 mai, déclarant une grève de deux jours les 13 et 14 mai.

 

Cette déclaration fait suite à la dernière série de pourparlers tenus avec le ministère de l'Éducation, qui a laissé entendre que les négociations avec les autorités n'ont jusqu'ici pas répondu aux attentes des enseignants.

 

Selon le communiqué, l'appel à la grève est alimenté par "l'indifférence, le mépris et la procrastination" du gouvernement. La coordination a expliqué que les autorités ont été sourdes à certaines des principales demandes des enseignants, dont l'abolition des contrats à durée déterminée.

 

La coordination a également appelé les enseignants contractuels à boycotter les examens de qualification professionnelle, en misant sur le prochain cycle de négociations avec le ministère de l'Éducation, prévu le 23 mai.

 

Cependant, les enseignants contractuels se sont montrés réticents face à l'appel de la coordination, rejetant l'initiative en la jugeant inefficace.

 

Un contractuel a fait remarquer que la raison de leur réticence est que les enseignants se méfient de plus en plus des syndicats.

 

"Les syndicats sont vendus parce qu'ils ont trahi les revendications légitimes des enseignants contractuels", a-t-il expliqué.

 

D'autres enseignants se sont moqués de la déclaration de la coordination. Ils ont surtout rejeté son appel "à faire de leur mieux pour rattraper les retards des élèves", le qualifiant de contradictoire, "inutile" et "perte de temps pour les élèves".

 

Les enseignants ont repris les cours le 15 avril pour répondre aux demandes urgentes des associations de parents d'élèves. Toutefois, pour savoir si cela indique une dérive vers des changements plus positifs pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouvent les enseignants et le gouvernement, il faudra attendre le prochain cycle des négociations prévu pour le 23 mai.


  • Partagez

Le Maroc remporte un siège au Comité des droits de l’Homme de l’ONU

À l’issue d’un vote qui a eu lieu lors de la 38e réunion des États membres au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, tenue ce jeudi 17 septembre à New York, le Maroc a été élu au...

Covid-19 : Aït Taleb à "maux" couverts

Intervenant ce jeudi 17 septembre devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représ...

Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, testé positif au coronavirus

Ce jeudi 17 septembre, Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, a confirmé avoir été testé positif au nouveau coronavirus. Dans une déclaration publiée sur sa page Fa...

Rabbah : les villes du Maroc sont en passe de devenir vertes

Ce lundi 14 septembre 2020, Lors d’un webinaire organisé par la Chambre de commerce suisse au Maroc sous le thème "Valorisation des déchets au Maroc : quelles solutions durables pour nos villes ?", Az...

Le projet de loi sur l'instance nationale de probité examiné au Parlement

Le projet de loi sur l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la ...

25 pays renouvellent leur soutien à l’intégrité territoriale du Maroc devant le CDH

Ce mardi 15 septembre, le Conseil des Droits de l’Homme (CDH) des Nations Unies (ONU) a tenu sa 45e session à Genève. Durant cette rencontre, un groupe composé de 26 États, dont le Maroc, a réaffirmé ...