Aller au contenu principal

Covid-19 : une feuille de route pour assurer la réouverture sécurisée des écoles

Le retour des élèves et des étudiants sur les bancs des écoles et des universités préoccupe les parents et le gouvernement. Pour assurer la sécurité et protéger la santé de la jeunesse du pays, la Fédération provinciale des associations des parents d’élèves de l’enseignement public et privé de Kénitra propose une feuille de route de reprise partielle, favorisant l’enseignement à distance. Une proposition qui se conforme aux recommandations des agences onusiennes et de la Banque mondiale.

Par H.L.B, Publié le 05/05/2020, mis à jour le 05/05/2020
Teaser Media
Covid-19 : une feuille de route pour assurer la réouverture sécurisée des écoles

Les mesures adoptées pour contenir la propagation du coronavirus au Maroc ont fortement impacté le secteur de l’éducation et de l’enseignement. Dans son édition du 5 mai, le quotidien Al Massae rapporte que la Fédération provinciale des associations des parents d’élèves de l’enseignement public et privé de Kénitra a exprimé ses préoccupations quant à une reprise précoce des cours après la fin du confinement, prévue le 20 mai 2020. L’instance a ainsi appelé les responsables du département de l’Enseignement à faire preuve de prudence lors de «la prise de toute décision (en vue d’un retour aux classes) et de placer la santé des citoyens au-dessus de toute autre considération, vu que les écoles constituent un lieu de rassemblement de masse quotidien».

Le journal soutient que les parents d’élèves ont proposé une feuille de route provisoire, qui préconise que seuls les inscrits en classes diplômantes rejoignent les écoles après la levée de l’état d’urgence sanitaire. Pour le reste des élèves, ces derniers jugent qu’il serait préférable de continuer à les soumettre à la stratégie des cours à distance, et ce en attendant la prochaine rentrée scolaire. La Fédération estime que, pour garantir le retour sans risques des étudiants aux établissements éducatifs, certaines conditions majeures doivent être respectées, notamment «des moyens de transport sûrs, un internat en demi-pension dédié, un nombre d’élèves limité à 10 par classe, une désinfection continue des écoles, le refus de tout contact des élèves avec les personnes étrangères à l’école, ainsi qu’un soutien psychologique permanent à ces élèves en vue de les aider à passer leurs examens».

 

Les recommandations des agences onusiennes et de la Banque Mondiale

Aujourd'hui Le Maroc rappelle que, le 30 avril, l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et la Banque mondiale ont suggéré de nouvelles lignes directrices portant sur la réouverture en toute sécurité des établissements scolaires. Lesdites lignes présentent un cadre pratique aux gouvernements internationaux pour assurer la protection des élèves et des étudiants à travers le monde. Pour Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, «quand et comment rouvrir les écoles devraient être les priorités» pour toutes les nations du monde, compte tenu du retard pris par les élèves «en raison de la fermeture prolongée des écoles». «Une fois que le feu vert aura été donné sur le front de la santé, il faudra mettre en place tout un ensemble de mesures pour s’assurer qu’aucun élève ne soit laissé pour compte», précise-t-elle. Et de souligner que les lignes directrices établies offrent des orientations générales aux États et aux partenaires «afin de faciliter la réouverture des écoles pour les élèves, les enseignants et les familles».

Le quotidien indique que c’est dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation que l’UNESCO, l’UNICEF et le PAM ont exhorté tous les pays à évaluer les avantages de l’enseignement en classe par rapport à celui à distance. Évoquant les indices peu concluants relatifs aux risques d’infection liés à la fréquentation scolaire, lesdits organismes insistent sur la nécessité de mesurer le niveau de menace liée à la reprise des cours en classe. Par ailleurs, le plan de la Coalition s’est également attardé sur l’importance de la réforme des politiques d’enseignement, les besoins de financement du secteur, la sécurité des opérations de réouvertures des structures scolaires, l’apprentissage compensatoire, le bien-être et la protection des élèves ainsi que l’accessibilité de l’enseignement.


  • Partagez

Les défaillances d’entreprises s’accélèrent

Les défaillances d’entreprises risquent de se multiplier dans le monde à cause de la pandémie du Co...

Bourses de mérite : la Fondation OCP et l’Ambassade de France ouvrent les candidatures

Ce jeudi 2 juillet, le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a annoncé le lancement des candidatures aux bou...

Déconfinement : les conditions de reprise ne sont pas du goût de tout le monde

Le Maroc fait face à une nouvelle hausse des cas de contaminations et dépasse la barre des 13000 in...

Modèle de développement : l’IRES appelle à une nouvelle gouvernance

L’Institut royal des études stratégiques (IRES) a publié cette semaine son rapport 2019/2020. Ce de...

Baccalauréat 2020 : une organisation sans précédent

Ce vendredi 3 juillet marquera le début des épreuves du baccalauréat 2020. Cette année, les examens...

Accor Live Limitless : une campagne inédite pour raviver l’amour du voyage au Maroc

Accor Live Limitless, le compagnon lifestyle du quotidien qui réunit les avantages, services et expériences de l’univers des marques Accor, lance une campagne inédite au Maroc, #ALLFBLADNA, conçue pou...