Temps de lecture : 4 minutes


Fête du travail : un 1er mai « bien spécial » pour les syndicats

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Une fois n’est pas coutume, les centrales syndicales ne feront pas de marche ni de discours en plein air. En raison de l’état d’urgence sanitaire instauré dans le royaume depuis le 20 mars dernier, elles se contenteront, cette fois-ci, de célébrer la fête du Travail par des programmes en ligne. Détails d’un 1er mai pas comme les autres.

Temps de lecture : 4 minutes

L’heure est au virtuel. Les centrales syndicales célébreront ce 1er mai 2020 sur internet à travers des discours en ligne et des programmes électroniques. Nadia Salah, directrice des rédactions du groupe éco-médias, rappelle dans son éditorial du jour sur l’Économiste que ce n’est pas la première fois que les syndicats vivent cette situation.



«Ce sera la deuxième fois de l’histoire du syndicalisme. La première fois, nul ne voulait montrer la maigreur des rangs. La question de l’unité ne se posera donc pas. Pas plus que la question du rapport à la majorité ou à l’opposition. Les rieurs diront qu’il n’y a pas d’unité, mais que tout est mélangé. Auront-ils vraiment tort ?», se demande l’éditorialiste. Cette dernière revient sur le passé et rappelle l’histoire lumineuse de l’UMT. Ce syndicat qu’elle a qualifié de «mère de tous» et partie prenante de l’indépendance du Maroc en 1955.



«Le syndicalisme porte la marque de son époque, les fonctionnaires coloniaux. Ils avaient des emplois protégés, souvent avec des statuts. Aujourd’hui, le mouvement reste lié à ces catégories sociales. La victoire y est facile. Il n’y est question que de salaires pour que l’État marche », juge-t-elle.



 



«Préserver les droits et acquis des travailleurs»



Le programme électronique élaboré par la direction de la Confédération démocratique du travail (CDT) place la fête du Travail sous le signe «poursuite de l’engagement pour la reconstruction de l’État social afin de faire face aux crises et chocs futurs», rapporte le quotidien Aujourd’hui le Maroc dans son édition du jeudi 30 avril 2020. La CDT appelle à instituer une obligation pour tous les employeurs de réintégrer tous les salariés dans les entreprises en arrêt, en raison de la pandémie du coronavirus, tout en préservant leurs acquis sociaux.



De son côté, Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), a indiqué que la commémoration de la fête du Travail sera cette année virtuelle, relevant que «le plus important est de préserver les acquis des travailleurs et que la pandémie ne porte pas préjudice aux travailleurs». Il a également souligné que la discussion de tous les dossiers restés en suspens avec le gouvernement est reportée à plus tard, car le plus important en ce moment est de préserver la santé des travailleurs et de veiller à ce que les salariés des entreprises privées ne soient pas licenciés, rapporte le site Article19.



La centrale revendique en outre un nouveau modèle de développement basé sur une économie nationale solidaire, encourageant les entreprises citoyennes et créant des opportunités d’emplois décents. Pour rappel, le Chef du gouvernement s’est réuni il y a quelques semaines avec les responsables des syndicats les plus représentatifs. Au cours de cette réunion, les syndicalistes ont évoqué la question de l’avancement des fonctionnaires après la décision gouvernementale de suspendre les promotions dans la fonction publique. Saad Dine El Otmani a expliqué qu’il s’agit d’un report de l’effet financier de ces avancements en attendant de dépasser cette conjoncture, tout en préservant les droits acquis. De quoi rassurer une partie des travailleurs…


Santé : comment affronter ce grand froid ?

Santé : comment affronter ce grand froid ?

Il existe plusieurs façons de se prémunir contre le virus de la grippe. L’une des plus efficaces est de booster son système immunitaire. En effet, plus votre système immunitaire es…
Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…