Aller au contenu principal

CMC : une récession, mais le Maroc devrait éviter le pire

Le Centre Marocain de Conjoncture vient d’actualiser ses prévisions et s’attend désormais à une baisse de 3,2% du PIB contre une hausse de 0,8% prévue il y a quelques semaines. Cependant, le Maroc devrait sans doute éviter le pire dans la mesure où sa réactivité face à la pandémie permettra d’éviter un coût humain plus lourd et réduira les effets néfastes de la crise sur l’économie.

Par J.R.Y, Publié le 21/04/2020 à 14:19, mis à jour le 21/04/2020 à 14:29
Teaser Media
Le Maroc devrait éviter le pire de la récession

Petit à petit, les actualisations des prévisions de différents organismes rejoignent le scénario du FMI. Pour rappel, le Fonds Monétaire International prévoit une baisse de 3,7% du PIB marocain en 2020.

 

Une révision à la baisse

Aujourd’hui, c’est au tour du Centre Marocain de Conjoncture d’anticiper une contraction de 3,2% du PIB. Il y a quelques semaines, le CMC prévoyait une hausse de 0,8% du PIB. Entre temps, la situation a évolué et pas forcément dans la direction souhaitée. Même si le Maroc arrive à globalement bien gérer la crise, le prolongement du confinement et la forte récession dans les principaux pays partenaires auront un impact significatif.

Cependant, le Maroc devrait sans doute éviter le pire dans la mesure où sa réactivité face à la pandémie permettra d’éviter un coût humain plus lourd et réduira les effets néfastes de la crise sur l’économie. «Cette réactivité exemplaire pour contrecarrer la déferlante de l’épidémie à ces débuts est à saluer comme l’ont déjà fait certains pays et organisations internationales. Il est à louer aussi l’esprit d’unité, de coopération, de solidarité et de sacrifice qui a caractérisé l’adhésion de l’ensemble des composantes de la société à cette vision anticipative en vue de stopper la propagation du virus et sauver des milliers de vies», relève le CMC.

 

Les nouvelles prévisions du Centre se basent sur différentes hypothèses à savoir :

  • La fin de la crise sanitaire au milieu de l’année et redémarrage de l’économie plus tard de façon progressive ;
  • Une production céréalière ne dépassant guère les 40 millions de quintaux ;
  • Aucun effet immédiat de la baisse du taux directeur de Bank Al Maghrib sur l’économie réelle ;
  • Une politique budgétaire largement accommodante initiée par la création du fonds spécial de gestion de la pandémie du coronavirus et la solidarité agissante des Marocains permettant d’éviter la faillite à un bon nombre d’entreprises et sauver des emplois.

Les autres hypothèses concernent un redressement du prix du pétrole au milieu de l’année pour se stabiliser autour de 50 dollars, une inflation contenue à un niveau bas et une dépréciation du dirham face à l’euro et au dollar.

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...