Aller au contenu principal

CMC : une récession, mais le Maroc devrait éviter le pire

Le Centre Marocain de Conjoncture vient d’actualiser ses prévisions et s’attend désormais à une baisse de 3,2% du PIB contre une hausse de 0,8% prévue il y a quelques semaines. Cependant, le Maroc devrait sans doute éviter le pire dans la mesure où sa réactivité face à la pandémie permettra d’éviter un coût humain plus lourd et réduira les effets néfastes de la crise sur l’économie.

Par J.R.Y, Publié le 21/04/2020 à 14:19, mis à jour le 21/04/2020 à 14:29
Teaser Media
Le Maroc devrait éviter le pire de la récession

Petit à petit, les actualisations des prévisions de différents organismes rejoignent le scénario du FMI. Pour rappel, le Fonds Monétaire International prévoit une baisse de 3,7% du PIB marocain en 2020.

 

Une révision à la baisse

Aujourd’hui, c’est au tour du Centre Marocain de Conjoncture d’anticiper une contraction de 3,2% du PIB. Il y a quelques semaines, le CMC prévoyait une hausse de 0,8% du PIB. Entre temps, la situation a évolué et pas forcément dans la direction souhaitée. Même si le Maroc arrive à globalement bien gérer la crise, le prolongement du confinement et la forte récession dans les principaux pays partenaires auront un impact significatif.

Cependant, le Maroc devrait sans doute éviter le pire dans la mesure où sa réactivité face à la pandémie permettra d’éviter un coût humain plus lourd et réduira les effets néfastes de la crise sur l’économie. «Cette réactivité exemplaire pour contrecarrer la déferlante de l’épidémie à ces débuts est à saluer comme l’ont déjà fait certains pays et organisations internationales. Il est à louer aussi l’esprit d’unité, de coopération, de solidarité et de sacrifice qui a caractérisé l’adhésion de l’ensemble des composantes de la société à cette vision anticipative en vue de stopper la propagation du virus et sauver des milliers de vies», relève le CMC.

 

Les nouvelles prévisions du Centre se basent sur différentes hypothèses à savoir :

  • La fin de la crise sanitaire au milieu de l’année et redémarrage de l’économie plus tard de façon progressive ;
  • Une production céréalière ne dépassant guère les 40 millions de quintaux ;
  • Aucun effet immédiat de la baisse du taux directeur de Bank Al Maghrib sur l’économie réelle ;
  • Une politique budgétaire largement accommodante initiée par la création du fonds spécial de gestion de la pandémie du coronavirus et la solidarité agissante des Marocains permettant d’éviter la faillite à un bon nombre d’entreprises et sauver des emplois.

Les autres hypothèses concernent un redressement du prix du pétrole au milieu de l’année pour se stabiliser autour de 50 dollars, une inflation contenue à un niveau bas et une dépréciation du dirham face à l’euro et au dollar.

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...