Aller au contenu principal

Croissance : le CMC prévoit une année blanche

Le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) prévoit une hausse de seulement 0,8% du produit intérieur brut (PIB). Cette estimation est adossée à plusieurs hypothèses dont la fin de la crise sanitaire au milieu de l’année, une reprise progressive sans à-coups et une production céréalière ne dépassant pas 40 millions de quintaux. Mais, les incertitudes sont encore nombreuses.

Par J.R.Y, Publié le 23/03/2020 à 15:14, mis à jour le 06/01/2021 à 10:19          Temps de lecture 1 min.
Teaser Media
Croissance : le CMC prévoit une année blanche

La semaine dernière Bank Al-Maghrib a révisé sa prévision de croissance à 2,3% et le Haut commissariat au plan (HCP) avait ramené la sienne autour de 2% en raison des conséquences de la sécheresse et de la crise sanitaire. Pour les mêmes raisons, le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) table désormais sur une hausse de seulement 0,8% du Produit intérieur brut (PIB).

Cette estimation est adossée à plusieurs hypothèses :

  1. fin de la crise sanitaire au milieu de l’année et reprise progressive sans à-coups ; 
  2. production céréalière ne dépassant guère les 40 millions de quintaux ; 
  3. effet immédiat nul de la baisse du taux directeur sur l’économie réelle ; 
  4. une politique budgétaire largement accommodante initiée par la création du fonds spécial de gestion de la pandémie du coronavirus ainsi qu’une solidarité agissante des Marocains évitant la faillite à un bon nombre d’entreprises et permettant de sauver des emplois ; 
  5. redressement du prix du pétrole au milieu de l’année pour se stabiliser autour de 50 dollars après la chute qu’il a accusée au-dessous de la barre des 30 dollars et maintien de l’inflation à un niveau assez bas.

Suivant l’ensemble de ces scénarios, la croissance se limiterait donc à 0,8% selon le CMC. Pour lui, «cette contre-performance économique devrait découler du retrait de l’ensemble des secteurs sous les effets multiples déclenchés par la maladie du Covid19, de la psychose et de la perte de confiance en passant par les restrictions des déplacements et le confinement pour en arriver au stade de l’état d’urgence sanitaire».

La valeur ajoutée du secteur agricole va baisser de 3% selon le CMC. Les autres secteurs devraient pâtir des dégâts causés par le Coronavirus, et ce à des degrés divers en accusant un ralentissement ou carrément une baisse de l’activité. Le secteur de l’hébergement et la restauration figure parmi les activités les plus touchées, sa valeur ajoutée en termes réels devrait fléchir d’environ 25 % tant la reprise sera lente et difficile.

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...