Aller au contenu principal

Enseignement à distance : les écoles privées face à un vrai dilemme

Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, les écoles privées au Maroc poursuivent la démarche de l’enseignement à distance dicté par le ministère de l’Éducation nationale. Les instituteurs sont mobilisés pour échanger avec les élèves et seront payés à la fin du mois. Problème, les parents refusent (pour la plupart) de régler les frais de scolarité durant cette période de crise sanitaire, mettant ainsi les directeurs d’écoles dans une pénible situation.

Par Mohamed Laabi, Publié le 15/04/2020 à 14:19, mis à jour le 15/04/2020 à 19:52
Teaser Media
Ecole

Le coronavirus a affecté le secteur d’enseignement privé marocain. Depuis la fin du mois de mars, un grand débat s’est ouvert concernant le règlement des frais de scolarité durant la période de la crise sanitaire, rapporte Le Matin dans son édition du mercredi 15 avril 2020.

Alors que les enseignants ne sont pas en arrêt d’activité et continuent de donner à distance les leçons et les exercices aux élèves, les parents se sont désengagés du paiement des frais de scolarité d’avril et des prochains mois, puisque le retour sur les bancs des écoles n’est toujours pas d’actualité. Les propriétaires d’écoles estiment qu’il est impossible de renoncer totalement aux cotisations des parents, vu que c’est leur unique source de revenus.

Dans ces circonstances, les directeurs d’écoles appellent au secours. D’après Le Matin, certaines écoles ont envoyé des messages de rappel pour régler le mois d’avril menaçant d’interrompre les cours à distance livrés aux enfants. D’autres établissements se sont montrés plus compréhensifs en diminuant les frais de scolarité ou en désengageant les parents en chômage partiel, à condition qu’ils le prouvent.

D'un autre côté, certains parents d’élèves estiment qu’ils font désormais une grande partie du travail avec leurs enfants à la maison et qu’il est difficile pour eux de répondre aux exigences financières de l’enseignement dans la situation actuelle. Les parents font appel à l’esprit de citoyenneté des écoles privées.

 

Amzazi appelle à une solidarité bilatérale

Intervenant vendredi dernier sur la chaîne de télévision 2M, le ministre de l’Éducation nationale, Said Amzazi, a appelé à une certaine « flexibilité » entre les deux parties. Il explique que les écoles privées ont les charges salariales des enseignants qui fournissent à distance un contenu pédagogique aux élèves et que «du moment qu’un établissement assure cette continuité pédagogique au quotidien, j’estime qu’il a rempli son rôle». Le ministre rajoute que «les parents ne payent pas pour la présence de leurs enfants au sein de l’école, mais pour l’instruction qu’ils reçoivent», souligne Amzazi au journal l’Économiste.

Ainsi, le ministre demande aux parents, qui perçoivent la totalité de leurs salaires, de continuer à payer les écoles. De l’autre côté, les établissements scolaires sont appelés à réduire les frais de scolarité pour les personnes qui se sont vu retrancher une partie de leur revenu.

Pour Amzazi, «les écoles et parents doivent être solidaires dans cette situation exceptionnelle». Il insiste cependant sur le maintien des cours au profit des élèves. «Aucun élève ne doit être exclu pour cause de non-paiement des frais de scolarité», dit-il.

Entre geste de souplesse et crise financière qui se propage à l’horizon, les directeurs d’école sont devant un vrai dilemme. Reste à savoir désormais quelle stratégie vont-ils adopter pour s’en sortir.

Coronavirus : le nombre de décès journalier en baisse

Ce mardi 22 juin à Rabat, Abdelkrim Meziane Bellefquih, le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies, a présenté le bilan bimens...

Cannabis : ce qu’il faut savoir sur le CBD

Le cannabis est désigné par plusieurs appellations, notamment Marijuana, Haschich, weed, ganja, chanvre, herbe… Toutefois, chacune de ces appellations concerne un produit différent. La consommation de...

Euro 2020 : coup dur pour les bleus après la blessure de Dembélé

L’international français Ousmane Dembélé s’est blessé face à la Hongrie lors du second match de l’équipe de France à l’Euro 2020. La blessure du pensionnaire du FC Barcelone nécessitera un traitement ...

VivaTech : l’UM6P présente l’innovation technologique Made in Morocco

Du 16 au 19 juin, l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P), en partenariat avec le Groupe OCP, a représenté l’innovation technologique "Made in Morocco" à la cinquième édition de Viva Technology ...

Open Sky international lance la première école trilingue du Maroc

Dans un communiqué récemment publié, le groupe familial d’enseignement Open Sky international (OSI) a annoncé qu’il inaugure un premier établissement à Casablanca et déploie son offre d’enseignement t...

Recrutement de médecins étrangers : les exigences des syndicats de la santé

Le projet de loi 33.21, qui vise à modifier la loi 131.13 relative à l’exercice de la médecine au M...