Temps de lecture : 3 minutes


Enseignement à distance : les écoles privées face à un vrai dilemme

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, les écoles privées au Maroc poursuivent la démarche de l’enseignement à distance dicté par le ministère de l’Éducation nationale. Les instituteurs sont mobilisés pour échanger avec les élèves et seront payés à la fin du mois. Problème, les parents refusent (pour la plupart) de régler les frais de scolarité durant cette période de crise sanitaire, mettant ainsi les directeurs d’écoles dans une pénible situation.

Temps de lecture : 3 minutes

Le coronavirus a affecté le secteur d’enseignement privé marocain. Depuis la fin du mois de mars, un grand débat s’est ouvert concernant le règlement des frais de scolarité durant la période de la crise sanitaire, rapporte Le Matin dans son édition du mercredi 15 avril 2020.



Alors que les enseignants ne sont pas en arrêt d’activité et continuent de donner à distance les leçons et les exercices aux élèves, les parents se sont désengagés du paiement des frais de scolarité d’avril et des prochains mois, puisque le retour sur les bancs des écoles n’est toujours pas d’actualité. Les propriétaires d’écoles estiment qu’il est impossible de renoncer totalement aux cotisations des parents, vu que c’est leur unique source de revenus.



Dans ces circonstances, les directeurs d’écoles appellent au secours. D’après Le Matin, certaines écoles ont envoyé des messages de rappel pour régler le mois d’avril menaçant d’interrompre les cours à distance livrés aux enfants. D’autres établissements se sont montrés plus compréhensifs en diminuant les frais de scolarité ou en désengageant les parents en chômage partiel, à condition qu’ils le prouvent.



D’un autre côté, certains parents d’élèves estiment qu’ils font désormais une grande partie du travail avec leurs enfants à la maison et qu’il est difficile pour eux de répondre aux exigences financières de l’enseignement dans la situation actuelle. Les parents font appel à l’esprit de citoyenneté des écoles privées.



 



Amzazi appelle à une solidarité bilatérale



Intervenant vendredi dernier sur la chaîne de télévision 2M, le ministre de l’Éducation nationale, Said Amzazi, a appelé à une certaine « flexibilité » entre les deux parties. Il explique que les écoles privées ont les charges salariales des enseignants qui fournissent à distance un contenu pédagogique aux élèves et que «du moment qu’un établissement assure cette continuité pédagogique au quotidien, j’estime qu’il a rempli son rôle». Le ministre rajoute que «les parents ne payent pas pour la présence de leurs enfants au sein de l’école, mais pour l’instruction qu’ils reçoivent», souligne Amzazi au journal l’Économiste.



Ainsi, le ministre demande aux parents, qui perçoivent la totalité de leurs salaires, de continuer à payer les écoles. De l’autre côté, les établissements scolaires sont appelés à réduire les frais de scolarité pour les personnes qui se sont vu retrancher une partie de leur revenu.



Pour Amzazi, «les écoles et parents doivent être solidaires dans cette situation exceptionnelle». Il insiste cependant sur le maintien des cours au profit des élèves. «Aucun élève ne doit être exclu pour cause de non-paiement des frais de scolarité», dit-il.



Entre geste de souplesse et crise financière qui se propage à l’horizon, les directeurs d’école sont devant un vrai dilemme. Reste à savoir désormais quelle stratégie vont-ils adopter pour s’en sortir.


Stress hydrique : le CNDH livre ses recommandations

Stress hydrique : le CNDH livre ses recommandations

Intitulé "Le droit à l’eau...des approches pour lutter contre le stress hydrique", le dernier mémorandum du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a été présenté, mardi 7 fé…
Turquie-Syrie : les dégâts d’un séisme mortel

Turquie-Syrie : les dégâts d’un séisme mortel

Un autre drame a secoué le sud de Turquie et la Syrie. Après le séisme du dimanche 5 au lundi 6 février (magnitude 7,8), une deuxième secousse s'est produite au petit matin ce 7 fé…
Hausse des prix : les Marocains impactés et inquiets

Hausse des prix : les Marocains impactés et inquiets

C’est l’un des sujets les plus brûlants en ce début d’année. Viandes rouge et blanche, œufs, fruits et légumes... Les produits alimentaires pèsent de plus en plus lourd dans le bud…
Nouvelle année judiciaire 2023 : vers plus d’efficacité judiciaire

CSPJ : vers un renforcement de l’efficacité judiciaire en 2023

Avec la Haute approbation du roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), la nouvelle année judiciaire 2023 s’est ouverte, lundi 6 février à Rabat.…
Santé : comment affronter ce grand froid ?

Santé : comment affronter ce grand froid ?

Il existe plusieurs façons de se prémunir contre le virus de la grippe. L’une des plus efficaces est de booster son système immunitaire. En effet, plus votre système immunitaire es…
Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…