Aller au contenu principal

Biodiversité : 40 espèces en voie d'extinction au Maroc

La destruction de la nature menace la paternité de l'homme. 60 % des populations vertébrées ont disparu de la surface de la Terre entre 1970 et 2014. Au Maroc, une quarantaine d’espèces animales sont en voie d’extinction alors que d'autres ont déjà disparu, notamment le lion de l’Atlas et l’aigle impérial.

Par Khansaa Bahra, Publié le 13/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Pour la première fois depuis près de quinze ans, un rapport de 1800 pages, s’intéressant à la fois aux écosystèmes terrestres, marins et de rivière, a été rendu public le lundi 6 mai. Ce rapport signale que l'extinction des espèces engendre des dysfonctionnements considérables sur les populations humaines du monde entier.

 

Le rapport de 1800 pages évalue les changements au cours des cinq dernières décennies. On estime qu'au Maroc, plusieurs espèces animales sont en voie d'extinction.

 

Mammifères:

 

"Six espèces, toutes de grande taille, ont disparu du Maroc, entre 1925 et 1956" dans la catégorie des mammifères. Il s’agit de quatre ongulés (l’oryx algazelle, l’addax, la gazelle leptocère et le bubale) et deux carnivores (le lion de l’Atlas et le serval).

 

Le porc-épic, la hyène rayée, la gazelle dama, phoque moine, lynx caracal, chat sauvage, ratel et l’écureuil du Sénégal sont menacées de disparition.

 

Oiseaux:

 

Au moins une dizaine d’espèces nidificatrices d'oiseaux ont disparu depuis le début du XXe siècle. Une trentaine d’autres espèces d’oiseaux sont menacées d’extinction, notamment l’ibis chauve, le vautour fauve, la grande outarde, l’outarde houbara et le cormoran huppé.

 

Reptiles:

 

Deux espèces de reptiles sont au bord de l’extinction dans la plaine du Souss et ont déjà disparu de plusieurs autres régions. Le crocodile du Nil est la seule espèce de reptiles qui a définitivement disparu du Maroc.

 

Selon Zouhair Amhaouch, chef de la division des Parcs et réserves naturelles au sein du haut commissariat des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification, la pression faite sur l'habitat naturel de plusieurs espèces (exploitation forestière, incendies, défrichement à des fins agricoles, et surpâturage du bétail), le braconnage, ou encore le trafic d'espèces menacées ont contribué à l'extinction de cette faune marocaine.

Couvre-feu nocturne : plusieurs villes refusent d’adhérer à cette mesure

Plusieurs manifestations et rassemblements ont été organisés dans plusieurs villes marocaines, et ce, en violation du couvre-feu nocturne imposé par le gouvernement pendant le mois de ramadan pour lut...

Éducation nationale : les tensions persistent entre les contractuels et la tutelle

Le bras de fer entre les enseignants contractuels et le ministère de l’Éducation nationale est loin...

MHE : une indemnité spéciale pour les professions impactées pendant ramadan est en préparation

Ce lundi 19 avril au Parlement, en réponse à la question d’un député, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, a annoncé qu’une indemnité était envisagée en faveur des activités impactées par le...

Masculinités positives VS masculinités toxiques

Dans cet épisode de Machi Rojola, le premier podcast 100% marocain qui promeut les masculinités positives, les invités, notamment Fatna Lbouih, une militante féministe, Fayçal Azizi, un artiste, Hicha...

2020, l'année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc

En 2020, le Maroc a connu une année chaude avec des températures annuelles supérieures à la moyenne et un déficit de précipitations sur l’ensemble du pays. Ainsi, cette année a été la plus chaude jama...

Déploiement de la 5G : «pas de risques nouveaux» pour la santé

Dans un avis très attendu en France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anes) a indiqué, ce mardi 20 avril, que la téléphonie 5G ne présente, au vu des connaissances actuelles, «pas de risques ...