Aller au contenu principal

L’Europe en guerre contre le coronavirus

Alors que le bilan mondial du Coronavirus approche les 100000 morts, presque 69% de ces décès ont été recensés en Europe. Le nombre de contaminations et de décès ne cesse d’augmenter. Ravagé par ce virus, le continent vise principalement à limiter les dégâts humains et économiques. Face aux conséquences économiques désastreuses de cette pandémie, les pays de l’Union européenne sont parvenus,ce jeudi, à un accord crucial sur une réponse économique commune.

Par Khansaa Bahra, Publié le 10/04/2020, mis à jour le 06/01/2021          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
L’Europe en guerre contre le coronavirus

A ce jour, la pandémie du Covid-19 a fait 97237 morts contre 1623187 infections dans le monde. En Europe, malgré la mise en place de mesures de confinement, les contaminations se multiplient de jour en jour. Le continent compte 792650 cas et 67089 décès liés au nouveau coronavirus. En 24 heures, 13798 nouveaux cas et 1271 nouveaux morts ont été enregistrés.

En Espagne, le pays le plus touché par la pandémie en Europe, 15843 personnes ont succombé à la maladie. Cependant, le pays entrevoit une lueur d’espoir. En effet, ce vendredi, il a recensé 605 morts du Covid-19 en 24 heures. Il s’agit du chiffre le plus bas enregistré depuis le 24 mars, souligne Ouest France. Avec plus de 143626 cas, l’Italie (18279 décès) est également l’un des pays européens les plus atteints.

Alors que le bilan s’aggrave dans ces pays, d’autres nations, qui sont faiblement touchées, sont déjà sur le point de revenir à une vie normale, rapporte La Croix. En effet, la République tchèque, l’Autriche et le Danemark ont déjà unilatéralement annoncé leur déconfinement. Ces pays ont livré leur plan de retour progressif à la normale. Alors que Prague a «relâché les mesures concernant les sports, la récréation et les loisirs», Vienne a autorisé aux petits commerces d’ouvrir dès le 14 avril. Les autres magasins vont ouvrir début mai, puis les restaurants, mi-mai. Le 15 avril au Danemark, les crèches, les écoles maternelles et primaires vont rouvrir leurs portes, puis les collèges et les lycées, le 10 mai.

 

L’Europe s’unit face au Coronavirus

 

Outre les dégâts humains, cette crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus a également affecté presque tous les secteurs du développement, notamment l’économie mondiale. Selon le New York Times, les discussions contentieuses sur la manière d’aider les économies victimes du virus sont devenues cruciales pour le bloc des nations les plus riches du monde. Après des semaines de désaccords entre les pays du Nord et ceux du Sud, le Coronavirus semble replonger l’Union européenne (UE) dans une catastrophe économique similaire à celle de la dernière décennie. En effet, «les ravages du Coronavirus sur les économies européennes font écho à la crise de la dette de la zone euro, mais cette calamité frappe tout le monde, pas seulement les petites nations en difficulté, et elle va bien au-delà de l’économie. Elle constitue un tournant décisif pour la future forme du projet européen», explique le quotidien.

Afin de faire face à la crise économique provoquée par la pandémie, l’UE a besoin d’une réponse financière ciblée et exhaustive. Sans cela, le bloc risque de provoquer une catastrophe encore plus grande, ainsi que de perdre sa légitimité. Pour les 27, les enjeux sont élevés. Les pays de l’UE se sont ainsi mis d’accord sur une réponse économique commune. L’annonce est tombée jeudi soir, peu après 22 heures. À l’issue d’une réunion par visioconférence, les ministres des Finances du bloc sont finalement parvenus à un accord, rapporte Le Parisien. «La réunion s’est achevée sous les applaudissements des ministres», a indiqué le porte-parole de Mario Centeno, le président de l’Eurogroupe.

Ce consensus inclut une enveloppe budgétaire de «500 milliards d’euros disponibles immédiatement» et «un fonds de relance à venir». La réponse européenne s’orientera sur trois axes :

  • Un fonds de secours de la zone euro (jusqu’à 240 milliards d’euros de prêts) ;
  • Un fonds de garantie de 200 milliards d’euros pour les entreprises ;
  • Un fonds pour soutenir le chômage partiel (jusqu’à 100 milliards).

Ce plan porterait l’ensemble des mesures adoptées par l’UE pour lutter contre les conséquences de la pandémie à 3200 milliards d’euros. Selon France 24, il s’agit de la mobilisation la plus importante du monde. Pour Virginie Malingre, la correspondante du Monde à Bruxelles, à travers ce vaste plan d’aide, «l’UE joue beaucoup dans cette crise. Sa popularité d’abord». Selon la journaliste, les 27 essayent de racheter leur image «qui a été mise à mal dans beaucoup de pays ces dernières années, après la crise de la zone euro en 2010, puis celle des migrants en 2015».

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...