Aller au contenu principal

Pétrole : les prix "soldés" devraient se poursuivre

Après la brouille entre la Russie et l’Arabie Saoudite qui a contribué au plongeon du prix du pétrole, les pays membres de l’OPEP+ semblent enfin sur la même longueur d’onde. L’OPEP+ veut réduire sa production journalière de 10 millions de barils et convaincre les pays non membres de diminuer aussi leur pompage pour inverser la tendance des prix. Pour certains observateurs, ces initiatives seraient tardives et vaines. La baisse de la demande actuelle est telle, que la diminution de la production envisagée serait sans effet.

Par J.R.Y, Publié le 10/04/2020, mis à jour le 10/04/2020
Teaser Media
les prix « soldés » devraient se poursuivre

Les pays membres de l’OPEP+, tout du moins les plus grands producteurs, seraient parvenus à un accord pour réduire la production journalière. Il y a quelques semaines, les cours avaient plongé sur fond de désaccord entre l’Arabie Saoudite et la Russie. Cette fois-ci, les deux pays semblent sur la même longueur d’onde. Il reste tout de même à convaincre des indécis, en particulier le Mexique qui n’est pas prêt à baisser sa production dans les proportions qui lui sont demandées. Il serait d’accord pour diminuer sa production de 100000 barils par jour alors que l’OPEP lui en demande quatre fois plus.

 

Réduire la production pour soutenir les cours

L’objectif des pays membres de l’OPEP est de réduire de l’ordre de 10 millions de barils la production journalière. Ensuite, il faudra convaincre d’autres États non membres de l’organisation comme les États-Unis de baisser leur pompage. Ces initiatives visent à enrayer l’effondrement des cours. Le Brent se négocie actuellement à un peu plus de 30 dollars.

En dehors de la mésentente entre la Russie et l’Arabie Saoudite, les mesures d’urgence prises un peu partout dans le monde pour contenir la propagation du coronavirus (fermeture des frontières, confinement) ont fortement impacté la demande. Comme l’offre est abondante, mécaniquement les cours chutent.

Pour beaucoup d’observateurs, la fin du pétrole à bas prix n’est pas pour tout de suite. Ce qui est relativement une bonne nouvelle pour les pays importateurs comme le Maroc. Mais, les effets bénéfiques sont limités puisque le comportement des prix est le reflet d’une économie mondiale malade. Malgré les initiatives pour diminuer la production, la baisse de la demande est telle, que les efforts des pays de l’OPEP pour redresser les prix seraient vains. Pour les analystes de Goldman Sachs, les réductions envisagées, si elles finissent par s’appliquer, «seraient encore trop faibles et trop tardives pour empêcher une baisse des cours dans les prochaines semaines alors que les capacités de stockage vont arriver à saturation».

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...