Aller au contenu principal

Examens de fin de cycle : trois scénarios à l’étude

Said Amzazi, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a affirmé ce week-end que son département travaille sur les différents scénarios envisageables pour les examens du baccalauréat et des cycles diplômants (6e année du cycle primaire et 3e année du collège), dans le cas où le confinement se prolongerait jusqu’au mois de juin prochain.

Par Mohamed Laabi, Publié le 07/04/2020, mis à jour le 07/04/2020
Teaser Media

Alors que les épreuves du baccalauréat ont été annulées en France (évaluation uniquement via les contrôles continus), le Maroc reste sur sa position initiale et confirme que les épreuves du baccalauréat ainsi que celles des différents cycles diplômants auront bel et bien lieu durant cette année 2020.

Dans une déclaration accordée à Le360, Said Amzazi, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a affirmé qu’«au Maroc, on n’est pas au même niveau de l’épidémie qu’en France ni face à la même situation. On ne peut pas extrapoler par analogie au Maroc une décision française». Devant cette situation, le département d’Amzazi aurait prévu 3 scénarios possibles pour la situation que vit le Maroc, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia ce mardi 7 avril 2020. Des scénarios qui tiendraient en compte «l’impact de l’arrêt des cours, les contraintes posées par l’enseignement à distance, l’équité et l’égalité des chances des élèves», souligne le ministre de tutelle.

 

Un programme de rattrapage et de soutien

L’un des trois scénarios concerne le cas où le confinement prendrait fin le 20 avril prochain (date fixée le 20 mars dernier par le ministère de l’Intérieur, pour l’état d’urgence sanitaire). Dans ce cas de figure, une évaluation de la situation dans le milieu rural et urbain sera établie avant de lancer un programme global de rattrapage et de soutien.

Dans cette perspective, les examens finaux pourraient n’être reportés que d’une semaine. Selon le ministre, deux autres cas de figure sont en cours d’études. Ils concernent les cas où le confinement obligatoire se prolonge jusqu’à la fête de l’Aid Al Fitr et/ou jusqu’au mois de juin prochain. Par ailleurs, le ministre a souligné qu’il est impossible dans cette situation d’introduire des contrôles continus à distance, précisant que des cours de soutien seront dispensés avant les contrôles continus. Rappelons que les vacances scolaires de printemps qui étaient programmées à partir du 29 mars ont été reportées afin d’assurer la continuité du dispositif de l’enseignement à distance au profit des étudiants.

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...

Nos téléphones écoutent-t-ils nos conversations ?

Tout le monde a déjà été surpris de voir apparaître une publicité sur internet pour un produit dont il venait de parler. Ce constat laisse aussi place aux théories de complot, poussant ainsi la majori...

Enseignement préscolaire : les recommandations des députés

La Commission chargée de l’évaluation des politiques publiques à la Chambre des représentants a liv...

Sous quelles conditions peut-on voyager en Espagne ?

Depuis le dernier déconfinement en Europe, plusieurs pays retrouvent une vie normale, mais également le monde du tourisme. Après l’annonce de la réouverture du ciel du Maroc, c’est à l’Espagne de rouv...

Marhaba 2021 : les MRE pris en tenaille

La flambée des prix des billets d'avion et de ferry pour rentrer au Maroc fait réagir les Marocains du monde. Sur les réseaux sociaux, des associations de Marocains résidant à l'étranger (MRE) dénonce...