Aller au contenu principal

Covid-19 : le cri de détresse des Marocains bloqués à l’étranger

La suspension des liaisons aériennes et maritimes a plongé un nombre important de Marocains bloqués à l’étranger dans une situation de détresse absolue. Alors que plusieurs pays, dont la France, l’Arabie Saoudite et l’Égypte, ont engagé un dispositif spécial pour rapatrier les touristes auprès de leur famille, la diplomatie marocaine garde à ce jour le silence. Un courrier collectif a été envoyée au chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani.

Par Mohamed L., Publié le 06/04/2020, mis à jour le 06/04/2020
Teaser Media
Maroc

Face à la fermeture provisoire des frontières, des milliers de Marocains se sont retrouvés du jour au lendemain bloqués dans différents pays du monde. Pour l’heure, la diplomatie marocaine garde le silence. Selon le site éco actu, aucune information sur le rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger n’a été communiquée depuis le 13 mars dernier, date à laquelle le pays a annoncé que des numéros sont mis à la disposition de ces derniers pour les demandes d’informations. Plusieurs pays, dont la France, l’Égypte et l’Arabie Saoudite, ont organisé des opérations de rapatriement.

Plus encore, le 3 avril dernier, le Maroc a rapatrié un certain nombre de touristes étrangers vers leur pays d’origine, mais n’en a pas fait de même pour les ressortissants marocains bloqués à l’étranger. Ce qui pose plusieurs interrogations. Une prise en charge a été effectuée par les ambassades et les consulats marocains à l’étranger. Cette prise en charge comprend l’hébergement et les formalités administratives dans le cas de visas expirés. Selon l’Économiste, ils sont à peu près 3000 Marocains au total à vivre ce «cauchemar».

Ce samedi 4 avril, des Marocains bloqués en Turquie ont décidé d’écrire une lettre au chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, lui demandant d’agir et de prendre toutes les mesures nécessaires pour leur rapatriement au Maroc. La rédaction de LeBrief a également reçu un nombre impressionnant de messages dans ce sens. «Je suis bloquée à Paris, venue avec mon bébé qui devait se faire opérer et ma mère. Il y a ici des mamans dont dépendent des enfants en bas âges, des enfants qui ont laissé des parents malades et des médecins qu’il serait utile de rapatrier dans ces moments difficiles au Maroc», peut-on lire sur un des messages envoyés sur la page Facebook de LeBrief.

 

Rapatriement des dépouilles des défunts marocains

D'un autre côté, les victimes marocaines du Covid-19 à l'étranger seront rapatriées. Le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a annoncé ce week-end dernier couvrir les charges d’inhumation des dépouilles des défunts marocains en situation précaire et ne possédant pas d’assurance, ainsi que leur enterrement dans les carrés musulmans des cimetières de leurs pays de résidence. Le ministère souligne que «les représentations diplomatiques et les centres consulaires du Maroc à l’étranger veilleront à la mise en œuvre de cette décision, en coordination avec les familles des personnes décédées selon des critères et des formalités spécifiques».

En attendant, les Marocains bloqués à l’étranger depuis 3 semaines maintenant, ont toujours l’espoir d’être rapatriés auprès des leurs.


  • Partagez

Tadamoncovid : 2 millions de réclamations enregistrées en une semaine

Ce mercredi 27 mai, le Comité de veille économique (CVE) a publié un communiqué indiquant que depuis le 21 mai, près de deux-millions de réclamations des ménages du secteur informel ont été enreg...

ONCF : retour progressif à partir du 1er juin

Ce jeudi 28 mai, l’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé qu’à partir du lundi 1er juin, le nombre de trains navettes rapides (TNR) connaîtra une augmentation, passant de 20 à 40 par jour...

Après une digitalisation réussie, le secteur judiciaire prépare sa reprise

Après plus de deux mois de confinement, le Maroc prévoit une sortie de quarantaine le 10 juin. Le s...

La peine de Mi Naima réduite en appel

Ce mercredi 27 mai, la Cour d’appel de Casablanca a réduit à 3 mois la peine de prison prononcée à l’encontre de la Youtubeuse connue sous le nom de "Mi Naima". Elle est poursuivie pour «atteinte à co...

Le Maroc se dirige vers un déconfinement sans risque majeur

Le Haut-commissariat au plan (HCP) a publié un benchmark de la situation de la pandémie Covid-19. C...

Chloroquine : le Maroc, seul contre tous !

Alors que la France a interdit l’hydroxychloroquine dans le traitement des contaminés du Covid-19 e...