Aller au contenu principal

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Elle passe de la catégorie risque faible à risque modérée. Ces changements tiennent compte des incertitudes entourant l’économie mondiale, surtout de la durée et de l’impact de la pandémie de covid-19. Au Maroc, les effets sont déjà très visibles sur l’automobile et le tourisme. La crise va aussi durement affecter la consommation des ménages, un des moteurs de la croissance qui a été revue nettement à la baisse. L’ampleur de la révision s’explique aussi par la sécheresse.

Par J.R.Y, Publié le 03/04/2020 à 17:20, mis à jour le 03/04/2020 à 18:18
Teaser Media
Hermes

En novembre dernier, Euler Hermès présentait à Casablanca les prévisions économiques mondiales. À ce moment, les économistes étaient loin d’imaginer qu’un virus allait balayer toutes leurs prévisions.

Aujourd’hui, Euler Hermès ne prévoit qu’une croissance de 0,5% de l’économie mondiale en 2020. Comparé à d’autres, le spécialiste de l’assurance crédit est très optimiste. Certains pronostics tablent sur une contraction du PIB mondial. L’une des conséquences de la pandémie et de son impact sur les économies de la planète, y compris le Maroc, est que ce dernier a vu sa note de crédit attribuée par Euler Hermès passer de B1 à B2, relèvent plusieurs journaux. Elle passe de la catégorie risque faible à risque modérée. Le Maroc n’est pas le seul dans ces cas. La note de trois autres pays africains a été abaissée. En tout, Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays dans le monde.

Ces changements tiennent compte des incertitudes entourant l’économie mondiale, surtout la durée et l’impact du Covid-19. Pour le Maroc, les effets sont déjà très visibles sur les secteurs de l’automobile et du tourisme qui sont aussi deux secteurs pourvoyeurs de devises. La baisse des exportations automobile et l’absence de touristes contribuent à assécher les devises sur le marché. D’un autre côté, les mesures pour lutter contre la propagation du virus vont impacter la consommation des ménages, l’un des principaux moteurs de la croissance. Les déclarations d’arrêt temporaire de travail se multiplient. L’on se rapproche du million de déclarations.

La crise aura globalement des conséquences lourdes sur la croissance. Elle a déjà été fortement amputée par ailleurs. L’ampleur de la baisse s’explique aussi par la sécheresse et les prévisions une mauvaise campagne agricole (40 millions de quintaux selon Bank Al Maghrib).

Échanges extérieurs : les principaux partenaires commerciaux du Maroc

Dans son dernier rapport annuel portant sur les échanges commerciaux du Maroc en 2020, l’Office des changes a indiqué que les transactions commerciales du pays avec le reste du monde ont enregistré un...

La reprise s’annonce bonne, mais reste menacée par la Covid-19

Au cours du deuxième trimestre 2021, le contexte international aurait été marqué par la poursuite d...

IPE : le CESE préconise une réforme «systémique progressive»

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a récemment publié une étude sur le système...

HCP : les perspectives économiques sont bonnes

Dans son budget économique exploratoire de 2022, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) présente une ré...

Africa Motors : lancement officiel du Camion de la marque Foton au Maroc

Ce jeudi 15 juillet, lors d'une conférence de presse, Africa Motors, filiale du groupe automobile Auto Hall, a annoncé le lancement officiel du camion de la marque Foton baptisé Foton TM au Maroc. Cec...

Réforme fiscale : les conseillers adoptent le projet de loi-cadre n°19-69

Le projet de loi-cadre n°19-69 portant sur la réforme fiscale a été adopté ce mardi 13 juillet en séance plénière par la Chambre des conseillers. L’objectif de ce nouveau texte de loi est de détermine...