Aller au contenu principal

Covid19 : le casse-tête des aides au secteur informel

Les mesures d’accompagnement des travailleurs de l’informel pour faire face à l’impact de la crise Covid-19 sont toujours en discussion. Plus de 4 millions de ménages sont concernés. La question du mode opératoire se pose toujours. Rien n’est encore tranché ! Un comité technique y travaille. 

Par Mohamed L., Publié le 26/03/2020, mis à jour le 26/03/2020
Teaser Media
CVE

Le dispositif venant en aide aux salariés du secteur formel (déclarés à la CNSS) lancé, le Comité de veille économique va se consacrer à la catégorie de population en situation de précarité travaillant dans l’informel. Dans une déclaration à l’agence AFP, Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie et des finances, a déclaré que des «mesures d’accompagnement pour les quelques quatre millions de ménages du secteur sont en cours de discussion». Le Fonds de soutien à la pandémie, près de 25 milliards de dirhams injectés par les institutions publiques et privés, permettra à l’État de rééquilibrer la balance et amortir le choc pour ces citoyens défavorisés. 

Selon Medias24, le Comité de veille économique a chargé un comité technique d’approfondir les pistes proposées pour les examiner lors de sa prochaine réunion. Reste à déterminer la manière dont ces subventions seront délivrées. Dans son édition du jeudi 26 mars 2020, Aujourd’hui le Maroc fait savoir que les responsables feront appel aux agents d’autorité pour recueillir les informations sur les familles éligibles à cette mesure de soutien. Le journal éloigne la probabilité que le Registre social unifié (RSU) soit lancé avant l’heure (lancement prévu après les élections de 2021) puisque le cadre légal n’est pas encore prêt. Le projet de loi en question est en discussion à la Chambre des conseillers. Aujourd’hui le Maroc relève que le programme dédié au milieu rural sera différent de celui qui sera appliqué au milieu urbain. Dans le milieu urbain, il sera procédé à l’utilisation de wallets. Un wallet étant un portefeuille électronique permettant de faire des transactions monétaires avec son téléphone mobile. Concernant les zones urbaines, la tâche risque d’être plus compliquée. Quant à la décision d’un moratoire pour tous les loyers pendant trois mois pour les locataires reste délicate à mettre en œuvre puisque les autorités devront compter sur la compréhension et l’implication des tous les bailleurs, estimés à des dizaines de milliers sur l’ensemble du territoire marocain.

Rappelons que les économistes istiqlaliens avaient fait une série de propositions pour atténuer l’impact du Coronavirus sur les ménages en situation de précarité. Parmi les mesures recommandées, le versement de revenus solidaires, sous forme de cartes bancaires chargées, aux chefs de ménages identifiés via les bases de données du Ramed et Tayssir et la distribution de cartes gratuites pour la connexion internet aux familles devant travailler à domicile ou ayant des enfants scolarisés devant suivre des cours à distance.


  • Partagez

ANAPEC : les objectifs 2019 atteints

L’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) a dévoilé le bilan de l’ins...

Croissance : le HCP confirme le coup de froid

La pandémie du coronavirus et la sécheresse vont faire dévisser le PIB de 5,8% en 2020 selon les de...

Loi de finances rectificative : première partie adoptée, l'opposition reste sur sa faim

La Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants a adopté d...

Réforme du secteur public : la Banque mondiale accordera un nouveau prêt de 300M$ au Maroc

La Banque mondiale (BM) accordera un nouveau prêt de 300 millions de dollars au Maroc. Selon un doc...

Tourisme : une réunion au goût d'inachevé

Les professionnels du secteur du tourisme ont rencontré, vendredi dernier à Rabat, une commission m...

Bourse de Casablanca : la part des investisseurs étrangers dépasse les 200 MMDH

À la Bourse de Casablanca, les capitaux étrangers ont augmenté de 5,61%, passant de 189,56 milliards de dirhams en 2018 à 200,19 milliards de dirhams en 2019. C’est ce que constate le rapport 2019 sur...