Aller au contenu principal

Le pétrole ouvre une nouvelle zone de tension sur les marchés

La chute de 30% du cours du brut a soulevé un vent de panique sur les marchés. Il s’échange actuellement en dessous de 33 dollars le baril. Ce mouvement de panique intervient après l’échec des membres l’OPEP à s’accorder sur la réduction de la production. Les marchés se seraient bien passés d’une nouvelle crise, eux qui doivent déjà gérer les impacts de l’épidémie coronavirus sur l’économie mondiale. Dans pareille situation, il y a des gagnants et des perdants. Le Maroc pourrait se retrouver dans le camp des premiers.

Par J.R.Y, Publié le 09/03/2020, mis à jour le 09/03/2020
Teaser Media
Le pétrole ouvre une nouvelle zone de tension sur les marchés

Le pétrole embrase les bourses du golfe et dans leur sillage les marchés européens, ce matin. Le CAC 40 en France cédait plus de 6% en séance lundi et le DAX allemand reculait dans les mêmes proportions. Tout ce monde se serait bien passé d’une nouvelle crise, les places financières devant déjà gérer les impacts de l’épidémie coronavirus sur l’économie mondiale. Selon certains observateurs, il y a dans la situation actuelle des similitudes avec la crise financière de 2007-2008, même si cette fois-ci l’origine est sanitaire.

La situation se tend dans un contexte d’épidémie de coronavirus

L’origine de cette crise vient elle aussi de l’épidémie de coronavirus qui a durement touché la Chine, principal moteur de la demande pétrolière avec une consommation de 14 millions de barils par jour, nous rappelle LeMonde. Elle représente 14% de la consommation mondiale, mais surtout 80% de la croissance de la demande.

La chute de 30% du cours du brut a soulevé un vent de panique sur les marchés. Ce mouvement brusque est intervenu suite à la décision de l’Arabie Saoudite d’augmenter sa production après l’échec des membres l’OPEP+ à s’accorder sur la réduction de la production en raison de l’opposition de la Russie. En conséquence, l’Arabie Saoudite a décidé d’ouvrir les vannes et de baisser ses prix, exerçant une forte pression sur les cours à l’international. Aujourd’hui, le cours du brut se situe en dessous de 33 dollars alors qu’il dépassait les 70 dollars début janvier.

Certains analystes voient le pétrole baisser sous le seuil de 20 dollars le baril. Il faut remonter 18 ans en arrière pour voir la trace d’un prix du pétrole inférieur à 20 dollars. Comme dans pareille circonstance, l’or, lui, prend de la hauteur. L’once traitait à plus de 1 700 dollars en séance lundi. À moins d’une autre nouvelle majeure (le pétrole étant très sensible à la conjoncture géopolitique), les scénarios actuels peuvent ne pas tenir si les différentes parties arrivent à s’accorder.

Une opportunité pour le Maroc ?

Au prix actuel, le pétrole pose un véritable problème pour certains pays exportateurs notamment africains qui vont voir leur marge de manœuvre budgétaire significativement se réduire. Ce qui suppose aussi des effets néfastes sur la croissance. De l’autre côté, si ce niveau de prix persiste, les pays importateurs seront les principaux bénéficiaires. Cela réduirait le coût des intrants dans plusieurs industries. Par ailleurs, les automobilistes devraient aussi en ressentir l’effet sur les prix à la pompe si la baisse des prix à l’international est répercutée. En somme, la baisse du pétrole va théoriquement octroyer du pouvoir d’achat à la population.

En attendant, la bourse de Casablanca a affiché la plus forte baisse de son histoire sur une seule séance ce lundi 9 mars (-5,82%). Le vent de panique sur les bourses mondiales ne semble pas près de s’arrêter et il sera important de surveiller les évolutions de la situation, car si les mouvements actuels sont annonciateurs d’un choc sur l’économie mondiale, il n’y aura pas véritablement de gagnants.

 

Ci-dessous, les entreprises ayant enregistrés les plus fortes baisses ce lundi:

 

Chute

 


  • Partagez

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...

Le Maroc garde la confiance de Moody’s

Dans un contexte marqué de nombreuses incertitudes, l’agence de notation financière Moody’s réitère...

Covid-19 : l’Afrique en pleine souffrance

50 pays africains sur un total de 55 ont détecté des contaminations au Covid-19 sur leurs territoir...