Aller au contenu principal

MALI : “9offat al molhid” (le couffin de l’athée)

Par Khansaa B., Publié le 08/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le sujet controversé des dé-jeûneurs revient chaque année après l’annonce du début du mois sacré. Ces derniers peinent encore à trouver leur place au Maroc.

 

À chaque ramadan, des marocains qui choisissent de ne pas jeûner sont victimes d'arrestations et/ou de violences. Les détentions des personnes ayant fumé, bu ou mangé en pleine journée font la Une de la presse marocaine.

 

En effet, au Maroc, l’article 222 du Code pénal condamne clairement le non respect du ramadan. Rompre "ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le ramadan, sans motif admis par l'islam" est passible d’une peine de un à six mois d’incarcération ainsi que d'une amende de 12 à 120 DH.

 

Ces dernières années, plusieurs manifestations de dé-jeûneurs se sont souvent accompagnées de revendications politiques. En 2009, les "dé-jeûneurs marocains" avaient décidé de lancer le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) espérant réussir à changer le regard des marocains vis-à-vis des dé-jeûneurs et les mobiliser contre l’article 222 du Code pénal.

 

L’initiative a été reprise en 2012, d’abord sur une page Facebook -qui compte désormais plus de 5000 abonnés- puis à travers le collectif "Masayminch"( littéralement "nous ne jeûnons pas"). Ils réclament la reconnaissance des non-croyants dans la société marocaine en lançant une campagne anti-jeûne, sous le nom de “9offat al molhid” (le couffin de l’athée).

Covid-19 : Interpol met en garde contre le risque de vol des vaccins

Interpol vient de lancer une alerte mondiale adressée à ses 194 pays membres, dont le Maroc, afin de les prévenir du risque d’éventuelles attaques de réseaux criminels visant le pillage et le vol de v...

Vaccination contre la Covid-19 : les étapes à suivre

Le Maroc lance cette semaine sa campagne de vaccination. À cet effet, le portail “Liqahcorona.ma” a...

Mariage des mineures : l’accélération de l’amendement de la loi s’impose

Dans son édition de ce lundi 25 janvier, le quotidien arabophone Bayane Al-Youm rapporte que les députés aspirent à amender le Code de la famille, dont certaines dispositions sont jugées discriminatoi...

Casablanca : date de déploiement des nouveaux bus

Dimanche 24 janvier, citant Saïd Rafik, le président de l’Établissement de coopération intercommunale (ECI) Al Baida, la MAP a annoncé que la société Alsa, opérateur de transport par autobus dans le G...

La campagne de vaccination démarre la semaine prochaine

Le ministère de la Santé a annoncé le démarrage officiel de la campagne de vaccination anti-Covid-19 la semaine prochaine. Dans un communiqué, le ministère précise que le Maroc a réceptionné aujourd'h...

Violences faites aux femmes : 2M et la DGSN lancent une campagne

En partenariat avec la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), 2M.ma lance une campagne digitale de sensibilisation et de protection contre les violences faites aux femmes. Intitulée : Al ou...