Aller au contenu principal

MALI : “9offat al molhid” (le couffin de l’athée)

Par Khansaa Bahra, Publié le 08/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le sujet controversé des dé-jeûneurs revient chaque année après l’annonce du début du mois sacré. Ces derniers peinent encore à trouver leur place au Maroc.

 

À chaque ramadan, des marocains qui choisissent de ne pas jeûner sont victimes d'arrestations et/ou de violences. Les détentions des personnes ayant fumé, bu ou mangé en pleine journée font la Une de la presse marocaine.

 

En effet, au Maroc, l’article 222 du Code pénal condamne clairement le non respect du ramadan. Rompre "ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le ramadan, sans motif admis par l'islam" est passible d’une peine de un à six mois d’incarcération ainsi que d'une amende de 12 à 120 DH.

 

Ces dernières années, plusieurs manifestations de dé-jeûneurs se sont souvent accompagnées de revendications politiques. En 2009, les "dé-jeûneurs marocains" avaient décidé de lancer le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI) espérant réussir à changer le regard des marocains vis-à-vis des dé-jeûneurs et les mobiliser contre l’article 222 du Code pénal.

 

L’initiative a été reprise en 2012, d’abord sur une page Facebook -qui compte désormais plus de 5000 abonnés- puis à travers le collectif "Masayminch"( littéralement "nous ne jeûnons pas"). Ils réclament la reconnaissance des non-croyants dans la société marocaine en lançant une campagne anti-jeûne, sous le nom de “9offat al molhid” (le couffin de l’athée).

La maternité célibataire au Maroc, entre exclusion et injustice

Pècheresses, hors-la-loi. Ainsi sont qualifiées les femmes qui ont un enfant hors mariage au Maroc....

Réforme du système de santé : le choix judicieux du Royaume

Le roi Mohammed VI a donné la semaine dernière le coup d’envoi d’un grand chantier pour la générali...

600 infractions en matière des prix et de qualité durant châabane

Selon le département des affaires générales et de la gouvernance, relevant du ministère de l’Économie, les contrôles, durant le mois de châabane, des prix et de la qualité des produits alimentaires de...

Vente en ligne de médicaments : une grande menace pour les Marocains

En raison de la pandémie de la Covid-19 et des restrictions mises en place pour l’endiguer, le e-co...

Les origines du féminisme au Maroc

Dans cet épisode de Radio Maarif, la professeur Latifa El Bouhsini explique les origines du féminisme au Maroc. Entre la bataille pour l'enseignement et la lutte pour l'égalité des droits, ces sources...

Les dates du baccalauréat 2020-2021 dévoilées

Ce lundi 19 avril, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a annoncé que les épreuves de l’examen national ...