Aller au contenu principal

La réforme de liquidation des entreprises publiques est en marche

Le gouvernement active la cadence pour réformer le processus de liquidation des établissements et entreprises publiques. Une étude sera bientôt lancée par le ministère de l’Économie et des Finances. Sur une liste de 209 structures composant le portefeuille public, 74 établissements sont concernés par ce mouvement de liquidation.

Par J.R.Y, Publié le 03/03/2020, mis à jour le 03/03/2020
Teaser Media
La réforme de liquidation des entreprises publiques est en marche

La réforme du processus de liquidation des entreprises et établissements publics est actée. L’information fait la Une de Al Massae de ce mardi. Le quotidien arabophone précise que 74 établissements connaissant des difficultés et des dysfonctionnements sont sur une liste de 209 structures composant le portefeuille public. On apprend que le ministère de L’Économie et des Finances va lancer une étude sur la refonte du dispositif régulant les opérations de liquidations. À en juger par les informations révélées par L’Économiste, daté du 3 mars, le nom du prestataire auquel sera confiée cette étude sera connu le 9 avril prochain. Ledit prestataire aura du pain sur la planche. Il doit établir un état des lieux et un diagnostic du périmètre des entreprises et établissements publics en liquidation. Le prestataire retenu est appelé à effectuer un benchmark des meilleures pratiques internationales et établir un plan d’action détaillé.

Quels sont les établissements publics visés par la liquidation ?

Il s’agit de 12 établissements publics, 14 sociétés d’État, 23 filiales publiques et 25 participations publiques. Parmi les structures concernées, on peut citer l’Office de développement industriel, la BNDE et des régies de distribution de l’eau et d’électricité de plusieurs villes. Pour rappel, le portefeuille public comprend 209 établissements publics et 44 sociétés anonymes à participation directe du Trésor. Lesdites structures détiennent 466 filiales ou participations publiques. 

L’Économiste explique que les liquidations se caractérisent par beaucoup de lenteur. Concrètement, ce processus se concrétise au bout de plusieurs années ! En se basant sur le rapport de La Cour des comptes sur les établissements et entreprises publics, L'Économiste alerte sur le fait que certaines entités dont la décision de dissolution a été prise depuis plusieurs décennies sont toujours juridiquement en vie pour les besoins de liquidation. Selon le quotidien économique, une telle lenteur trouve son explication dans le fait que les liquidations suivent un processus compliqué. Elles dépendent du statut juridique de l’établissement ou de l’entreprise. D’autres facteurs expliquent de tels retards dans l’exécution, notamment ceux liés à la disponibilité des financements pour faire face aux plans sociaux et aux arriérés fiscaux.

Au-delà de la réforme du cadre législatif encadrant les opérations de liquidation, le département des Finances veut harmoniser le référentiel de contrôle financier des entreprises et établissements publics. Selon L’Économiste, il est question de professionnaliser les liquidateurs et d’harmoniser leur mode de désignation et rémunération.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...