Aller au contenu principal

Séisme d’Agadir… 60 ans après !

Le 29 février 1960 est un jour sombre dans l’histoire de la ville d’Agadir. Un tremblement de terre d’une magnitude de 5,7 sur l’échelle Richter avait détruit la ville en l’espace de 15 secondes. Plus de 15000 personnes ont péri dans cette catastrophe naturelle. 60 ans après, Agadir s’est refait une beauté pour devenir la deuxième ville touristique du royaume après Marrakech. Les ambitions ne s’arrêtent pas là, puisque le Roi a lancé, début février, un programme de développement urbain de la ville (2020-2024) pour un budget total de… 6 milliards de dirhams.

Par Mohamed Laabi, Publié le 28/02/2020 à 11:55, mis à jour le 28/02/2020 à 14:52
Teaser Media
Seisme

Il y a des jours que l’on préférerait oublier. Le 29 février 1960 en fait partie. Ce jour-là, la ville d’Agadir a été complètement détruite suite à un tremblement de terre qui a fait plus de 15 000 morts.

60 ans après, à partir de ce vendredi et jusqu’au 6 mars prochain, une série d’activités est prévue dans la ville pour honorer la mémoire des personnes décédées. Parmi elles, des moments de recueillement pour les victimes et des hommages aux nations qui ont prêté main-forte aux secouristes et aux architectes pour la reconstruction de la ville, rapporte l’hebdomadaire La Vie économique ce vendredi. Pour marquer le coup, la chaîne télévisée 2M délocalisera ses studios à Agadir. Une cinquantaine de personnes (journalistes, caméramans, réalisateurs…) seront mobilisées pour diffuser le journal télévisé de 12h45 en direct du chef lieu de la région Souss-Massa.

Séisme "modéré" le plus meurtrier du 20e siècle

Considéré comme le séisme le plus destructeur et le plus meurtrier du 20e siècle au vu de sa "faible" magnitude (5,7 sur l'échelle de Richeter), le tremblement de terre de la ville d’Agadir a fait bien des dégâts. La gravité de ces derniers est attribuée au fait que la secousse avait son épicentre juste en dessous de la ville, et à la faible résistance des constructions. Quelques jours après le drame, l’État avait pris en charge la reconstruction de tout l’équipement administratif de la ville. En parallèle, un impôt de solidarité avait été instauré dès le mois de juillet 1960, l’objectif étant d’aider les victimes à rebâtir leurs maisons. Cet impôt a permis de rapporter à l’époque près de… 350 millions de dirhams.

 

Une évolution économique constatée

Depuis, Agadir a pris une autre dimension, notamment durant la première décennie du 21e siècle. Niveau touristique, la ville a dépassé pour la première fois la barre du million de visiteurs en 2018, grâce à une plus grande facilité d’accès (autoroutes, partenariats des agences de voyages avec l’Office national marocain du tourisme... etc). Cependant et malgré cette évolution, la ville souffre encore de facteurs structurels qui entravent son développement, souligne lesEco. Parmi ces problèmes, l’insuffisance de liaisons aériennes ainsi que le peu d’attractivité dont jouit la destination qui manque de mise en valeur de son patrimoine culturel.

C’est dans ce sens que le souverain a lancé le 4 février dernier, le programme de développement urbain de la ville. Un programme qui mobilisera des investissements à hauteur de 6 milliards de dirhams et qui vise à transformer Agadir en destination touristique nationale et internationale. Pour cela, ce programme se fixe comme objectif l’amélioration des indices de développement humain, la promotion des conditions de vie des populations, le renforcement des infrastructures de base et la consolidation du réseau routier de la ville.

Lors de son discours pour l'anniversaire de la marche verte le 6 novembre 2019, le roi Mohammed VI a appelé à ce que la région de Souss Massa devienne un pôle économique «reliant les parties septentrionales et méridionales du Maroc, en opérant la jonction entre Tanger au Nord et Oujda à l’Est d’une part, et les provinces sahariennes d’autre part». Le souverain a également exprimé son souhait d’engager une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en envisageant la perspective d’une extension ultérieure au reste des Provinces du sud, ainsi qu’une voie express reliant Agadir-Dakhla.

Un ensemble d’indices qui nous poussent à dire que le calvaire vécu le 29 février 1960 fait désormais partie du passé. Aujourd’hui plus que jamais, la ville d’Agadir est bien partie pour donner un nouvel élan à son développement et renaître de ses cendres.

Comment se rendre aux États-Unis depuis le Maroc ?

À partir du 9 juin, les flux de voyageurs entre le Maroc et les pays étrangers seront rouverts selon les modalités de chaque pays. Les États-Unis, qui font partie chaque été des destinations touristiq...

Elections 2021 : le scrutin des représentants du personnel ouvre le bal des résultats

Les premiers chiffres des élections syndicales annoncent une véritable avance des syndicats de l’Un...

Le Maroc n’est pas à l’abri d’une 3e vague de la Covid-19

La campagne de vaccination contre la Covid-19 reprend de la vitesse après avoir ralenti ces dernièr...

RAM : lancement de vols additionnels en provenance de 10 villes européennes

Dans un message publié ce lundi 21 juin sur son compte Twitter, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé le lancement imminent de vols additionnels en provenance de 10 villes eu...

Marhaba 2021 : le récap des offres exceptionnelles

Le lundi 21 juin est le premier jour de l'été, l’occasion pour un nombre important de Marocains de ...

Baccalauréat 2021: réussite de 221.031 bacheliers

Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) a annoncé, ce dimanche 20 juin, que le taux de réussite à l’examen national normalisé du baccalauréat a atteint 68,43% cette année. Ainsi, 221.031 bachelier...