Aller au contenu principal

Délais de paiement : les retards toujours en hausse

Le nombre de faillites d’entreprises au Maroc risque de connaître une hausse en 2020. Après une croissance de 7% en 2019, celle-ci devrait connaître une hausse de 5% en 2020. Le nombre de faillites pourrait ainsi dépasser les 9000 entreprises. Par ailleurs, 40% du total des faillites est dû aux retards de paiement. Ce jeud, le sujet des délais de paiement est au programme du Conseil de gouvernement.

Par Mohamed Laabi, Publié le 27/02/2020 à 15:09, mis à jour le 06/01/2021 à 10:51          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Délais de paiement

Le Conseil de gouvernement examinera, ce jeudi, un projet de loi modifiant et complétant la loi 15.95 formant le code de commerce et édictant des dispositions relatives aux délais de paiement. L’objectif de ce projet de loi est d’organiser et de régulariser les délais de paiement. Ce projet prévoit des amendes à l’encontre des mauvais payeurs. Des amendes qui viendront par la suite alimenter un fonds de soutien aux petites et moyennes entreprises (PME).

Le constat est affligeant. Selon l’Économiste, qui cite des prévisions du cabinet Euler Hermès, 40% des faillites seraient dus à des retards de paiement. Le nombre de défaillances d’entreprises devrait augmenter de 5% en 2020 contre 7% en 2019. Que ce soit dans l’immobilier, les transports et communications, l'hôtellerie et la restauration, les BTP, l’Industrie, l’agriculture et la pêche où le commerce… aucun secteur n’est épargné par les défaillances d’entreprises. Le Maroc fait partie des nations où la conjoncture et les impayés sont les plus fatals pour les entreprises, souligne le journal dans son édition du 27 février 2020.

Les délais de paiement trop longs

D’année en année, les délais de paiement ne cessent d’augmenter. Ils ont atteint les 150 jours dans certains secteurs. Les créances interentreprises sont estimées à 420 milliards dirhams en 2019, contre 390 milliards en 2018, ce qui constitue près de 42% du produit intérieur brut (PIB).

Selon le site finance News, le ministère de l’Économie, des Finances, de la Réforme de l’Administration a décidé, après une réunion tenue le 7 février dernier avec la CGEM, d’appliquer des sanctions sous forme d’amendes à l’encontre des mauvais payeurs. Cependant, les modalités et les critères de base de ces sanctions n’ont pas été dévoilés et restent donc inconnus. La CGEM explique «ne pas disposer encore des détails relatifs aux sanctions pécuniaires».

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...