Aller au contenu principal

Délais de paiement : les retards toujours en hausse

Le nombre de faillites d’entreprises au Maroc risque de connaître une hausse en 2020. Après une croissance de 7% en 2019, celle-ci devrait connaître une hausse de 5% en 2020. Le nombre de faillites pourrait ainsi dépasser les 9000 entreprises. Par ailleurs, 40% du total des faillites est dû aux retards de paiement. Ce jeud, le sujet des délais de paiement est au programme du Conseil de gouvernement.

Par Mohamed Laabi, Publié le 27/02/2020 à 15:09, mis à jour le 06/01/2021 à 10:51          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Délais de paiement

Le Conseil de gouvernement examinera, ce jeudi, un projet de loi modifiant et complétant la loi 15.95 formant le code de commerce et édictant des dispositions relatives aux délais de paiement. L’objectif de ce projet de loi est d’organiser et de régulariser les délais de paiement. Ce projet prévoit des amendes à l’encontre des mauvais payeurs. Des amendes qui viendront par la suite alimenter un fonds de soutien aux petites et moyennes entreprises (PME).

Le constat est affligeant. Selon l’Économiste, qui cite des prévisions du cabinet Euler Hermès, 40% des faillites seraient dus à des retards de paiement. Le nombre de défaillances d’entreprises devrait augmenter de 5% en 2020 contre 7% en 2019. Que ce soit dans l’immobilier, les transports et communications, l'hôtellerie et la restauration, les BTP, l’Industrie, l’agriculture et la pêche où le commerce… aucun secteur n’est épargné par les défaillances d’entreprises. Le Maroc fait partie des nations où la conjoncture et les impayés sont les plus fatals pour les entreprises, souligne le journal dans son édition du 27 février 2020.

Les délais de paiement trop longs

D’année en année, les délais de paiement ne cessent d’augmenter. Ils ont atteint les 150 jours dans certains secteurs. Les créances interentreprises sont estimées à 420 milliards dirhams en 2019, contre 390 milliards en 2018, ce qui constitue près de 42% du produit intérieur brut (PIB).

Selon le site finance News, le ministère de l’Économie, des Finances, de la Réforme de l’Administration a décidé, après une réunion tenue le 7 février dernier avec la CGEM, d’appliquer des sanctions sous forme d’amendes à l’encontre des mauvais payeurs. Cependant, les modalités et les critères de base de ces sanctions n’ont pas été dévoilés et restent donc inconnus. La CGEM explique «ne pas disposer encore des détails relatifs aux sanctions pécuniaires».

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...

Campagne céréalière 2020-2021 : une très bonne récolte de 103,2 millions de quintaux

La campagne agricole 2020-2021 s’est distinguée par une bonne répartition temporelle de pluviométrie et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplis...

Tourisme : quelles perspectives pour le deuxième semestre 2021 ?

L’Office national des aéroports (ONDA) a souligné dans un communiqué que le nombre de passagers enr...

En 2020, les investissements directs marocains à l’étranger ont enregistré un repli de 29,3%

L’Office des changes vient de publier son rapport sur la balance des paiements et position extérieure globale du Maroc en 2020. Réalisé sur la base des données 2020 provisoires de la balance des paiem...

DEPF : l’activité économique en rétablissement

Les perspectives d’un rebond de l’activité économique mondiale et du commerce international se conf...