Aller au contenu principal

Délais de paiement : les détails du deal CGEM-Inforisk

La CGEM a signé lundi une convention de partenariat avec Inforisk Dun And Bradstreet. Une convention qui devrait permettre à la confédération de disposer d’une source de données fiables et à jour pour ses différentes actions en matière de délais de paiement. Selon les estimations d’Inforisk, l’encours des crédits interentreprises en lien avec les retards de paiements a atteint les 423 milliards de dirhams. Un chiffre dont les grandes entreprises représenteraient près de la moitié (47 %).

Par Mohamed Laabi, Publié le 08/01/2020, mis à jour le 08/01/2020
Teaser Media

Les mauvais payeurs sont avisés, la CGEM passe à l’action. Le patronat a signé le lundi 6 janvier un partenariat avec la société Inforisk Dun And Bradstreet. Le patronat compte s’appuyer sur la base de données bien fournie de son nouveau partenaire pour publier ses propres indices en matière de délais de paiement inter-entreprises, rapporte l’Économiste ce mercredi.

« Cette convention va nous permettre de disposer d’informations importantes sur les délais de paiement, de défendre nos positions et nos points de vue ainsi que de chercher ensemble avec l’État, dans le cadre de l’Observatoire des délais de paiement, des solutions à cette problématique », souligne Jalal Charaf, directeur général délégué de la CGEM.

En effet, Inforisk dispose d’une base de données très riche avec des renseignements sur pas moins de 600 000 sociétés marocaines. L’entreprise collecte près de 1,6 million de bilans, le fait d’être membre du réseau mondial Dun And Bradstreet lui donne accès à 10 milliards de data concernant 330 millions d’entreprises dans 220 pays à travers le monde. Selon les estimations d’Inforisk, le montant d’impayés s’élève à plus de 423 milliards de dirhams, dont les grandes entreprises représentent 47 %, les PME 32 % et les TPE 21 %, souligne Médias24. Ce montant représente 40 % du PIB en chiffre d’affaires à récupérer par le privé. 

Khalid Ayouch, PDG d’Inforisk affirme que « ce montant dépasse même l’encours de crédit aux entreprises », précisant que les délais de paiement privés-privés pour la PME-TPE sont très longs et se dégradent dans le temps. « Les délais des paiements des TPE, entre 2014 et 2018 varient entre 6 et 8 mois, tandis que ceux des PME et des grandes entreprises sont respectivement d’environ 4 et 3 mois », souligne Ayouch. En tout cas, le rapport d’activité de l’Observatoire des délais de paiement et les premiers indicateurs en matière de délais de paiement interentreprises de la CGEM sont attendus avec impatience. Leurs publications devraient être rendues publique dans les prochains jours.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...