Aller au contenu principal

Aide au développement : le rapport choc

Des économistes de la Banque mondiale relèvent dans une étude qu’une partie de l’aide au développement est détournée vers les centres financiers offshores et donc ne participe pas à la réduction de la pauvreté dans les pays concernés. Les conclusions de l’étude sont à prendre avec des réserves puisque les auteurs établissent leur constat sur une augmentation des transferts vers les centres offshores les trimestres de versement des aides. Le constat n’est pas une preuve de cause à effet, préviennent les auteurs. Si ces révélations se confirment, ce serait un camouflet pour la Banque mondiale. Globalement, l’aide au développement s’est chiffrée à 163 milliards de dollars en 2017 selon les données de la Banque mondiale.

Par J.R.Y, Publié le 21/02/2020 à 15:27, mis à jour le 21/02/2020 à 15:33
Teaser Media
Aide au développement : le rapport choc

Scandale ! C’est une histoire qui va faire beaucoup de bruit et obliger des inflexions sur l’aide publique au développement, si les révélations se confirment. La presse étrangère se fait l’écho d’un rapport interne de la Banque mondiale remettant vivement en cause l’efficacité des aides accordées au pays en voie de développement. Une bonne partie de ces financements serait détournée et transférée vers des paradis fiscaux, relèvent les auteurs de l’étude. Les détournements correspondraient en moyenne à 7,5% des versements de la Banque mondiale pour venir en aide aux pays en développement. D’autres sources évoquent une moyenne de 5%. Plus la dépendance est forte, plus la part qui est détournée est importante. Elle atteindrait 15% dans certains pays. La réalité peut-être bien plus grave. L’étude ne prend en compte que les transferts vers des comptes offshores et donc n’intègre pas de possibles dépenses en immobilier ou biens de luxe, précisent les auteurs. Il faut tout de même prendre ces estimations avec quelques réserves. Les auteurs relèvent un pic des transferts vers les centres offshores les trimestres de versement des aides au développement. Il n’y a pas, à proprement dit, de lien de causalité.  

Le Fonds monétaire international (FMI) évalue à 200 milliards de dollars par an l’évasion fiscale des multinationales hors des pays en voie de développement. En ajoutant ces possibles déroutements des aides publiques au développement vers les centres financiers offshores, les conséquences pour les pays en développement sont immenses. Le déficit en infrastructures est encore immense dans de nombreux pays et la diversification des économies est très lente.

Si les révélations sont confirmées, ce serait un camouflet pour la Banque mondiale. Beaucoup d’observateurs relèvent des tensions au sein de l’institution. Certains attribuent la récente démission de l’économiste en chef de la Banque mondiale à des tentatives de censure de cette étude controversée.

L’aide publique au développement s’est chiffrée à 163 milliards de dollars en 2017 et a augmenté de 50% en dix ans. Cette aide bénéficie aux pays en développement, dont une grande partie se trouve en Afrique.

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...