Aller au contenu principal

Les Etats-Unis cherchent à contrer "l'influence de la Chine" en Afrique Subsaharienne

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, est arrivé ce dimanche au Sénégal dans le cadre de sa première tournée officielle en Afrique Subsaharienne. Bien que les États-Unis aient annoncé la réduction du nombre de leur troupe dans le continent, le déplacement de Pompeo cherche à rassurer quant à l’intérêt que porte le pays aux nations africaines. Le pays de l’Oncle Sam compte également se positionner comme un investisseur clé, afin de contrer «l’influence dangereuse de la Chine» en Afrique.

Par Nora Jaafar, Publié le 17/02/2020 à 15:26, mis à jour le 18/02/2020 à 00:16
Teaser Media
Mike Pompeo à Dakar

Dans le cadre de sa première tournée en Afrique subsaharienne, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, est arrivé ce dimanche au Sénégal. Il a rencontré à Dakar le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Amadou Ba, à qui il a promis que son pays cherche à soutenir le Sahel pour mettre fin aux crises qui le menacent. Il a rappelé que ce mois-ci, l’armée américaine organisera ses exercices Flintlock annuels au Sénégal et en Mauritanie pour aider à former les armées régionales à contrer les groupes terroristes.

Selon Le Point, la visite de Pompeo intervient à un moment tendu, alors que Washington envisage des réductions militaires dans la région. Une démarche qui, pour le président américain, Donald Trump, vise à remobiliser les ressources militaires du pays pour contrer la progression de la Chine, de la Russie et de l’Iran.

De son côté, Politico souligne que Trump a affaiblie davantage les relations américano-africaines en mettant quatre autres pays africains dans sa liste d’interdiction de voyage. Ainsi, en plus de la Libye et de la Somalie, le Soudan, le Nigéria, la Tanzanie et l’Érythrée ont été ajoutés à cette liste controversée, qui impose aux ressortissants de ces pays une interdiction de voyage et les soumet à d’importantes restrictions pour entrer aux États-Unis. Une mesure qui a été très mal accueillie par les nations africaines qui reprochent au président américain son manque d’intérêt pour leur continent, rapporte Al Jazeera.

La Chine, une grande menace pour l’Afrique selon les USA

Par ailleurs, bien qu’il ait brièvement évoqué l’importance de la lutte contre la multiplication des organisations djihadistes dans la région, Pompeo s’est surtout attardé sur l’influence chinoise en Afrique. En effet, le secrétaire d’État américain, qui va également se rendre en Angola et en Éthiopie, a mis en garde sur le danger que représente la Chine pour le continent, indique France24. Selon lui, «les investissements chinois alimentent la corruption et compromettent l’État de droit» en Afrique. Il a précisé que les entreprises américaines ont exprimé un fort intérêt pour investir sur le continent, proposant ainsi une alternative commerciale reposant sur de nouveaux accords économiques entre les États-Unis et l’Afrique.

The African Report explique que Pékin a dépassé Washington en tant que premier partenaire commercial de l’Afrique il y a plus de dix ans. La même source indique, en citant le ministère chinois du Commerce, que les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique s’élèvent à près de 204 milliards de dollars. De plus, plusieurs nations africaines ont adhéré à l’initiative chinoise "Belt and Road" (BRI), un projet de grande envergure visant à renforcer la connectivité commerciale de Pékin avec le reste du monde. Dans le cadre de la BRI, la Chine a financé des centrales électriques, des routes et d’autres projets d’infrastructure sur le continent. Puis, grâce aux milliards de dollars de prêts qu’elle a accordés pour la réalisation de ces chantiers, la Chine est devenue le plus grand détenteur de la dette africaine.

Enfin, les efforts des États-Unis pour renforcer leur présence en Afrique pourraient être compromis par la position de Trump vis-à-vis de ce continent qu’il juge sans intérêt et qu’il refuse toujours de visiter. Pompeo aura également du fil à retordre pour réinstaurer la confiance avec les partenaires africains, alors que Washington examine un potentiel retrait de ses forces armées du Sahel, qui souffrent d’une montée en puissance des groupes terroristes d’Al Qaïda et de l’État Islamique. Au final, les USA auront beaucoup de mal à détrôner la Chine de l’Afrique, alors que Pékin a réussi à s’y implanter et à y investir depuis plus de 10 ans.

Sommet US-UE : la Covid-19, le climat et le commerce à l’ordre du jour

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’une trêve de cinq ans dans leur différend de longue date sur les subventions accordées aux constructeurs aéronautiques. Cette annonce a été faite ce ...

L’Otan réaffirme sa force et interpelle la Russie et la Chine

Les 30 États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) ont clôturé leur somme...

Covid-19 : 2.000 euros pour discréditer le vaccin de Pfizer

Alors que la pénurie de vaccins contre la Covid-10 handicape les campagnes de vaccination de plusieurs pays, certains influenceurs ont été sollicités pour discréditer le vaccin de Pfizer. Dans ce podc...

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...

Mexique : les violences meurtrières envers les journalistes

25 ans après, les médias internationaux, coordonnés par Forbidden Stories ont décidé d’enquêter sur les violences meurtrières dont sont victimes les journalistes au Mexique. Le lancement de cette inve...

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...