Aller au contenu principal

La chaîne de distribution alimentaire turque BIM sous pression au Maroc

Répondant aux questions orales des parlementaires, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid El Alamy, n’a pas hésité à adresser un avertissement clair à BIM. Selon lui, la fermeture d’un nombre important de commerces est due à la forte présence de la chaîne de magasins turque au Maroc.

Par Mohamed L., Publié le 12/02/2020, mis à jour le 12/02/2020
Teaser Media
BIM

Le sujet de la renégociation de l’accord de libre-échange (ALE) Maroc-Turquie enflamme la presse marocaine ce mercredi. "El Alamy menace Erdogan de fermer les magasins BIM", titre le quotidien Al Akhbar. Le journal souligne que l’implantation de l’enseigne turque au Maroc a eu de graves répercussions sur le commerce national. Selon des chiffres communiqués par le ministre de tutelle, plus de 30 000 points de vente ont dû fermer boutique depuis l’arrivée de BIM sur le marché marocain en 2009.

"Vendre marocain où plier bagage !", tel est le gros titre à la Une de Les Inspirations Éco. Le quotidien n’hésite pas à afficher son soutien à la position de Moulay Hafid El Alamy. «Si, de manière générale, les turcs sont habiles pour proposer des produits à moindre coût, le Maroc a également l’intention de déployer ses cartes sur ce terrain», peut-on lire dans l’éditorial du jour.

La sortie du ministre de l’Industrie et du Commerce au Parlement intervient après de multiples rencontres entre les deux parties au cours du mois de janvier. La Turquie est prête aujourd’hui à renégocier les termes de l’accord de libre-échange qui lie les deux pays depuis 2004. Lors de sa prise de parole au parlement, Moulay Hafid El Alamy, a annoncé avoir rencontré le PDG de la société BIM et lui avoir affiché son mécontentement par rapport à la situation actuelle : «Vous avez investi au Maroc avec l’appui de votre pays. Mais dès que BIM s’implante dans un quartier, ce sont 60 commerçants marocains qui baissent les rideaux. Vos magasins doivent contenir au moins 50% de produits marocains».

De son côté, le directeur financier de BIM, Haluk Dortluoglu, a déclaré ce mercredi à l'agence Reuters que la société achète la plupart de ses produits au Maroc. «Nous n'envoyons qu'environ 15% de nos produits vendus au Maroc depuis la Turquie. Le reste, 85% sont achetés auprès de producteurs locaux», a déclaré Dortluoglu à Reuters.

 

Que représente BIM au Maroc?

Selon le site d’information Médias24, BIM compte 499 magasins au Maroc avec une moyenne d’ouverture de 50 magasins par an. La même source affirme que chaque local compte 5 employés, ce qui fait près de 2500 emplois crées par la chaîne turque dans le pays. Malgré une forte présence sur le marché marocain, BIM avait annoncé en 2017 être en déficit. La cherté des tarifs de location des locaux et la faible densité démographique de certaines villes par rapport à la Turquie, sont les deux raisons citées par BIM.

Pour rappel, depuis la signature en 2004 de son accord de libre-échange avec la Turquie, le Maroc affiche un déficit commercial de 18 milliards de dirhams avec ce pays. Le textile figure parmi les secteurs les plus touchés par cet accord. 44.000 personnes se sont retrouvées au chômage, d'après des statistiques officielles de l'année 2017. 


  • Partagez

Licenciement économique : parfois nécessaire, gare aux abus

Malgré le dispositif de soutien public, des milliers d’entreprises ne résisteront pas à la crise et...

La BEI signe un accord de 200 millions d’euros pour soutenir l’agriculture marocaine

Ce mercredi 16 septembre, la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque marocaine Crédit Agricole du Maroc (CAM) ont signé un accord de 200 millions d’euros pour soutenir les entreprises ma...

OCDE : une récession moins forte mais inédite en temps de paix

L’OCDE table désormais sur une récession de l’économie mondiale de 4,5% contre 6% anticipée en juin...

Rebooster le Tourisme : le Maroc multiplie ses rencontres à l’étranger

Nadia Fettah Alaoui, ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie soc...

Conjoncture : des impayés plus importants en 2021 ?

Il n’y a pas mieux que les banques pour livrer une analyse fine de la situation individuelle des en...

Conseil d’administration de la CGEM : le PLF à l’ordre du jour

Dans un contexte sanitaire de plus en plus tendu, engendrant une crise économique sans précédent, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) prévoit de tenir son conseil d’administratio...