Aller au contenu principal

Liberté individuelle : les Marocains disent non aux rapports sexuels extraconjugaux

Une étude menée par le quotidien L'Économiste, en collaboration avec l’institut de sondage Sunergia, a révélé que 88% des Marocains sont contre les relations sexuelles hors mariage. Ce recensement, qui risque de démotiver les militants pour les libertés individuelles et les défenseurs de la dépénalisation des rapports sexuels entre adultes consentants, a été réalisé entre le 5 septembre et le 31 octobre 2019. Et c’est un échantillon de 1000 Marocains de tout âge, tout sexe, toute classe socio-professionnelle, de toute région et de tout milieu d’habitation, qui y ont répondu.

Par Nora Jaafar, Publié le 06/02/2020 à 11:09, mis à jour le 06/02/2020 à 18:02
Teaser Media
88% des Marocains s’opposent au sexe extraconjugal

Le niet des Marocains face aux relations sexuelles hors mariage. Ce mercredi 5 février, le quotidien L’Économiste, en collaboration avec l’institut de sondage Sunergia, a révélé les résultats de son enquête portant sur la question "Pensez-vous que deux adultes consentants ont le droit d’avoir des relations “sexuelles” hors mariage ?". Selon le journal, les chiffres de ce sondage ne trompent pas. 88% des répondants sont contre ces rapports. En effet, sur les 1 000 citoyens du royaume recensés entre le 5 septembre et le 31 octobre 2019, 79% désapprouvent les relations sexuelles extraconjugales, et 9% soutiennent que cet acte est “haram”, interdit par la loi islamique.

L’Économiste avance que les résultats restent presque les mêmes dans toutes les régions du pays. La même source souligne que 78% des répondants des zones urbaines affirment s’opposer aux relations sexuelles hors mariage, contre 80% de ceux en milieux ruraux. Dans les régions du nord, de l’est et du sud du Maroc, 80% des personnes interrogées désapprouvent, tandis qu’environ 9% considèrent qu’il s’agit d’un acte haram. Puis, dans le centre du royaume, 77% sont contre et 11% considèrent que les relations sexuelles sont prohibées par l’islam.

D’après le quotidien économique, c’est surtout les jeunes Marocains qui ont créé la surprise à la suite de cette étude. Ainsi, 80% des citoyens âgés de 18 à 24 ans qui ont participé à ce sondage se prononcent contre les rapports extraconjugaux, et seuls 10% les approuvent. Sur cette tranche d’âge, 8% se disent contre tout en avançant un argument religieux. Ces chiffres pourraient « refroidir tous les militants pour les libertés individuelles et particulièrement les défenseurs de la dépénalisation des relations sexuelles entre adultes consentants », note le journal.

Par ailleurs, L’Économiste affirme que son enquête a englobé toutes les catégories sociales et toutes les régions du royaume et qu’elle a pris en compte le sexe, l’âge, le milieu d’habitation et la classe socio-professionnelle de tous les participants. Et d’ajouter que 49% des répondants à l’enquête sont des hommes et 51% sont des femmes.

Enfin, le journal explique que les résultats de son étude visent à mettre en évidence les dégâts sociaux qui peuvent être causés par les relations sexuelles hors mariage. Dans ce sens, il souligne que «chaque jour, entre 600 et 800 interruptions de grossesse sont pratiquées illégalement au Maroc. Certaines sont effectuées par des herboristes ou “faiseuses d’anges” dans des conditions abominables. Chaque année, au Maroc, 50 000 enfants sont issus de relations extraconjugales».

Le quotidien rappelle également que 3 000 personnes ont été poursuivies en 2018 pour adultère en vertu des articles 491 et 492 du Code pénal marocain, «risquent un à deux ans de prison ferme». «L’article 483, quant à lui, prévoit et réprime les atteintes à la pudeur et l’outrage aux bonnes mœurs. Sont considérées comme telles, les relations sexuelles consenties entre personnes adultes, passibles d’un mois à un an de prison», précise L’Économiste.

Covid-19 : où et comment peuvent voyager les Marocains ?

Avec l’amélioration de la situation épidémiologique liée à la pandémie de la Covid-19, plusieurs pa...

Affaires Raissouni et Radi : le gouvernement marocain saisi par des responsables onusiens

Avant de soumettre leur rapport final au sujet des affaires des journalistes Soulaïman Raissouni et Omar Radi, quatre rapporteuses spéciales des Nations Unies (ONU) ont saisi ce dimanche le gouverneme...

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc

Très mauvaise nouvelle pour les Marocains résidant au Canada. La suspension des vols directs commerciaux et privés de passagers en provenance du Maroc, en vigueur depuis le 29 août dernier, a été prol...

Enseignement supérieur : une énième réforme

Alors que la réforme de l’enseignement supérieur prévoyait l’application du nouveau système Bachelo...

Traitements anti-cancer : des manifestations contre la pénurie

Ce vendredi 24 septembre, des dizaines de personnes ont organisé une manifestation à Casablanca pour exiger un accès rapide aux médicaments contre le cancer. Des patients et leurs familles ont scandé ...

Développement énergétique durable : l’ONEE, le GSEP et l’UM6P s’associent pour la promotion de l’excellence académique

Dans un communiqué publié ce jeudi 23 septembre, l’Office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE) a annoncé avoir conclu un partenariat avec le Partenariat mondial pour l’électricité dura...