Aller au contenu principal

Le déficit commercial se creuse

Le déficit commercial s’est détérioré de 1,5% à 209 milliards de DH en 2019. Si le rythme de croissance des importations a nettement ralenti, la croissance des exportations a été divisée par quatre. Les métiers mondiaux du Maroc continuent d’afficher des performances appréciables. En revanche, des secteurs traditionnels ont connu une année difficile à l’image du Textile et du Cuir dont les ventes à l’étranger ont reculé 2,3%. Malgré tout, le déficit structurel de la balance commerciale est atténué par le solde excédentaire de la balance des services.

Par H.L.B, Publié le 05/02/2020, mis à jour le 06/02/2020
Teaser Media
Le déficit commercial se creuse

L’Office des changes vient de publier les chiffres sur le commerce extérieur et sans surprise, le déficit commercial est abyssal : 209 milliards de DH en 2019. Il s’est détérioré de 1,5%. Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine et le ralentissement de la croissance mondial ne sont pas neutres sur les performances du commerce extérieur. Au final, l’effet est globalement négatif puisque le déficit se dégrade.

Les exportations en berne

Sur le volet importations, la croissance a ralenti de 2% l’année dernière à 491 milliards de DH grâce notamment à la diminution de 7% de la facture énergétique qui s’est établie à 76 milliards de DH. Le rythme de progression des importations de biens d’équipements et de produits finis de consommation s’est décéléré. En revanche, c’est problématique lorsque cela concerne les exportations. La croissance a été divisée par quatre d’une année à l’autre soit 2,4% en 2019 à 282 milliards de DH. Les métiers mondiaux du Maroc continuent d’afficher des performances appréciables à l’export avec une croissance de 6,6% de l’automobile et 7,3% de l’Aéronautique. Les ventes des produits de l’agriculture et de l’agroalimentaire continuent de bien se comporter. En revanche, d’autres secteurs traditionnels ont connu une année difficile à l’image du Textile et Cuir dont les ventes à l’étranger ont reculé 2,3% à 37 milliards de DH. C’est le cas aussi pour les Phosphates et produits dérivés. Les exportations ont totalisé 49 milliards de DH en retrait de 5,9%.

La balance commerciale se maintient

Le déficit structurel de la balance commerciale est atténué par le solde excédentaire de la balance des services. L’année dernière, l’excédent a augmenté de 18% à 89 milliards de DH. Les recettes de voyage ont marqué une hausse de 8% à 73 milliards de DH en 2019 alors que les transferts des Marocains Résidant à l'Étranger (MRE) sont demeurés stables à 65 milliards de DH. De leur côté, les recettes d’IDE ont chuté de 29% à 33,5 milliards de DH après une année 2018 exceptionnelle où elles avaient dépassé 47 milliards de DH.

En 2019, on retiendra que le commerce extérieur a impacté négativement la croissance économique pour la deuxième année consécutive.  


  • Partagez

Tourisme : les opérateurs s’en remettent aux touristes locaux en attendant…

Touché de plein fouet par la pandémie, le secteur du tourisme est bien mal en point. Pour les opéra...

Administration publique, tribunaux… les prémices d’une reprise

Après plus de deux mois d’arrêt, les administrations publiques s’apprêtent à reprendre progressivem...

Maroc : les chantiers reprennent avec prudence

Après avoir été mis à l’arrêt pendant plus de deux mois en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, les chantiers ont connu un redémarrage progressif et sécurisé après la fête de l’Aïd Al Fitr, a...

Plan de sauvetage du tourisme : les recommandations des Istiqlaliens

L’alliance des économistes istiqlaliens a émis cette semaine ses propositions au gouvernement pour ...

Relance économique : l’ordonnance de la CGEM

Le patronat propose une batterie de mesures phares pour relancer la machine économique une fois que...

8e réunion du CVE : financer la relance

Le Comité de veille économique a tenu, ce jeudi, sa huitième réunion de travail depuis le début de ...