Aller au contenu principal

Code pénal : le sujet de l’enrichissement illicite divise

Malgré le dépôt des propositions d’amendements portant sur la modification du Code pénal, la majorité gouvernementale ne parvient toujours pas à se mettre d’accord sur la question relative à la lutte contre l’enrichissement illicite. Il y a quelques jours, Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’Homme, a affirmé être "pour" la criminalisation de l’enrichissement illégal. Il estime que cet acte permettra à l’État marocain de mettre un cadre juridique efficace dans sa lutte contre la corruption.

Par Mohamed Laabi, Publié le 04/02/2020 à 17:05, mis à jour le 04/02/2020 à 20:05
Teaser Media
Mustapha Ramid

Statu quo au parlement après le dépôt des amendements concernant le vote du projet de loi n° 10.16 modifiant le Code pénal. Selon Les Inspirations Éco, les composantes de la majorité ne parviennent toujours pas à accorder leurs violons sur la disposition relative à la lutte contre l’enrichissement illégal.

L’ex-ministre de la Justice, Mustapha Ramid, actuellement ministre d’État chargé des droits de l’Homme, avait publié sur les réseaux sociaux un post dans lequel il explique sa position à ce sujet. «Le Projet de loi en cours d’adoption vise à doter l’État d’un cadre juridique efficace pour éradiquer le phénomène de corruption, qui est souvent difficile à contrôler en raison des caractéristiques et des précautions de certains contrevenants ou des risques de baisse de rendement des institutions concernées», peut-on lire sur son post Facebook.

Des déclarations qui ne sont pas souvent bien perçues du côté de la coalition gouvernementale. «Ramid est appelé à prendre de la distance vis-à-vis de ce dossier, d’autant plus que le projet a été déposé au parlement à la veille des élections et ne porte que sur 83 articles du Code pénal», déclare une source au sein de la majorité gouvernementale à Les Inspirations Éco.

En cas d’enrichissement illicite, le projet de loi prévoit une amende allant de 100000 à un million de dirhams ainsi que la confiscation des biens non justifiés. Selon un député interviewé par Médias24 «près de 94000 personnes déclarent leur patrimoine, tandis qu’environ 200000 sont assujetties à cette procédure». Pour ce député, même si la séance du vote prend du retard, le plus dur est fait : «Cet agissement sera incriminé pour la première fois au Maroc. La loi actuelle sanctionne uniquement la non-déclaration de patrimoine. Aujourd’hui, il s’agira de punir toutes les personnes soumises à cette déclaration et qui ne justifieraient pas la légitimité de leurs revenus». D’ici là, l’heure est au blocage et cela risque de durer bien longtemps.

Enseignants contractuels : première rencontre avec la tutelle

En présence des syndicats les plus représentatifs du secteur de l’éducation nationale, plusieurs membres de la Coordination nationale des enseignants contractuels (CNEC) ont rencontré ce mercredi des ...

Service militaire obligatoire : le recensement démarre le 13 décembre

Le ministère de l’Intérieur a annoncé ce jeudi, que la procédure de recensement pour le service militaire obligatoire débutera le 13 décembre 2021 et prendra fin le 10 février 2022. Conformément aux i...

Grève des professionnels de la santé : le gouvernement temporise

Quatre syndicats de la santé ont observé ce jeudi 2 décembre une grève nationale dans les hôpitaux et les centres de vaccination. En réponse, Mustapha Baitas, ministre délégué chargé des Relations ave...

La 2e Chambre adopte le PLF 2022

Le Projet de loi de finances (PLF) 2022 a été adopté dans son intégralité, vendredi en séance plénière, à la majorité par les élus de la 2e Chambre. Le PLF 2022 a reçu l'aval de 64 conseillers, alo...

Adultère : l’ex-ministre Mohamed Ziane poursuivi en justice

Mohamed Ziane, ex-avocat et ministre des Droits de l’Homme, sera jugé à partir du 9 décembre pour outrage à la justice et adultère, rapporte H24Info. Ses déboires avec la justice font suite à une plai...

AMO pour les indépendants : la CNSS se mobilise

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) est étendue depuis ce 1er décembre aux travailleurs non-salar...