Aller au contenu principal

Étudiants en médecine : sit-in prohibés au sein des Universités

Par H.L.B, Publié le 06/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Dans une lettre adressée aux présidents des universités, Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, a exhorté les présidents des universités d'interdire l'organisation de manifestations au sein des Universités ou des espaces qui en dépendent. Une mesure, qui selon le ministre, pourrait éviter les incidents tragiques qui se sont déroulés dans certains établissements, ainsi que les affrontements violents qui ont fait plusieurs victimes parmi les étudiants et les forces de l’ordre.

 

Dans cette même lettre, Amzazi explique que cette décision intervient pour protéger le personnel qui travaille au sein des universités, notamment les cadres administratifs et les étudiants, mais aussi pour amortir l'impact négatif des manifestations sur le bon fonctionnement des facultés. Le ministère appelle, dans ce sens, «à interdire toutes activités, sit-in protestation, quel que soit sont type».

 

Toutefois, et en ce qui concerne les manifestations scientifiques organisées par les institutions relevant des facultés, le département d’Amzazi appelle les présidents des universités à effectuer «un sondage» préalable, et demander aux organisateurs de fournir tous les éléments nécessaires pour l’organisation de cette manifestation.

 

Par ailleurs, les étudiants en médecine interrogés par nos confrères de "Hespress", affirment être "choqués" par cette décision prise par leur ministère de tutelle.

 

«On va organiser des sit-in et on va manifester pour nos droits. La décision du ministère ne va pas nous arrêter», a déclaré Salma, étudiante en médecine à la faculté de Rabat et membre de la commission nationale des étudiants en médecine au Maroc CNEM. Elle poursuit que côté procédure, les étudiants en médecine vont commencer «à déposer des demandes auprès des présidents de l’Université». « S’il y a une quelconque répression, c’est leur problème et ça ne passera sûrement pas inaperçu du moment où légalement on a le droit d’organiser des sit-in et tenir des grèves. C’est notre droit», s’indigne-t-elle.


  • Partagez

Casablanca : deux semaines de restrictions supplémentaires

C’est officiel, le gouvernement a annoncé dans un communiqué la prolongation des mesures de restrictions visant Casablanca de deux semaines supplémentaires à compter du lundi 21 septembre. Le nombre d...

Le Maroc passe commande pour les vaccins d'Astrazeneca

Le Maroc fait une nouvelle commande pour les vaccins contre le nouveau coronavirus. Un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-Covid 19 produits par la Société "R-Pharm", sous licence ...

Déception et colère sont les mots d’ordre de cette rentrée scolaire

La reprise des cours en présentiel a été reportée dans plusieurs écoles du Royaume en raison de l’e...

Lutte contre le coronavirus : Tanger, le modèle à suivre

La ville du Détroit a connu une large amélioration de sa situation épidémiologique durant ce mois d...

Étude sur l’immunité collective au Maroc : 0,7% de la population a des anticorps

Ce jeudi 17 septembre, le ministère de la Santé a publié les résultats préliminaires d’une étude de séroprévalence recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon cette investigation,...

La mort du petit Adnane vue par les hebdos

Le triste destin du petit Adnan Bouchouf, disparu le 7 septembre 2020 et retrouvé violé et enterré ...