Aller au contenu principal

Les clés de réussite du programme d’appui aux entreprises

Les hebdomadaires marocains sont revenus sur le programme intégré d’appui aux entreprises, dévoilé cette semaine. Le nouveau dispositif prévoit une implication massive des banques dans l’accompagnement des très petites et moyennes entreprises (TPME) avec des taux de crédit plafonnés à 2 %. Mais le financement n’est pas la seule clé de succès de ce programme.

Par Mohamed Laabi, Publié le 31/01/2020 à 14:19, mis à jour le 31/01/2020 à 14:57
Teaser Media
Programme d'appui aux entreprises

Le programme intégré d’appui aux entreprises fait la Une de la presse hebdomadaire de cette fin de semaine. « Les projets n’avancent pas sans l’intervention du Roi au Maroc », relève le magazine Challenge dans son éditorial. Un constat partagé également par l’éditorialiste de La Vie Éco : « Il aura donc fallu un sérieux coup de semonce royal pour que la machine se mette en marche ». L’éditorialiste souligne que ce dispositif réglera une bonne partie du problème, mais reste insuffisant pour la réussite des jeunes porteurs de projets. « Si la TPME n’a pas les compétences qualifiées pour produire un bien ou service de qualité compétitif, ni d’appuis publics ou privés pour étendre ses débouchés et ses marchés et d’environnement propice qui l’encourage à innover et créer, alors lui accorder des crédits reviendrait seulement à l’endetter », explique-t-il.

Une chose est sûre : le succès de ce dispositif dépend de l’engagement des futurs bénéficiaires. Fraichement élu vice-président de la Confédération Générale des Entreprises Marocaines (CGEM), Mehdi Tazi insiste, dans les colonnes de La Vie Éco, sur « la posture exemplaire en matière de remboursement de crédits que doivent avoir les entreprises bénéficiaires des financements ». Cité par l'Économiste, Zouhair Chorfi, secrétaire général du ministère de l'Économie et des Finances, indique « qu’il va falloir responsabiliser les jeunes. Il ne s’agira pas d’ouvrir les robinets et de financer n’importe quoi. Les gens doivent intégrer que les prêts se remboursent ». En véhiculant ces messages, les responsables ne veulent pas revivre l’expérience malheureuse de quelques projets, dont Moukawalati ou les crédits jeunes promoteurs. 

Le tiers des crédits réservés aux TPME

Dans le cadre de ce nouveau programme, plus du tiers des crédits aux entreprises privées sont réservés aux TPME (37 %), indique l'Économiste. Un pourcentage meilleur que celui de l’Italie (18 %) ou de la Turquie (32 %), mais reste encore loin de certains pays comme l’Espagne (55 %) ou la Belgique (67 %). Ce taux est appelé « en principe » à augmenter avec l’arrivée de ce programme intégré d’appui au financement des entreprises.

Rappelons que ce dispositif mise sur la création annuelle de 27 000 emplois, en accompagnant chaque année 13 500 nouvelles entreprises. Il s’appuie sur un fonds spécial doté de 8 milliards de dirhams sur trois ans, dont 6 milliards co-financés par l'État et le secteur bancaire et 2 milliards provenant du fonds souverain Hassan II, dédié au milieu rural.

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du Royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...