Aller au contenu principal

Finances publiques : les warning de la Cour des comptes

S'exprimant devant les députés le 28 janvier, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a attiré leur attention sur la difficulté à tenir la trajectoire fixée pour le déficit budgétaire. 2020 devait pourtant être l’année du retour du déficit budgétaire à 3% du PIB. L’échéance a été repoussée à 2022. La baisse des dons en provenance des pays du Golfe et les concessions dans le cadre du dialogue social ont impacté les finances publiques et par ricochet le niveau de la dette dont le début de la décrue est toujours attendu. Cependant, la situation n’est pas alarmante.

Par J.R.Y, Publié le 30/01/2020, mis à jour le 30/01/2020
Teaser Media
Finances publiques maroc

2020 devrait être l’année du retour du déficit budgétaire à 3% du PIB. Il n’en sera rien puisque le gouvernement prévoit un gap équivalent à 3,5% du PIB. En 2019, le déficit budgétaire a atteint 41,7 milliards de DH, soit 3,6% du PIB après avoir grimpé à 3,8% en 2018 (cette amélioration est en partie attribuable à la cession de 8% du capital de Maroc Telecom). Devant les députés le 28 janvier, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a attiré leur attention sur la situation des finances publiques en 2018. «Le recul intervient, après plusieurs années d’amélioration progressive du déficit budgétaire au cours de la période 2012-2017, sous l’impact de la baisse des recettes exceptionnelles provenant des dons des pays du Conseil de la Coopération du Golfe et malgré la progression remarquable et continue des recettes fiscales au cours des cinq dernières années».

La difficulté à tenir la trajectoire fixée s’explique par la diminution des dons en provenance du Golfe, mais aussi des concessions dans le cadre du dialogue social. Le gouvernement espère ramener le déficit autour de 3% en 2022. C’est important pour ne pas continuer d’alourdir la dette, un autre sujet à surveiller de près selon la Cour des comptes. L’encours de la dette du Trésor est passé de 345 milliards de DH en 2009 à 750 milliards de DH fin 2019. «Ces données montrent que l’objectif de parvenir à un niveau de la dette autour de 60 % du PIB à l’horizon 2021 sera difficile», relève le président de la Cour des comptes. De son côté, la dette publique a culminé à 901 milliards de DH soit 81,4 % du PIB. Pour la Cour des comptes, «la gestion de la dette garantie, en raison de son volume en hausse et de ses retombées négatives potentielles sur les finances de l’État, exige la disponibilité d’informations exhaustives quant à son contenu et aux normes établies pour son octroi, notamment au niveau des documents accompagnant le projet de loi de finances».

S’il faut surveiller l’endettement de près, la situation n’est pas pour autant alarmante. Le Maroc est toujours noté dans la catégorie Investment Grade par les agences de notation financière et il bénéficie toujours de la confiance des investisseurs étrangers. Les conditions assorties à la dernière émission d’obligations sur le marché international en sont la preuve. La prime de risque a nettement baissé par rapport à la précédente opération, signe que tout n’est pas mauvais.


  • Partagez

Lancement du nouveau HUAWEI Y7p

Proposé à un prix extrêmement avantageux, le nouveau HUAWEI Y7p offre des fonctions étonnantes et de ses composants de très grande qualité. Il dispose d’une triple caméra 48MP gérée par IA. ...

Emploi : le secteur des services, premier pourvoyeur de job

Le secteur des services reste de loin le premier pourvoyeur d’emplois avec 4,9 millions de postes e...

Délais de paiement : les retards toujours en hausse

Le nombre de faillites d’entreprises au Maroc risque de connaître une hausse en 2020. Après une cro...

Keller Williams Morocco signe une entente stratégique avec la SAEDM

Keller Williams Morocco, signe un partenariat stratégique avec la société d’aménagement et de développement de Mazagan Saedm SA, filiale du groupe OCP. Présent au Maroc à travers son alliance avec ...

L’emploi, une zone d’insécurité

Le tableau du marché du travail dépeint par le Haut Commissariat au Plan n’est pas très reluisant. ...

Commerce : création d’une "zone franche" entre Fnideq et Ceuta

Ce mercredi 26 février, Médias24 a confirmé que le Maroc s’apprête à construire une "zone franche" entre Fnideq et l’enclave espagnole de Ceuta. Cette zone commerciale s’étendra sur 23 hectares à...