Aller au contenu principal

Crise financière du Liban : le gouvernement approuve le budget 2020

Le parlement libanais a approuvé ce lundi 27 janvier le budget 2020 du pays. Une décision dénoncée par plusieurs partis politiques qui jugent que les prévisions de recettes prévues sont irréalistes, vu que le Liban est aux prises avec une crise économique et financière majeure. Le pays est ainsi confronté à une impasse financière sans précédent et risque de perdre le soutien de plusieurs investisseurs étrangers.

Par Nora Jaafar, Publié le 28/01/2020 à 16:31, mis à jour le 28/01/2020 à 16:45
Teaser Media
Le gouvernement libanais approuve le budget 2020

Après plusieurs mois de confusion politique, le nouveau gouvernement libanais a approuvé ce lundi 27 janvier au Parlement le budget 2020 du pays. Selon Reuters, qui cite le président de la commission du budget et des finances du Parlement, Ibrahim Kanaan, ce budget prévoit un déficit d’environ 7 % du PIB, encore plus important que les 0,6 % initialement prévus. Aussi, les revenus escomptés pourraient ne pas être réalistes en raison de la récession économique. Kanaan explique que l’économie du pays, étant en déclin, risquerait de s’aggraver en raison d’une profonde crise de liquidités. D’après Libnanews, un média libanais, ce budget a d’abord été rédigé par le gouvernement de Saad al-Hariri avant qu’il ne démissionne et cède aux revendications des manifestants, qui avaient exigé le départ de toute l’élite politique. La même source rapporte que le nouveau Premier ministre, Hassan Diab, dont le cabinet a été investi la semaine dernière avec le soutien du mouvement Hezbollah et de ses alliés, a affirmé qu’il ne bloquerait pas le budget de l’État.

Par ailleurs, certains partis ont boycotté cette session parlementaire soutenant que le nouveau gouvernement aurait dû d’abord obtenir le vote de confiance du Parlement, avant de présenter le budget. Alain Aoun, un législateur du Courant Patriotique Libéré (CPL), a déclaré que l’État doit trouver des solutions pour financer et réduire le déficit sans faire porter le fardeau aux Libanais. «Quelqu’un peut-il nous dire aujourd’hui, au sein du gouvernement, du ministère des Finances, n’importe où, comment ils vont financer ces 4,3 milliards de dollars», a-t-il martelé au cours en faisant référence au déficit prévisionnel. «Les retireront-ils aussi des dépôts des Libanais, a-t-il lancé. Nassib Ghobril, économiste en chef à la Byblos Bank du Liban, a souligné pour sa part à Asharq Al Awsat que la dernière version du budget n’était pas publique et qu’il y avait un consensus sur le fait que les recettes allaient diminuer. «Avec tous les changements et l’impact sur l’économie, je pense qu’il aurait été plus approprié que le nouveau gouvernement retire le budget et y apporte des révisions sur les recettes et les dépenses», a-t-il précisé à Libnanews.

Soutien financier étranger

Bloomberg juge que l’impasse économique du Liban est le résultat de plusieurs décennies de corruption et de gaspillage qui en ont fait l’un des pays les plus lourdement endettés au monde. Les investisseurs étrangers ont déclaré que tout soutien au Liban dépendra de l’adoption de réformes radicales longtemps reportées. Ainsi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré ce lundi que le nouveau gouvernement libanais devait avant tout procéder à des changements au niveau de sa stratégie économique. «Le gouvernement doit adopter des mesures indispensables... C’est presque une question de survie», a-t-il souligné. Et d’ajouter : «C’est maintenant aux autorités libanaises de montrer qu’elles sont au rendez-vous. La balle est dans leur camp». Pour les analystes de Reuters, le nouveau cabinet libanais aura du mal à obtenir un soutien étranger, en particulier de la part des États arabes du Golfe qui, tout comme Washington, sont alarmés par l’influence croissante du Hezbollah libanais soutenu par nul autre que l’Iran.

Une contestation populaire infatigable

En plus de la profonde crise économique que connait le pays, le Liban doit également faire face à un mouvement de contestation imminent qui réclame depuis le 17 octobre 2019 la fin de la politique sectaire. Selon les militants, la corruption des dirigeants au pouvoir est la principale raison de l’effondrement économique du pays. Les Libanais ont également rejeté la nouvelle coalition de Diab, qu’ils accusent de faire la sourde oreille quant à leurs revendications exigeant un gouvernement indépendant. «Nous n’arrêterons pas. Nous ne quitterons pas les rues tant qu’ils n’auront pas tous été chassés», a affirmé un manifestant à Al Jazeera. «Nous voulons faire tomber tout le parlement, il ne nous représente pas», a-t-il lancé.

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...

Mexique : les violences meurtrières envers les journalistes

25 ans après, les médias internationaux, coordonnés par Forbidden Stories ont décidé d’enquêter sur les violences meurtrières dont sont victimes les journalistes au Mexique. Le lancement de cette inve...

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...